Coronavirus : deuxième nuit d'émeutes après l'instauration d'un couvre-feu aux Pays-Bas

, modifié à
  • A
  • A
Les Pays-Bas ont été secoué par une nouvelle nuit d'émeutes dans plusieurs villes après l'instauration d'un couvre-feu.
Les Pays-Bas ont été secoué par une nouvelle nuit d'émeutes dans plusieurs villes après l'instauration d'un couvre-feu. © ROB ENGELAAR / ANP / AFP
Partagez sur :
Plusieurs villes des Pays-Bas ont été le théâtre d'émeutes lundi, pour la deuxième nuit consécutive, après l'imposition ce week-end d'un couvre-feu afin de lutter contre la pandémie. La France compte lundi 73.494 morts du coronavirus, alors que la pression continue de s'accroître à sur l'hôpital avec plus de 3.000 réanimations, une première depuis le 9 décembre.
L'ESSENTIEL

Un couvre-feu qui ne passe pas. Plusieurs villes des Pays-Bas ont été le théâtre d'émeutes lundi, pour la deuxième nuit consécutive, après l'imposition ce week-end d'un couvre-feu afin de lutter contre la pandémie. Alors que la perspective d'un troisième confinement est désormais ouvertement évoquée par le gouvernement, la France compte lundi 73.494 morts du coronavirus, et la pression sur le système hospitalier augmente. Inquiets de la propagation de nouveaux variants du coronavirus, plusieurs pays, comme les Etats-Unis, la France ou Israël, ont imposé des restrictions d'entrée sur leur territoire. 

L'Institut Pasteur a annoncé lundi qu'il arrêtait le développement de son principal projet de vaccin, tandis que le laboratoire américain Moderna a fait savoir que son remède est efficace contre les variants britannique et sud-africain du Covid-19. 

Les principales infos à retenir :

  • 73.494 morts en France, et plus de 3.000 patients en réanimation
  • L'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin
  • Le laboratoire Moderna affirme que son vaccin est efficace contre les variants britannique et sud-africain 
  • De nombreux pays durcissent les restrictions sanitaires face aux nouveaux variants, entraînant parfois manifestations et heurts

Plus de 3.000 patients en réanimation, près de 27.000 hospitalisations

La situation continue de se dégrader en France au fil des jours. Le pays recense désormais 73.494 morts du coronavirus, soit 445 de plus que la veille, tandis que les réanimations franchissent la barre des 3.000 cas graves (3.041), soit 76 supplémentaires en 24 heures. C'est la première fois que la France franchit ce pallier depuis le 9 décembre. La pression s'accentue également sur les hospitalisations avec 531 patients admis pour un total de 26.924 hospitalisations.

Invitée d'Europe 1 lundi matin, Valérie Pécresse a jugé qu'un reconfinement était "inéluctable". Surtout, la présidente de la région Ile-de-France a tendu la main à l'Etat et pointé un manque de collaboration. "On veut être des partenaires et on nous traite comme des adversaires", a-t-elle déploré. 

L'Institut Pasteur abandonne son projet de vaccin

A la mi-journée, l'Institut Pasteur a annoncé qu'il arrêtait le développement de son principal projet de vaccin contre le Covid-19, car les premiers essais ont montré qu'il était moins efficace qu'espéré. Pour le concevoir et le distribuer, l'institut de recherche français s'était allié au laboratoire pharmaceutique MSD (nom du groupe américain Merck hors des Etats-Unis et du Canada). MSD avait en effet racheté l'an dernier la société de biotechnologie autrichienne Themis, avec laquelle Pasteur travaille depuis plusieurs années sur l'élaboration de différents vaccins, dont celui contre le Covid-19. 

Le laboratoire pharmaceutique américain Merck a également annoncé de son côté lundi qu'il interrompait le travail sur deux potentiels vaccins contre le Covid-19, dont celui développé en collaboration avec Pasteur, estimant qu'ils n'étaient pas plus efficaces que ceux développés par d'autres sociétés. Le groupe prévoit en revanche de continuer à travailler sur deux traitements contre le nouveau coronavirus, indique un communiqué. 

Le vaccin Moderna efficace contre les variants britannique et sud-africain

Toujours sur le front des vaccins, le laboratoire américain Moderna a annoncé de son côté que son remède est efficace contre les variants britannique et sud-africain du coronavirus. Les experts s'attendent à ce que le vaccin "protège contre les variants détectés à cette date", a-t-elle affirmé au terme d'essais. Moderna a toutefois précisé qu'elle allait travailler à développer une dose additionnelle pour accroître encore la protection contre ces variants.

