L'ESSENTIEL - Coronavirus : 20.796 morts en France, les réanimations toujours en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Le dernier bilan du coronavirus en France fait état de 20.796 morts. (Photo d'illustration)
Le dernier bilan du coronavirus en France fait état de 20.796 morts. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Jean-Michel Blanquer a annoncé mardi que le retour à l'école, à partir du 11 mai, sera étalé sur trois semaines et par niveaux de classe. En France, plus de 20.700 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie. 
L'ESSENTIEL

La réouverture des écoles se précise. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé mardi que le retour des élèves, à partir du 11 mai, sera étalé sur trois semaines et par niveaux de classe. Pendant ce temps, le bilan de la pandémie continue de s'alourdir avec plus de 20.700 morts du coronavirus. Mais, lueur d'espoir, le nombre des hospitalisations et des réanimations sont une fois de plus à la baisse.

A l'étranger, l'Italie a enregistré pour le deuxième jour consécutif une baisse du nombre de malades. Plus de 2,5 millions de cas ont été recensés dans le monde depuis le début de l'épidémie, selon l'AFP. Suivez l'évolution de la situation en direct.

Les principales informations à retenir :

  •  20.796 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie
  • Blanquer évoque un retour à l'école étalé sur trois semaines, par niveaux de classe
  • Tracking et déconfinement progressif : les débats à l'Assemblée seront suivis d'un vote
  • Plus de 2,5 millions de cas ont été enregistrés dans le monde

Plus de 20.000 morts en France, hospitalisations et réanimations en baisse

L'épidémie de Covid-19 a tué 20.796 personnes en France depuis début mars, dont 531 décès enregistrés depuis lundi, mais la pression sur les hôpitaux continue progressivement à s'alléger, a annoncé mardi le directeur général de la Santé.

Au total, 12.900 personnes sont décédées à l'hôpital, soit 387 de plus depuis lundi, et 7.896 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux (+ 144), a déclaré Jérôme Salomon lors de son point presse quotidien. Mais le nombre de personnes hospitalisées et en réanimation poursuit sa lente décrue.

Le retour à l'école étalé sur trois semaines, et par niveaux de classe

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué mardi un retour à l'école à partir du 11 mai, étalé sur trois semaines par niveaux de classe, lors d'une audition à l'Assemblée nationale. La première semaine concernerait les élèves de grande section de maternelle, de CP et de CM2. La deuxième semaine ceux de Sixième, Troisième, Première et Terminale ainsi que les ateliers industriels en lycée professionnel.

L'ensemble des élèves reprendraient l'école la troisième semaine, avec des demi-groupes ne dépassant pas 15 élèves. Il s'agit de "grands principes", mais il y aura "beaucoup de souplesse locale", a insisté le ministre. Si une famille ne veut pas envoyer son enfant à l'école, ce sera possible mais dans ce cas, il aura l'obligation de suivre l'enseignement à distance : "un élève ne sera jamais en dehors de l'obligation scolaire".

Jean-François Delfraissy, le président du conseil scientifique Covid-19, a lui estimé qu'il y avait "peu de risques" pour les élèves, mardi soir sur Europe 1. En revanche, reconnaît-t-il, "ce qui fait le risque, c'est d'être dans une institution, avec des contacts multiples entre les enfants". Retrouvez ici son interview

Les débats à l'Assemblée sur le tracking seront suivis d'un vote

Le gouvernement a indiqué mardi que les débats prévus à l'Assemblée nationale sur le traçage des données mobiles dans la lutte contre le coronavirus, ainsi que sur le déconfinement progressif du pays, seraient suivis d'un vote des députés. Des élus de droite comme de gauche étaient montés au créneau ces derniers jours pour réclamer un scrutin sur le sujet sensible du traçage des données mobiles dans la lutte contre le coronavirus. 

L'application "StopCovid", envisagée par l'exécutif, doit permettre à l'utilisateur d'être prévenu s'il a croisé une personne contaminée par le virus. Elle fonctionnerait sur la base du volontariat.

La France loin de l'immunité collective

Alors que le déconfinement approche, et afin de sortir de cette situation sanitaire sans précédent, il est essentiel de comprendre le niveau de circulation du coronavirus dans la population. C'est-à-dire savoir combien de personnes ont été touchées par le virus, pour déterminer l'immunité collective, le pourcentage de personnes immunisés contre le virus. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec Santé Publique France et l’Inserm ont fait une analyse détaillée des hospitalisations et des décès dus au Covid-19 en France.

Europe 1 vous révèle leurs premiers résultats, plus décevant qu’attendus. Ils montrent que 5,7% de la population française a probablement été contaminée.

Les lieux de culte ne rouvriront pas en mai, Macron s'entretient avec le pape 

Les lieux de culte ne rouvriront pas le 11 mai, a indiqué mardi Emmanuel Macron aux responsables des cultes, en prévoyant une évaluation vers début juin ou mi-juin pour étudier la possibilité de réouverture. Le chef de l'Etat a également indiqué, au cours d'une audioconférence avec les responsables des grandes religions, qu'il n'y aurait "pas de grand rassemblement jusqu'à la fin de l'été", toujours en raisons de la pandémie.

Par ailleurs, le président de la République s'est entretenu un peu plus tôt avec le pape François. Les deux hommes ont trouvé "beaucoup de convergences" sur les réponses à apporter à la crise du coronavirus, selon l'Elysée. Durant un appel de 45 minutes, le pape "a salué les initiatives constructives" prises par la France au niveau international depuis le début de la crise sanitaire, selon la présidence. 

Le baril de pétrole coté à New York repasse au-dessus des zéro dollar

Après une chute historique à -37,65 dollars à la clôture lundi soir, le baril de pétrole coté à New York pour livraison en mai est finalement repassé à une valeur positive pour terminer à 10,01 dollars ce mardi. Mais de son côté, le même baril pour livraison en juin, qui deviendra la référence à partir de mercredi, a plongé de 43% pour finir à 11,57 dollars. Pourquoi le cours du pétrole subit-il une telle chute ? Tous les détails dans notre décryptage ici

Plus de 2,5 millions de cas déclarés dans le monde, nouvelle baisse en Italie

Au moins 2.525.240 cas d'infection, parmi lesquels 174.001 décès, ont été recensés, notamment en Europe, continent le plus touché avec 1.234.340 cas et 109.381 décès, ainsi qu'aux Etats-Unis (804.194 cas, dont 43.200 décès), pays où la pandémie progresse actuellement le plus rapidement.

Au Royaume-Uni, les décès sont repartis à la hausse mardi avec 828 morts supplémentaires à l'hôpital, selon un bilan publié par le ministère de la Santé. Le pays dénombre désormais 17.337 morts au total et 129.044 contaminations. En Italie, le nombre de malades a baissé pour le deuxième jour consécutif. Le bilan officiel fait état de 107.709 malades, soit 528 de moins que la veille. Le pays a toutefois enregistré 534 décès ces dernières 24 heures, ce qui porte le total de morts à 24.648. 

De son côté, l'Espagne, troisième pays le plus endeuillé au monde avec 21.282 morts et 204.178 cas, a décidé que les "enfants de moins de 14 ans" pourraient "sortir se promener à partir de dimanche". Ces derniers sont totalement confinés depuis la mi-mars.

En Allemagne, la ville de Berlin va imposer les masques dans les transports en commun à partir du 27 avril, a annoncé le maire de la ville. Dix Etats allemands sur seize ont annoncé de telles obligations. Dans le pays, la pandémie est "sous contrôle et gérable", selon le gouvernement.