SONDAGE EXCLUSIF - Coronavirus : seuls 4% des Français pensent que le pire de la crise est derrière nous

  • A
  • A
Les Français sont très peu à penser que le pire de la crise est derrière nous.
Les Français sont très peu à penser que le pire de la crise est derrière nous. © AFP
Partagez sur :
Selon un sondage BVA pour Europe 1 et Orange publié vendredi soir, le moral des Français reste fragile pendant le confinement, avec une légère rechute par rapport à jeudi. Si de moins en moins de Français pensent que le pire est devant nous, ils sont une infime minorité à se montrer résolument optimistes.
EXCLUSIF

En temps de confinement face au coronavirus, le moral des Français ne s'améliore pas vraiment : si les indicateurs utilisés par l'institut BVA pour son enquête quotidienne montraient une éclaircie, jeudi, les chiffres du sondage réalisé vendredi pour Europe 1 et Orange* infirment l'hypothèse d'une remontée durable de la confiance de la population dans l'avenir.

Ce sondage, réalisé avant l'annonce vendredi après-midi de la prolongation du confinement pour au moins deux semaines supplémentaires, montre que si les Français sont de moins en moins nombreux à penser que "le pire est devant nous" (74%, contre 76% jeudi et 81% lundi), ceux qui pensent que la situation sera moins grave dans les semaines à venir restent infiniment minoritaires : ils ne sont que 4%. C'est en fait la proportion de sondés qui anticipent une stagnation de la crise qui augmente : 16% vendredi, contre 15% jeudi et 12% lundi.

 

Stagnation du moral, voire légère rechute : pour traduire leur état d'esprit du jour, les Français notent en moyenne leur moral à 6,1 sur une échelle qui va de 0 à 10, 10 étant synonyme d'épanouissement, 0 de déprime totale. Il était de 6,2 jeudi, de 6,1 mercredi et de 6 mardi. Seuls 47% donnent une note supérieure ou égale à 7 pour décrire leur humeur, soit une baisse de deux points depuis jeudi.

Plusieurs motifs d'espoir ?

Plusieurs autres indicateurs viennent confirmer cette petite baisse de moral au regard des vagues précédentes* : ainsi, la confiance dans la façon dont le gouvernement gère la crise baisse à 38%, contre 40% jeudi ; la confiance dans les information émanant des pouvoirs publics recule de deux points (41% contre 43% jeudi), tout comme les informations diffusés dans les médias (43% contre 45% jeudi).

 

Il y a pourtant trois petits motifs d'espoir : d'abord, les Français interrogés par BVA pour ce sondage sont de plus en plus confiants dans la capacité de leur entreprise à faire face à la crise (58%, contre 56% jeudi et 52% mardi). Ensuite, la proportion de personnes qui sont confiantes dans l'ambiance entre les membres du foyer dans les semaines à venir remonte à 74%, contre 73% jeudi. Enfin, pour ceux qui sont contraints de travailler depuis chez eux, il apparaît de plus en plus facile de s'occuper des enfants, pour ceux qui en ont (64%, contre 57% jeudi).

*Enquête barométrique en continue réalisée grâce à 1.000 interviews opérées entre le 25 et le 27 mars, par Internet, auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 Français âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas et le principe du roll-up. Il s'agit d'un cumul "glissant" de vagues de sondages.