255 millions d'emplois perdus, l'économie toujours en souffrance

Sur le plan économique, on commence à mesurer l'ampleur des conséquences de la crise sanitaire. Au niveau mondial, la pandémie a provoqué des "dommages massifs" sur l'emploi, avec l'équivalent de 255 millions d'emplois perdus en 2020, selon l'Organisation internationale du travail (OIT). Sur l'ensemble de 2020, "8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues (par rapport au quatrième trimestre 2019), soit quatre fois plus d'heures de travail parties en fumée que pendant la crise financière de 2009, souligne l'agence spécialisée de l'Onu. 

En France, face à la perspective d’une saison blanche dans les stations, les équipementiers du ski anticipent ainsi une crise qui pourrait durer. Plus largement, avec la mise en place dimanche des restrictions d’entrée dans le pays, avec présentation obligatoire d’un test PCR négatif datant de moins de 72 heures, les professionnels du tourisme déplorent un nouveau coup dur. Enfin, un troisième confinement serait une très mauvaise nouvelle aussi pour les commerçants, déjà confrontés à des soldes décevants, qu’ils attribuent au couvre-feu.

Il est tout de même une profession qui profite de l'épidémie : les galeristes. En effet, les amateurs d'art frustrés par la fermeture des musées se rabattent en masse sur ces rares lieux de cultures restés ouvert. Retrouvez ici notre reportage.

Restrictions et heurts aux Pays-Bas et au Danemark

L'inquiétude face aux nouveaux variants a entraîné le durcissement des mesures de restriction dans de nombreux pays, suscitant l'opposition d'une frange de la population. Dans plusieurs villes des Pays-Bas, des heurts avec la police ont éclaté dimanche et lundi lors de manifestations contre le couvre-feu instauré ce week-end. La police anti-émeute a notamment fait usage de canons à eau contre à des groupes de protestataires dans la ville portuaire de Rotterdam, ainsi que dans la petite ville de Geleen (sud), près de Maastricht, ont rapporté la police et des médias.

Des incidents similaires ont été signalés en Espagne et au Danemark. Découvrez le récit des évènements dans notre article

L'Europe grogne contre les laboratoires, l’Allemagne va expérimenter un traitement

En Europe, la grogne monte à propos des retards de livraison annoncés par AstraZeneca et Pfizer. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a réclamé que les entreprises pharmaceutiques fassent preuve de "transparence". Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio a précisé dimanche que de futures actions en justice annoncées par l'Italie viseront à "récupérer les doses" promises par les deux laboratoires.

Frappée de plein fouet par la résurgence de la pandémie, l'Allemagne sera de son côté la semaine prochaine le premier pays de l'UE à utiliser le traitement expérimental à base d'anticorps administré à l'ex-président américain Donald Trump lorsqu'il avait été contaminé.

Joe Biden annonce des restrictions d’entrée durcies aux Etats-Unis

Le président Joe Biden réimposera lundi une interdiction d'entrer aux Etats-Unis à la plupart des citoyens non américains qui se sont rendus en Grande-Bretagne, au Brésil, en Irlande et dans une grande partie de l'Europe, a déclaré un responsable de la Maison Blanche. Joe Biden étendra également cette interdiction aux voyageurs qui se sont récemment rendus en Afrique du Sud en raison des informations selon lesquelles de nouveaux variants du coronavirus plus transmissibles apparaissent aux Etats-Unis, a ajouté le responsable.

Cette décision du président démocrate fait partie du plan de lutte de la nouvelle administration contre l'épidémie de Covid-19 qui flambe dans le pays le plus touché au monde, tant en termes d'infections (25,1 millions) que de décès (plus de 419.000). Il avait estimé vendredi que le nombre de morts dus à la maladie aux Etats-Unis "devrait atteindre beaucoup plus que 600.000".

Plus de deux millions de morts

La pandémie a fait plus de 2,12 millions de morts dans le monde depuis fin décembre, sur plus de 99,14 millions de contaminations confirmées, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 11 heures GMT. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (419.220), devant le Brésil (217.037), l'Inde (153.470), le Mexique (149.614) et le Royaume-Uni (97.939).