L'espace en tête - La Chine est devenue une puissance spatiale

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'espace en tête est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, L'espace en tête, président du Centre national d'études spatiales (CNES), nous emmène à la découverte de l'espace. Aujourd'hui, la Chine est devenue une puissance spatiale.

Si vous discutez du spatial chinois, vous voyez toujours apparaître des positions tranchées telles que "le spatial chinois reprend des solutions développées par d’autres", "la Chine face aux États-Unis essaie de recréer la course à l’espace de la guerre froide" ou "en Chine, le spatial est un domaine contrôlé par les militaires". Pourtant, la Chine est un pays tout en nuances et il n’y a pas de réponse unique aux questions qui se posent quand on parle du spatial chinois.

Copie ou rupture technologique ? Si la Chine amorce son programme spatial dans les années 60 avec le soutien de l’URSS, elle se retrouve rapidement seule. Elle développe alors un tissu industriel qui souhaite maîtriser chaque technologie. Après un premier satellite lancé en 1970, elle met en place une gamme de lanceurs Longue Marche et des programmes spatiaux en télécommunications et en observation de la Terre. A partir des années 90, les vols habités et le programme d’exploration lunaire complètent ce programme de plus en plus impressionnant, même si la Chine continue de suivre les pas des Etats-Unis et de la Russie.

Logique de concurrence ou volonté de coopération ? A partir du milieu des années 90, la Chine ne peut plus lancer de satellites incluant certains composants américains. Elle développe alors des offres à l’exportation de systèmes spatiaux, clé en main, incluant financement, lancement, satellite, segment sol et formation associée. Elle établit ainsi à partir de la fin des années 2000 des partenariats avec le Nigeria, le Venezuela, le Pakistan…

Pourtant, elle essaie aussi d’infléchir cette image de concurrent de l’occident en ouvrant son programme spatial aux coopérations, notamment pour les vols habités ou dans le cadre des nouvelles routes de la soie maritimes et terrestres qui peuvent par exemple s’appuyer sur son système de radionavigation Beidou.

Présence militaire ou vrai domaine civil ? Le programme spatial chinois s’appuie bien entendu sur des industries duales, notamment pour le développement de ses lanceurs. Pourtant, la France et la Chine ont décidé de coopérer dans le domaine spatial et deux grands programmes civils ont été développés en commun, CFOSat pour mesurer les vagues sur les océans qui sera lancé à la fin de l’année et SVOM pour mesurer les sursauts gamma en astrophysique dont le lancement est prévu en 2021. La Chine a en effet atteint aujourd’hui un niveau suffisant pour innover dans le domaine spatial et la France souhaite être avec elle dans cette nouvelle étape.