Sorties reportées, faillites : et si le jeu vidéo n'était pas le grand gagnant du confinement ?

, modifié à
  • A
  • A
Jeux vidéo Xbox manette 1:43
Les amateurs de jeu vidéo ont profité du confinement pour jouer encore plus. Mais le secteur anticipe un reflux dans les prochains mois. © THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
Le jeu vidéo est l'une des rares activités culturelles à avoir tiré son épingle du jeu pendant le confinement, avec des joueurs cloîtrés chez eux avec leur console. Mais derrière, l'industrie a souffert comme les autres du ralentissement économique. Et il va lui falloir du temps pour se remettre d'aplomb.

Les jeux vidéo étaient l’une des activités phares du confinement. On n’a jamais autant joué, sur console ou sur ordinateur, que ces deux derniers mois. Records de ventes, records de connexions pour les jeux en ligne : alors que le cinéma et la musique faisaient grise mine, le jeu vidéo, lui, avait de quoi être satisfait… du moins en apparence. Car l’industrie, elle, a quand même tourné au ralenti pendant deux mois. Et le redémarrage va être long. 

Déjà des jeux repoussés

Première conséquence du confinement : plusieurs jeux ont dû être repoussés, faute de pouvoir réunir les équipes de développement dans le sprint final. The Last of Us, Part II, suite de l'un des meilleurs jeux des années 2010, et donc très attendu par les fans, devait sortir le 29 mai. Mais il a été repoussé de trois semaines, au 19 juin. "Nous devons faire face à la réalité de nombreux problèmes logistiques sur lesquels nous n’avons aucune emprise, et nous ne pourrons pas sortir The Last of Us, Part II de façon satisfaisante à temps", a indiqué le studio Naughty Dog.

Découvrez "GAMERS" le podcast d'Europe 1 Studio

Vous vous souvenez mieux des épisodes d’Assassin’s Creed que de vos cours d’histoire ? Vous attendiez la sortie de FINAL FANTASY VII Remake comme un gamin le matin de Noël ? Découvrez GAMERS, le nouveau podcast d’Europe 1 Studio, et plongez dans les histoires secrètes des jeux vidéos cultes. Créateurs, développeurs, managers et artistes vous emmènent dans les coulisses des plus grandes sagas du gaming…  

>> Retrouvez les épisodes sur notre site Europe1.fr et sur Apple PodcastsSoundCloudDailymotionYouTube, ou vos plateformes d’écoute habituelles.

Même retard pour Ghost of Tsushima : ce jeu alléchant qui promet de nous placer dans l'armure d'un samouraï japonais du 13ème siècle a été décalé du 26 juin au 17 juillet. "Le fait de travailler de chez soi impose un certain nombre de contraintes, mais Ghost of Tsushima est quasiment prêt. Nous mettrons à profit ces quelques semaines de plus pour apporter quelques finitions et éliminer les bugs", a fait savoir l'éditeur, Sony Interactive Entertainment. De son côté, le géant français Ubisoft a prévenu : le coronavirus pourrait l'obliger à repousser au moins l'un des cinq jeux majeurs de son programme pour les 12 prochains mois.

"Certains ne se relèveront pas de la crise"

Mais les joueurs seront-ils au rendez-vous ? Pas sûr… L'été n'est déjà pas une période propice à la pratique du jeu vidéo. Alors après deux mois de confinement, l’envie de prendre l’air risque de remiser les manettes au placard pour quelques temps. Les gros studios ne devraient pas trop en pâtir mais les plus petits, eux, pourraient avoir plus de difficultés. "C'est un coup d'arrêt. Des entreprises, notamment les prestataires de services, vont connaître des mois extrêmement sombres. Et certaines ne se relèveront pas de cette crise.", souligne Julien Villedieu, délégué général du SNJV, le Syndicat national du jeu vidéo. 

D'où, selon lui, un bilan global "à nuancer". "La consommation de jeux a connu une très forte hausse pendant le confinement. Les jeux sur mobile et les nouveautés sur console ont bénéficié du temps que les joueurs avaient à y consacrer pendant deux mois", souligne Julien Villedieu. Avec, à la clé, de nouvelles habitudes de consommation : "En avril, pour la première fois en France, les ventes de jeux dématérialisés (en téléchargement, ndlr) ont dépassé celles des jeux en boîte."

Mais en parallèle, les créateurs de jeux, eux, ont souffert. "Avec le télétravail, les équipes ont parfois perdu en productivité. Et des sociétés ont subie les conséquences de l'annulation d'événements importants, notamment l'E3 (le plus grand salon dédié aux jeux vidéo, qui devait se tenir en juin, a été annulé, ndlr) où se nouent beaucoup de contrats", explique Julien Villedieu. 

Les nouvelles consoles à la rescousse

Malgré tout, Julien Villedieu reste confiant. "C'est une période compliquée mais la croissance reviendra aussi forte qu'avant", veut-il croire. Comme le reste de l'industrie du jeu vidéo, il place ses espoirs dans la nouvelle génération de consoles. La Playstation 5 de Sony et la Xbox Séries X de Microsoft sont annoncées pour la fin d’année, avec pléthore de nouveaux jeux.

"Traditionnellement, les ventes de console baissent l'année précédent l'arrivée d'une nouvelle génération. Il y a de l'attente autour de la PS5 et la Xbox", assure Julien Villedieu. C'est pourquoi, dès à présent, "les studios travaillent pour 2021".