Covid-19 : 105.387 morts en France, la pression hospitalière reste forte

, modifié à
  • A
  • A
Plus de 5.500 patients se trouvent toujours dans un service de réanimation en France.
Plus de 5.500 patients se trouvent toujours dans un service de réanimation en France. © Loic VENANCE / AFP
Partagez sur :
Les lycéens et collégiens ont retrouvé lundi le chemin des classes, alors que la France a levé la limite des 10 km pour les déplacements autour de chez soi. Dans un rapport publié mardi, la Défenseure des droits juge que les droits des résidents d'Ehpad ont été "grandement entravés" pendant la crise. 
L'ESSENTIEL

La pression hospitalière reste forte en France, malgré une légère baisse des réanimations ce mardi. Entamée depuis lundi, la première étape du déconfinement progressif en France marque la fin des restrictions de circulation au-delà de 10 km, ainsi que des attestations. Le couvre-feu à 19 heures reste lui en vigueur, tandis que le ministre de la Santé Olivier Véran a dit espérer la fin du port du masque en extérieur pour "cet été", mardi sur Europe 1. Il n'est déjà plus obligatoire dans les espaces naturels dans les Alpes-Maritimes.

La Défenseure des droits, Claire Hédon, a regretté mardi dans un rapport que les droits des résidents d'Ehpad aient été "grandement entravés" pendant la crise sanitaire. Pendant ce temps, les Etats-Unis veulent vacciner leurs adolescents pour relancer la campagne de vaccination. De son côté, l'Inde a dépassé mardi les 20 millions de cas du Covid-19. 

Les principales informations à retenir :

  • Le "forfait psy" pour les 3 à 17 ans sera instauré fin mai
  • Olivier Véran dit espérer la fin du port du masque en extérieur pour "cet été" sur Europe 1
  • Dans les Alpes-Maritimes, le masque n'est plus obligatoire dans les espaces naturels
  • L'épidémie a fait 105.387 morts en France, selon le dernier bilan
  • Le Conseil scientifique souhaite un pass sanitaire "temporaire et exceptionnel" 
  • Joe Biden veut vacciner les adolescents dès que possible

La pression hospitalière reste forte en France

Le nombre de malades du coronavirus dans les services de réanimation, en légère augmentation lundi, a à nouveau baissé mardi, selon les derniers chiffres du gouvernement. Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) comptaient 5.504 patients mardi, dont 355 admis ces dernières 24 heures, contre 5.630 lundi.

Le total des patients Covid à l'hôpital était également en baisse, à 28.427, contre 28.950 la veille, avec 1.591 nouvelles hospitalisations dans les dernières 24 heures. Un total de 243 personnes sont mortes du coronavirus à l'hôpital dans les dernières 24 heures, contre 311 la veille, portant le bilan à 105.387 morts en France. 

Olivier Véran "espère" la fin du port du masque en extérieur "cet été"

Invité mardi de la matinale d'Europe 1, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a dit espérer "sincèrement" que la fin du port du masque en extérieur ait lieu "cet été". "Quand la date qui nous permettra d'envisager sereinement la fin des gestes barrières et de la fin du masque à l'extérieur sera arrivée, nous n'attendrons pas 24 heures", a-t-il assuré, comme vous pouvez le voir dans l'extrait vidéo ci-dessous :

Le ministre a par ailleurs défendu "le choix du pragmatisme", alors que les personnes de plus de 18 ans souffrant de maladies chroniques et d'obésité peuvent se faire vacciner depuis samedi et ce sans certificat, ni ordonnance. "On veut que ce soit simple, l’urgence est de vacciner les plus fragiles." Europe 1 avait constaté dans plusieurs centres de vaccination des Yvelines que tous les candidats aux vaccins n'avaient pas les comorbités devant les rendre prioritaires.

Dans les Alpes-Maritimes, plus de masque sur les plages et dans les parcs

Depuis mardi, certains Français peuvent déjà se promener le visage à l'air libre. Dans les Alpes-Maritimes, les habitants peuvent en effet ôter leur masque sur les plages, dans les parcs et jardins publics en raison du faible taux d'incidence dans le département (157 pour 100.000 habitants). Pour eux, se promener le nez au vent est tout sauf anecdotique. "On peut respirer, profiter de la mer sans être coincé et enfermé. On s'éloigne des personnes, on reste entre nous, mais on peut quand même enfin souffler", réagit Sandra au micro d'Europe 1. "Je n'étais pas du tout pour le fait de porter un masque", abonde Gwenaëlle. "Quand on va à la plage ou dans la forêt, je voyais pas du tout l'intérêt. C'est vraiment mieux d'être libre." Découvrez notre reportage ci-dessous :

Les droits des résidents d'Ehpad "grandement entravés" pour la Défenseure des droits

Le droit à une "vie privée et familiale" a été plus entravé au cours de la crise sanitaire pour les résidents d'Ehpad que pour le reste de la population, a dénoncé mardi la Défenseure des droits dans un rapport qui formule une soixantaine de recommandations pour garantir leur "liberté".

