Décès de Jacques Chirac : un passionné de culture et une pluie d'hommages

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal de la culture est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Au-delà de la politique, Jacques Chirac était un véritable passionné de culture et avait à cœur de créer un lieu d'expositions avec le Musée du quai Branly.

Un Journal de la culture entièrement consacré ce matin à la disparition de Jacques Chirac, avec de nombreux hommages de la part de personnalités du monde culturel.

Le plus vibrant et le plus émouvant fut sans aucun doute celui de la chanteuse et comédienne Line Renaud, 91 ans. n larme sur BFMTV, elle a dit son chagrin après la disparition de son ami.

Réaction aussi de Jean-Jacques Aillagon. 

"Il a mis la culture à la disposition des citoyens", a déclaré ce jeudi celui qui fut l’un de ses cinq ministres de la Culture. Il est également revenu sur son bilan culturel en affirmant que Jacques Chirac a fait "un leg formidable avec le musée du Quai Branly et  l’entrée des Arts de l’Islam au Louvre".

Passionné des Arts Premiers, il laisse donc derrière lui un musée rebaptisé pour ses dix ans en juin 2016 "Quai Branly-Jacques Chirac". 

Principale réalisation de Jacques Chirac en matière de culture, ce musée a été initié dès son arrivée au pouvoir en 1995 et inauguré en juin 2006. Conçu par l’architecte Jean Nouvel, ce site de 40.000 m2 regroupe des expositions permanentes et temporaires consacrés à l’Asie, l’Afrique, les Amériques et l’Océanie.

Adolescent, Jacques Chirac séchait les cours non pas pour aller faire les 400 coups avec des copains mais pour se rendre au musée Guimet. C’est comme ça qu’il a découvert l’Asie et notamment la Chine, l’Inde et le Japon. Grand témoin de cette passion, Jean-Louis Borloo s’est exprimé sur Twitter "Il connaissait au plus profond la culture chinoise dans son incroyable diversité, il était amoureux du Sumo et des arts japonais. Personne ne connaissait aussi bien le proche, le moyen et l’Extrême-Orient, et quel Européen connaissait et aimait comme lui l’Afrique".

Le président du Musée Stéphane Martin a fait une annonce sur notre antenne.

Il a indiqué que le musée dont les drapeaux sont en berne sera accessible gratuitement pendant une dizaine de jours. Accès libre à toutes les expositions, le temps que "les citoyens qui veulent rendre hommage au Président, puisse le faire".