Coronavirus : comment se passe le déconfinement à Pékin ?

, modifié à
  • A
  • A
A Pékin, après des mois de confinement, les autorités autorisent à nouveau les déplacements, mais sous contrôle. 1:27
A Pékin, après des mois de confinement, les autorités autorisent à nouveau les déplacements, mais sous contrôle. © WANG ZHAO / AFP
Partagez sur :
La Chine semble sortir peu à peu de l'épidémie, avec moins de cas recensés et pour la plupart importés de l'étranger. Le "déconfinement" a commencé dans la province du Hubei, et à Pékin, les autorités sont vigilantes avec toujours des mesures strictes de contrôle.

La Chine a levé mercredi les restrictions de déplacement imposées depuis plusieurs mois dans la province du Hubei, épicentre de la pandémie de coronavirus qui s'est depuis étendue au reste du monde. Mais cet allègement est très progressif : des contrôles sophistiqués sont en place, notamment à Pékin, une ville sous très haute surveillance. Des caméras infrarouges sont utilisées pour détecter les personnes fiévreuses dans la rue comme dans les bâtiments publics, et des agents dégainent leur thermomètre tous les 100 mètres.

Un passeport électronique pour travailler ou prendre le métro

Pour aller travailler, il faut désormais utiliser un passeport électronique, un code délivré par son opérateur et qui atteste que vous n'avez pas voyagé. "Pour entrer ici, il faut montrer que vous n'êtes pas sorti de Pékin et de sa banlieue pendant 14 jours au moins", explique un gardien.

Dans le métro c'est également le téléphone qui sert de ticket. Aux heures de pointe, il faut s'enregistrer sur une application mobile, pour réserver sa place dans la file d'attente et éviter la cohue : "En temps normal les passagers font dix à vingt minutes de queue pour pouvoir monter. Alors il faut réserver sa place en ligne et à l'avance, comme ça, pas besoin d'attendre", relate un responsable de la sécurité.

Les nouveaux entrants en quarantaine

Partout dans la capitale, les caméras de surveillance scrutent tous les nouveaux entrants. Il faut un laissez-passer pour rentrer chez soi, et un autre pour aller travailler. Désormais, toutes les personnes qui rentrent d'un voyage à l'étranger passent un examen médical et sont systématiquement placés en isolement pendant quatorze jours, mais à l'extérieur de Pékin.

Europe 1
Par Sébastien Le Belzic, édité par Séverine Mermilliod