En France, l'immunité collective est (très) loin

, modifié à
  • A
  • A
France coronavirus masques 1:34
Selon une étude, 5,7% de la population française a probablement été contaminée par le coronavirus. © AFP
Partagez sur :
Une étude de l'Institut Pasteur, en collaboration avec Santé Publique France et l’Inserm, révèle mardi que 5,7% de la population française aura probablement été contaminée par le coronavirus au 11 mai. L'immunité collective, estimée à 70%, est donc encore loin. 

Alors que le déconfinement approche, et afin de sortir de cette situation sanitaire sans précédent, il est essentiel de comprendre le niveau de circulation du coronavirus dans la population, combien de personnes ont été touchées par le virus, pour déterminer l'immunité collective, le pourcentage de personnes immunisés contre le virus. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, en collaboration avec Santé Publique France et l’Inserm ont fait une analyse détaillée des hospitalisations et des décès dus au COVID-19 en France. Des premiers résultats, plus décevants qu’attendus. Ils montrent que seuls 5,7% des Français, soit 3,7 millions d'habitants, auront été infectés par le coronavirus au 11 mai, jour du début du déconfinement. 

5,7 des Français contaminés

Le président du comité scientifique Jean-François Delfraissy estimait lui-même il y a encore quelques jours que 10 à 12% de la population avait rencontré le virus. Les résultats indiquent que c'est probablement deux fois moins : seulement 5,7% des Français auront rencontré le virus au 11 mai prochain. Le niveau d’immunité est donc très inférieur au niveau nécessaire pour éviter une seconde vague si toutes les mesures de contrôle devaient être levées (70%).

Pour obtenir ce résultat, les chercheurs de l’Institut Pasteur ont analysé tous les chiffres sur les hospitalisations dus au coronavirus dans le pays en les recoupant avec  l’enquête menée à bord du Diamond-Princessle bateau de croisière mis en quarantaine au large des côtes japonaises. 

Le R0 en baisse, 13% de mortalité chez les hommes de plus de 80 ans

Autre résultat très important,le R0, le nombre de reproduction de base, c’est-à-dire le nombre de personnes qu’un malade contamine. Selon cette étude, ce R0 est actuellement de 0,5, alors qu’il était de 3,3 avant le confinement, soit une baisse de 84%. 

Ce qui veut dire que le confinement fonctionne bien, peut-être même mieux que prévu. Avec ces modélisations, les chercheurs considèrent qu’il devrait y avoir entre 10 et 45 nouvelles admissions en réanimation par jour dans les hôpitaux le 11 mai prochain. Bien loin des 700 admissions quotidiennes à la fin du mois de mars. 

Autres résultats de l'étude : le risque d'hospitalisation pour les personnes infectées par le virus est de 2,6%. Mais il augmente avec l'âge pour atteindre 31% chez les hommes de plus de 80 ans. Le taux de mortalité chez les personnes infectées est de l’ordre 0.5% (13% chez les hommes de plus de 80 ans). La probabilité de décès est 45% supérieure chez les hommes infectés que chez les femmes infectées, avec un différentiel qui augmente avec l’âge.