Coronavirus : 1.655 malades en réanimation en France, solde toujours négatif

, modifié à
  • A
  • A
On compte ce dimanche 10 personnes en moins dans les services de réanimation sur les dernières 24 heures. (Photo d'illustration)
On compte ce dimanche 10 personnes en moins dans les services de réanimation sur les dernières 24 heures. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Alors que se termine ce dimanche le week-end de l'Ascension, le reflux épidémique continue sur le territoire, à l'instar des réanimations qui poursuivent leur lente décrue. 
L'ESSENTIEL

Sous un dimanche ensoleillé, les Français profitent de la dernière journée du week-end de l'Ascension, qui a permis à bon nombre de se mettre au vert, en fuyant à moins de 100 kilomètres du bitume des villes. Dans le même temps, le reflux épidémique continue sur le territoire, à l'instar des réanimations qui poursuivent leur lente décrue avec 10 cas graves en moins ces dernières 24 heures. Mais les conséquences économiques du Covid-19 sont belles et bien là et la dette française devrait dépasser 115% du PIB en fin d'année.

Dans le monde, le coronavirus a infecté plus de 5,36 millions de personnes, dont plus de 2 millions en Europe, tandis l'Amérique du Sud est devenu un nouvel épicentre de la pandémie. 

Les informations à retenir :

  • Les réanimations poursuivent leur baisse, mais les autorités n’ont pas fourni de chiffres de la mortalité quotidienne dimanche
  • Le "Ségur de la Santé" promis aux soignants par le gouvernement doit être lancé lundi
  • La dette française devrait dépasser 115% du PIB en fin d'année
  • L’Amérique du Sud est un "nouvel épicentre" de la pandémie, qui a fait plus de 343.000 morts dans le monde

Les réanimations toujours en baisse

La baisse du nombre de malades en France touchés gravement par le coronavirus et hospitalisés en réanimation s'est poursuivie dimanche, avec 1.655 patients, soit 10 de moins en 24 heures, a indiqué la direction générale de la santé dans un communiqué. Le nombre total de malades en réanimation, qui reflète notamment la pression sur le système hospitalier, "reste élevé" avec 5.600 patients toutes causes confondues, précise la DGS.

Par ailleurs, 17.185 patients en tout restent hospitalisés à cause du Covid-19, soit 7 de plus que samedi. S'agissant de la mortalité, la prochaine actualisation des données collectées par Santé Publique France n'aura lieu que lundi, en raison du pont de l'Ascension. Le bilan s'établissait à 28.289 morts en France vendredi soir. 

Des annonces cette semaine pour les vacances

Le gouvernement devrait donner des précisions dans le courant de la semaine sur la phase suivante du déconfinement, notamment sur l'organisation des vacances d'été, qu'il faudra passer "plutôt en France", a souligné la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne dimanche. "Dès maintenant, on peut réserver ses vacances pour le mois de juillet, pour le mois d'août. Pour le mois de juin, on précisera des choses", a-t-elle indiqué. 

Restaurateurs et cafetiers sauront aussi cette semaine s'ils pourront rouvrir leurs établissements à compter du 2 juin dans les départements classés "vert".

Les salaires des soignants revalorisés dès janvier ?

Invité dimanche du Grand Rendez-vous sur Europe 1, Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement, a expliqué qu'il fallait "être fier" d'avoir choisi de confiner la France, même dans l'hypothèse d'une saisonnalité du coronavirus. "On a fait le choix de préserver au maximum les populations. Je pense que c'est une heureuse nouvelle et c'est plutôt bien pour l'humanité et ce qu'elle porte comme valeurs", a-t-il justifié, rappelant que deux tiers de l'humanité avait été confinée à partir du mois de mars.

Il est par ailleurs revenu sur le plan Santé promis par Olivier Véran, qui pourrait d'après lui être adopté "dès l'automne". Les aspects budgétaires du moins, précise-t-il, expliquant que ceux-ci relèveraient "sans doute" du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, voté à la rentrée, et effectif en janvier. La "revalorisation des rémunérations" des soignants pourrait faire partie de ces mesures. Alors que le "Ségur de la Santé" doit commencer lundi, on vous explique dans cet article pourquoi les soignants semblent en position de force après la crise.  

La dette française devrait dépasser 115% du PIB en fin d'année

Sur le plan économique, la dette française va "sans doute" dépasser le seuil de 115% du produit intérieur brut en fin d'année, en conséquence des mesures de soutien à l'économie face à la crise sanitaire, a déclaré le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. "Ce sont des choses trop importantes pour pouvoir faire des commentaires avec le doigt mouillé", a-t-il toutefois précisé, alors que les 115% sont prévus par le dernier budget rectificatif en date.

Toujours selon le ministre, le gouvernement va exonérer de 3 milliards d'euros de charges sociales des entreprises de secteurs particulièrement touchés par la crise, comme la restauration, le tourisme, la culture ou le sport. En dehors de ces secteurs, les sociétés ayant vu leurs charges sociales reportées pourront étaler leur paiement sur une période pouvant atteindre 36 mois. 

 

Vers une "nouvelle guerre froide" entre Chine et Etats-Unis ?

La Chine et les Etats-Unis sont "au bord d'une nouvelle Guerre froide", a averti dimanche le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, déplorant le regain de tensions avec Washington autour de l'épidémie. "Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis", a regretté devant la presse le chef de la diplomatie chinoise.

L’Amérique du Sud, "nouvel épicentre" de la pandémie

Si l’Europe se déconfine progressivement et que l’épidémie semble être sous contrôle aux États-Unis, la propagation du virus suscite de vives inquiétudes en Amérique du Sud. Selon l’OMS, le continent est un "nouvel épicentre", avec une situation particulièrement inquiétante au Brésil. Le pays compte près de 330.000 cas et 21.048 morts pour 210 millions d'habitants, selon l'OMS, ce qui le place au deuxième rang mondial pour le nombre de cas. Une situation qui inquiète également les États-Unis, qui doivent annoncer une interdiction des voyages en provenance du Brésil.

Dans le monde, le coronavirus a fait plus de 343.000 morts et plus de 5,36 millions de cas, dont 2.001.995 en Europe, selon un bilan établi par l’AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 95.490 décès pour plus de 1.600.000 cas. Mais, lueur d'espoir, le nombre de morts enregistrés dans l'Etat de New York est tombé à 84 ces dernières 24 heures, soit le bilan le plus bas depuis le 24 mars.