Les saisines et témoignages se sont accrus ces derniers mois du fait de la pandémie liée au Covid-19, dénonçant notamment "une augmentation, de la part des directions des établissements, de violations de la liberté d'aller et venir des résidents ainsi que de leur droit au maintien des liens familiaux", est-il indiqué. "L'examen de ces réclamations montre, de manière récurrente, des atteintes aux droits fondamentaux, au respect de la dignité et l'intégrité des personnes accueillies", souligne la Défenseure des droits, Claire Hédon.

Mise en place d'un "forfait psy" pour les enfants à la fin du mois de mai

Le "forfait psy", qui permettra le remboursement de dix séances chez un psychologue pour les enfants de 3 à 17 ans, affectés par la crise sanitaire, sera "opérationnel" fin mai, a indiqué mardi le secrétariat d'Etat à l'Enfance.

Ce dispositif avait été annoncé par Emmanuel Macron lors d'un déplacement dans un hôpital psychiatrique de Reims, mi-avril, pour apporter une "réponse d'urgence à la souffrance psychique des jeunes dans un contexte de crise sanitaire, où l'état de santé mental et psychologique des Français se dégrade".

Le Conseil scientifique recommande un pass sanitaire "temporaire et exceptionnel"

Un pass sanitaire assurant qu'une personne est vaccinée ou a eu un test négatif peut être utilisé pour faciliter le "retour à la vie normale", à condition que ce soit "de manière temporaire et exceptionnelle", estime mardi le Conseil scientifique. "Le pass sanitaire, utilisé de manière temporaire et exceptionnelle, peut permettre à la population une forme de retour à la vie normale en minimisant les risques de contamination par le virus Sars-CoV-2", conclut l'instance de conseil du gouvernement dans un avis transmis lundi soir au gouvernement et rendu public mardi.

Le Conseil juge également que son utilisation ne dispense pas du respect du port du masque quand c'est possible et de la ventilation suffisante des lieux clos.

L'Agence européenne des médicaments examine le vaccin chinois

L'Agence européenne des médicaments a annoncé mardi le lancement d'une procédure d'"examen continu" du vaccin du laboratoire chinois Sinovac, ce qui ouvre la voie à une éventuelle demande d'autorisation prochaine dans l'Union européenne. La décision "de commencer l'examen continu se fonde sur des résultats préliminaires d'études en laboratoire (données non-cliniques) et des études cliniques", explique le régulateur européen dans un communiqué. Le vaccin du laboratoire chinois Sinovac utilise la technique classique du virus inactivé qui aide la personne vaccinée à produire des anticorps contre le virus.

Joe Biden veut vacciner les adolescents américains dès que possible

Le président américain Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis étaient prêts à lancer "immédiatement" une campagne de vaccination des adolescents en cas d'autorisation du vaccin anti-Covid de Pfizer pour ces derniers. Début avril, l'alliance Pfizer/BioNTech a déposé une demande d'extension de l'autorisation en urgence de son vaccin pour les 12-15 ans aux Etats-Unis.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) devrait effectivement l'autoriser pour cette tranche d'âge d'ici le début de la semaine prochaine selon les médias locaux. "Si cette annonce arrive, nous sommes prêts à agir immédiatement", a déclaré Joe Biden lors d'une allocution depuis la Maison Blanche.

17 millions d'enfants américains pourraient être concernés. En vacciner une partie permettrait de se rapprocher de l'immunité collective. Environ 56% des adultes américains ont reçu au moins une dose de vaccin (plus de 145 millions de personnes), mais le gouvernement est aujourd'hui confronté à des difficultés d'accès à une partie de la population restante, et au scepticisme d'autres.

L'Inde dépasse les 20 millions de cas

L'Inde a dépassé mardi les 20 millions de cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, selon les données officielles, alors que la maladie continue de faire des ravages dans le pays aux hôpitaux saturés. Au cours des dernières 24 heures, l'Inde a recensé 357.229 nouvelles contaminations, portant le total à 20,3 millions, selon le ministère de la Santé. Les décès ont augmenté de 3.449 pour atteindre 222.408 au total. De nombreux experts estiment cependant que le nombre réel est beaucoup plus élevé.

Plus de 3,2 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 3.203.937 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (577.489), devant le Brésil (408.622), le Mexique (217.233), l'Inde (218.859) et le Royaume-Uni (127.538).