Coronavirus : plus de 4.500 morts dans les hôpitaux, au moins 884 dans les Ehpad

, modifié à
  • A
  • A
Au moins 884 personnes sont mortes du coronavirus dans les Ehpad, selon des chiffres encore partiels.
Au moins 884 personnes sont mortes du coronavirus dans les Ehpad, selon des chiffres encore partiels. © PASCAL LACHENAUD / AFP
Partagez sur :
Le coronavirus a causé la mort de 4.503 personnes depuis le début de l'épidémie dans les hôpitaux en France. Au moins 884 décès ont été comptabilisés en Ehpad, selon des chiffres encore partiels. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé sur TF1 que le bac "ne pourra[it] pas" se dérouler "dans des conditions normales" à la fin de l'année scolaire. 
L'ESSENTIEL

La France compte jeudi 4.503 morts dans les hôpitaux depuis le début de l’épidémie de coronavirus, soit 471 de plus en 24 heures. Dans les Ehpad, au moins 884 décès ont été recensés, selon des chiffres encore partiels. Dans la soirée, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le bac "ne pourra[it] pas" se dérouler "dans des conditions normales" à la fin de l'année scolaire, lors d'une émission sur TF1.  

Dans le monde, la barre du million de cas a été franchie ce jeudi, pour plus de 50.000 décès. 

Les informations à retenir :

  • Le coronavirus a fait plus de 4.500 morts dans les hôpitaux en France
  • Au moins 884 personnes sont décédées au sein des Ehpad français
  • Le bac ne pourra pas se dérouler "dans des conditions normales", a déclaré Edouard Philippe sur TF1
  • Une attestation numérique sera disponible lundi pour les smartphones et les tablettes
  • La barre du millions de cas dans le monde a été franchie, pour plus de 50.000 morts 

Le bilan passe à 4.503 morts en France

Selon le dernier bilan officiel, jeudi soir, l'épidémie a tué en France 471 nouvelles personnes en 24 heures, soit un total de 4.503 décès. Le nombre de patients en réanimation a atteint 6.399 malades, soit plus que la capacité initiale de lits de réanimation du pays (5.000).

Pour la première fois, un premier bilan concernant la mortalité dans les maisons de retraites a été annoncé. Au moins 884 personnes sont décédées du coronavirus dans les Ehpad, mais ce chiffre reste encore partiel.

Après le Grand Est, c'est l’Île-de-France qui est touchée de plein fouet avec plus de 9.600 personnes hospitalisées. "Nous sommes au bout de nos capacités d'hospitalisation", a averti mercredi Aurélien Rousseau, directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France.

Le bac ne pourra pas se dérouler "dans des conditions normales" 

Edouard Philippe était l'invité de TF1 et LCI jeudi soir. Le Premier ministre a annoncé que "le bac ne pourra pas se produire dans des conditions normales. Les épreuves du bac ne pourront pas se dérouler au mois de juin comme d'habitude, ni au mois de juillet. Il va falloir organiser ces épreuves d'une manière totalement neuve". Edouard Philippe a dit pencher pour le "contrôle continu", même si la décision de supprimer les traditionnelles épreuves du bac n'est pas encore définitive. 

"Si les cours peuvent reprendre dans de bonnes conditions au cours du mois de mai ou du mois de juin, ça pourrait être un contrôle continu complet, soit on peut espérer conjuguer à ce contrôle continu une épreuve organisée à la fin du mois de juin. C'est ce que j'ai demandé au ministre de l'Education nationale d'instruire. Cela représente évidemment beaucoup de travail. Je crois pour ma part à la piste du contrôle continu", a précisé le Premier ministre. 

Un déconfinement progressif "est à peu près acquis" 

Si la sortie de crise semble lointaine, le gouvernement penche désormais clairement pour la piste d’un déconfinement gradué. Edouard Philippe l'a répété sur TF1. "Ce qui est à peu près acquis, c’est que ce déconfinement ne pourra se faire que de façon progressive. Il faudra procéder de façon progressive pour éviter que trois semaines, un mois après, nous soyons frappés par une nouvelle vague", a martelé le Premier ministre. 

