Trois maires décèdent du coronavirus, qu'ils auraient contracté lors du premier tour des municipales

, modifié à
  • A
  • A
élections municipales 3:21
Trois maires de communes françaises sont décédés du coronavirus depuis la tenue du premier tour des élections municipales. © JEFF PACHOUD, AFP
Partagez sur :
Les maires de trois communes françaises ont perdu la vie à cause du coronavirus, contracté lors des opérations de vote du premier tour des élections municipales. Interrogé dans la matinale d'Europe 1, jeudi, le maire par intérim de la commune endeuillée de Saint-Brice-Courcelles a lui-même été contaminé, comme plusieurs autres membres du conseil municipal.

"À Saint-Brice-Courcelles, on est sous le choc de la disparition de Monsieur le maire." Alain Lalouette, premier adjoint de cette commune de la Marne, devenu maire par intérim après le décès de l'édile vendredi, n'en revient toujours pas. Alain Lescouet avait été réélu dès le premier tour des élections municipales, le 15 mars dernier. Il a succombé au coronavirus. Alain Lalouette, lui aussi, présente des symptômes. Et alors que deux autres communes ont également perdu leur maire du Covid-19, tout le monde estime que c'est ce premier tour de scrutin qui a été à l'origine des contaminations.

 

Contaminé lors des élections

"Je suis en confinement depuis le 16 mars, lendemain des élections", explique Alain Lalouette, précisant que plusieurs personnes ont été contaminées au sein du conseil municipal. "On suppose qu'on l'a contracté ce week-end là parce que sept ou huit élus présents ce jour sont malades."

Si l'élu assure que toutes les précautions avaient été prises pour éviter au maximum les risques de contamination, le problème majeur résidait dans l'absence de fourniture de masques. Bien qu'il déplore cette situation, Alain Lalouette se refuse pour l'heure à chercher des responsables.

"On n'était pas à quatre mois près"

"Personnellement je pense que ce n'est pas le moment", estime le maire par intérim, qui se positionnait contre le maintien du premier tour des élections municipales. "On avait le temps, on n'était pas à quatre mois près, mais il y a des personnes, dans les hautes sphères politiques, qui en ont décidé autrement", déplore-t-il, se refusant toutefois à alimenter une quelconque polémique. "Aujourd'hui, je crois qu'il faut surtout que l'on se retrousse les manches", tempère-t-il. "Et que l'on essaie de remettre la France en état."

Le décès d'Alain Lescouet, vendredi, intervient après la disparition de deux autres maires de communes françaises. Le maire du village de Beurey-Bauguay (Côte-d'Or), et celui de Saint-Nabor (Bas-Rhin), sont tous deux morts du Covid-19 après avoir assisté aux opérations de vote du premier tour des élections municipales.

Europe 1
Par Pauline Rouquette