Noël, jour de l'An, couvre-feu... Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

, modifié à
  • A
  • A
Castex
Jean Castex et ses ministres ont fixé le cap pour les fêtes de fin d'année. © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex, et les ministres de la Santé et de l'Intérieur, ont fixé ce jeudi le cap pour les fêtes de fin d'année. Les objectifs sanitaires n'étant pas atteints, un couvre-feu est mis en place dès le 15 décembre à partir de 20h, au lieu de 21h. Les établissements recevant du public resteront fermés encore trois semaines. 
L'ESSENTIEL

"La partie est loin d'être gagnée." Alors que l'objectif des 5.000 nouveaux cas par jour de coronavirus, présenté comme l'une des deux conditions sine qua non à une fin de confinement, semble désormais inatteignable, le Premier ministre accompagné des ministres de la Santé et de l'Intérieur ont pris la parole ce jeudi. Jean Castex, Olivier Véran et Gérald Darmanin ont fixé le cap des fêtes de fin d'année, notamment Noël et le jour de l'An. 

Et comme le craignaient de nombreux Français, le chef du gouvernement a annoncé que si "les règles vont changer le 15 décembre prochain", elles seront "plus strictes que ce que nous avions initialement envisagé".

Un couvre-feu à partir de 20h...

Comme l'avait annoncé Emmanuel Macron le 24 novembre, le confinement prend bel et bien fin au 15 décembre pour laisser la place à un couvre-feu. Mais ce dernier n'entre pas en vigueur à partir de 21h comme précisé alors par le chef de l'État, mais à 20h. L'attestation de déplacement ne sera plus nécessaire à partir de cette date, pour un déplacement qui se déroule entre 6h et 20h. 

Autre changement de taille, si les soirs du 24 et du 31 décembre devaient voir des dérogations au couvre-feu s'appliquer, seul le 24 décembre est désormais concerné. Il ne sera donc pas possible de sortir de chez soi après 20h le soir de la Saint-Sylvestre, car cette soirée "concentre tous les ingrédients d'un rebond épidémique". 

Quant à Noël, le Premier ministre a redit que la règle des six adultes à table est toujours en vigueur. À noter également que le couvre-feu ne s'applique pas pour les territoires ultramarins. 

... et "strictement limité"

Le couvre-feu "sera strictement contrôlé avec des possibilités de dérogation limitées", a indiqué le Premier ministre. Les motifs permettant de sortir au-delà de 20h sont peu ou prou les mêmes que ceux en vigueur actuellement, mais il ne sera plus possible de se balader ou de faire du sport après 20h.

Par ailleurs, les forces de l'ordre vont mettre en place "un renforcement des contrôles" de ce couvre-feu, a indiqué Gérald Darmanin. "Il n'y aura pas de consignes d'indulgence" a insisté le ministre de l'Intérieur, qui a rappelé que ne pas pouvoir justifier son déplacement par une attestation expose à "une amende forfaitaire de 135 euros".

 

Les déplacements sur l'ensemble du territoire autorisés à partir du 15 décembre

Jean Castex a également confirmé que "la possibilité de se déplacer sur tout le territoire" serait de nouveau autorisée à partir du 15 décembre, malgré les "règles plus strictes" contre le Covid-19. Le Premier ministre a également invité à continuer le télétravail "partout où il est possible".

Les établissements recevant du public resteront fermés trois semaines supplémentaires

C'était une échéance très attendue, notamment pour le monde de la culture. Cinémas, théâtres, salles de spectacles ou encore musées devaient en théorie rouvrir leurs portes à partir de la deuxième phase de ce nouveau déconfinement. Mais finalement, ces établissements devront encore faire preuve de patience jusqu'au 7 janvier. Par ailleurs, les enceintes sportives, cirques, parcs zoologiques ou encore les salles de jeux et les casinos, ne peuvent également pas rouvrir. "Les conditions posées pour leur réouverture ne sont hélas pas réunies", résume Jean Castex. Il précise également que "les règles posées récemment pour les lieux de culte ne seront pas revues à la hausse". 

Un nouveau point sera fait le 7 janvier pour une éventuelle réouverture en fonction de la situation sanitaire. Les aides sont maintenues, a également indiqué le Premier ministre. Par ailleurs, bars et restaurants restent fermés.

Un isolement obligatoire des malades ne fait "pas consensus"

La piste d'un dispositif rendant l'isolement "obligatoire" pour les personnes testées positives au nouveau coronavirus ne fait "pas consensus", a affirmé Jean Castex, indiquant que l'accent serait plutôt mis sur un "accompagnement renforcé". "Les échanges que j'ai eus ces derniers jours sur ce sujet avec les représentants politiques et parlementaires (...) m'ont conduit à la conclusion qu'une telle évolution qui passerait au demeurant par une nouvelle loi, ne faisait pas consensus. Nous devons donc orienter nos pistes d'amélioration vers l'accompagnement renforcé des personnes malades", a-t-il déclaré.

Europe 1
Par Ugo Pascolo avec AFP