L'espace en tête - La Charte Espace et catastrophes majeures

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'espace en tête est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, L'espace en tête, président du Centre national d'études spatiales (CNES), nous emmène à la découverte de l'espace. Aujourd'hui, la Charte Espace et catastrophes majeures.

La Charte internationale Espace et Catastrophes majeures met la technologie spatiale au

service des équipes de secours lors des grandes catastrophes. Elle est née à Vienne, en

1999. L’idée était d’engager ses signataires à offrir gratuitement les données spatiales aux

pays touchés par d’importantes catastrophes, d’origine naturelle ou humaine. Le CNES et

l’ESA en sont les deux membres fondateurs et ils ont été rejoints très rapidement par 15

organismes de différents pays. Cette initiative a été lancée indépendamment des

habituelles institutions politiques, nationales ou internationales, sans pour autant en être

détachée, elle s’inscrit dans une perspective de prévention, de maintien en alerte et

d’intervention rapide dans l’esprit même de l’aide humanitaire.

C’est une étonnante coalition qui dépasse les habituels clivages politiques et économiques

car la Charte a finalement des objectifs très simples : répondre aux requêtes des

organismes de gestion de crise des pays touchés et leur donner un accès rapide aux

données satellitaires pour les aider à gérer les catastrophes naturelles et technologiques en

reprogrammant des satellites pour des prises de vue spécifiques afin d’apporter au plus

vite une aide aux populations sinistrées et aux équipes de secouristes engagées sur les

zones touchées. Les membres de la Charte souscrivent tous au principe d’accès universel

aux données.

Depuis sa mise en application, en 2000, la Charte a été déclenchée 568 fois dans le monde

entier, à la suite de phénomènes d’inondation ou de submersion des zones littorales, mais

aussi des tremblements de terre, des crashs aériens et des feux de forêts. Autant de

déclenchements étonnent le public, surpris par la capacité des organisations spatiales à

mettre en commun des moyens sensibles et onéreux et par le nombre de catastrophes

majeures qui frappent les populations. Aucun continent n’est épargné.

Depuis 18 ans, la Charte est l’un des dispositifs qui permet de mesurer les conséquences

du réchauffement climatique. La puissance et la fréquence des phénomènes naturels

observés augmente et produit des dégâts jamais vus auparavant. En cas de catastrophe,

chaque minute compte. La Charte fournit des cartes précises d’évaluation des dégâts en

combinant des nouvelles images aux données produites avant la catastrophe et les

satellites fournissent une image globale des zones difficiles d’accès. Leurs divers capteurs,

dont certains peuvent voir malgré l’obscurité et les nuages, constituent les meilleurs outils

pour préparer les interventions d’urgence.

Cette initiative unique dans son genre mobilise des agences spatiales du monde entier et

permet aux utilisateurs de bénéficier gratuitement de leurs savoir-faire et de leurs satellites

grâce à un point d’accès unique 24 heures sur 24, sept jours sur sept.