"Comment décidons-nous de vivre en déconfinement avec une maladie qui n’aura pas totalement disparu quand nous procéderons au déconfinement ? Qu’en sera-t-il du contrôle aux territoires des étrangers ? J’ai beaucoup de questions, je n’ai pas toutes les réponses", a avoué Edouard Philippe. On vous explique pourquoi la sortie du confinement sera progressive dans cet article.

L'hypothèse d'un report des municipales à l'automne se dessine 

L'exécutif envisage désormais clairement un report du second tour des élections municipales à l'automne, "en octobre" voire "après". "La décision d'organiser ou non le deuxième tour le 21 juin sera prise le 23 mai, à l'issue d'un rapport qui permettra de dire à ce moment-là s'il est possible de [l']organiser" à cette date, a détaillé le Premier ministre.

"Ce n'est pas le Premier ministre qui prendra la décision, c'est le Parlement puisqu'il faudra une loi pour organiser les choses". Une telle décision, qui nécessitera de refaire le premier tour là où les candidats n'ont pas été élus au premier, pourrait aussi impliquer de reporter également les élections sénatoriales prévues en septembre.

"Notre système hospitalier tient", déclare Edouard Philippe

Face aux critiques sur le manque de matériel dans les hôpitaux, notamment de masques, Edouard Philippe a dit ne "pas cacher les difficultés". "J’ai beaucoup de lucidité sur ce que vivent les soignants, qui est terrible. Mais j’ai aussi au fond de moi même beaucoup d’espoir. Notre système hospitalier tient, et il va continuer à tenir", a-t-il assuré.

Edouard Philippe a également annoncé que l'hôpital Henri Mondor de Créteil, en région parisienne, pourra accueillir 86 patients supplémentaires à la mi-avril. 

Une attestation numérique disponible lundi

Une attestation de déplacement numérique sera disponible à partir de lundi, en complément du dispositif papier déjà en place pour justifier les sorties en dépit des mesures de confinement, a annoncé Christophe Castaner jeudi. Le service sera accessible en ligne, sur le site du ministère de l'Intérieur et du gouvernement, a précisé le ministre.

Concrètement, le formulaire sera téléchargeable sous format PDF, depuis un smartphone, afin de le présenter aux forces de l'ordre grâce à un code QR. "Il faudra préciser votre heure de sortie, mais l'heure à laquelle vous avez édité le document sera accessible aux policiers", a précisé Christophe Castaner. 

Selon un dernier décompte, les forces de l'ordre ont procédé à six millions de contrôles et dressé 380.000 verbalisations depuis la mise en place du confinement. 

Couvre-feu instauré en Guadeloupe et en Martinique

"Il y a trop de personnes qui vont faire leurs courses trois fois par semaine", "trop de personnes qui continuent à aller trop souvent dans les magasins pour y retrouver des connaissances", a déploré jeudi le préfet de Martinique Stanislas Cazelle. Pour tenter de lutter contre le non-respect des mesures de confinement destinées à lutter contre l'épidémie de coronavirus, l'ensemble de la Martinique et de la Guadeloupe ont ainsi été placées à partir de mercredi soir sous couvre-feu entre 20 heures et 5 heures, ont annoncé les préfets des deux départements.

ÉVÉNEMENT - La présidente de la Commission européenne sera demain notre invitée à 8h15, au micro de Sonia Mabrouk

La barre du million de cas dans le monde est franchie 

L'épidémie de coronavirus a franchi la barre symbolique du million de cas le monde ce jeudi, selon un comptage de l'AFP. Plus de 50.000 personnes sont mortes depuis le début de la pandémie. Plus de 37.000 décès et 542.077 cas ont été recensés en Europe, le continent le plus touché.

Mais ce sont les Etats-Unis (235.900 cas) qui sont en train de devenir le nouvel épicentre de la pandémie. Faute de capacités suffisantes de dépistage, ces bilans sont très probablement bien en-dessous de la réalité. Au total, plus de 3,9 milliards de personnes dans 90 pays, soit la moitié de l'humanité, sont désormais appelées à se confiner.