En Corse, des chiens renifleurs formés à détecter le Covid-19

  • A
  • A
malinois chien renifleur 1:19
En Corse, des chiens sont formés à détecter l’odeur du Covid-19, dans le cadre du projet Nosaïs. © Pixabay
Partagez sur :
En Corse, dans le cadre du projet Nosaïs, des chiens renifleurs sont formés à détecter l'odeur du Covid-19, caractéristique et présente dans la sueur. Les marquages présentent un taux de réussite de 90%. Les chiens seront donc "validés" d'ici deux semaines afin d'effectuer un premier tri lors des campagnes de dépistage.
REPORTAGE

En Corse, des chiens sont formés à détecter l’odeur du Covid-19, dans le cadre du projet Nosaïs. À Ajaccio, mercredi, une centaine de personnes se feront tester par des chiens renifleurs. Une première pour le grand public qui participe à la phase finale de validation du projet.

>> EN DIRECT : Coronavirus - suivez l'évolution de la situation

Odeur présente dans la sueur

L'un des chiens aboie. "Elle a marqué. Elle a aboyé, pour montrer au maître qu’il y a un marquage", explique Brice Leva, chef d'unité chez ces pompiers dresseurs de chiens. Le marquage d'une odeur signifie celle que dégage le malade du virus. Dans cette salle dédiée, Maïka, berger malinois, la détecte en plaçant sa truffe dans un entonnoir. À l'intérieur est installé une compresse que la personne dépistée a placé sous son aisselle. "Il y a une odeur commune à la maladie", poursuit Brice Leva. Une odeur caractéristique présente dans la sueur humaine, non contaminante. "Le chien, c'est 220 millions de cellules olfactives", contre 5 millions pour l'homme.

"On est à 90% de concordance avec les résultats PCR"

À chaque marquage, Maïka a droit à une récompense. Résultat : "elle est aujourd'hui capable, comme trois autres chiens ici, de repérer le virus de façon quasi-systématique", détaille fièrement Aymeric Bénard, commandant vétérinaire. Le taux de réussite, lui, est très bon. "On est à 90% de concordance avec les résultats PCR positifs et des marquages de chiens", se félicite-t-il. "Je dirais même au-delà car il y a eu plusieurs cas de figure où l'on s'est retrouvés avec un test PCR négatif", précise Aymeric Bénard. En effet, dans ces cas, le chien marquait sur des personnes qui ont été testées négatives, puis positives dans les 24 à 48 heures".

"Les chiens seront officiellement 'validés' d’ici 15 jours", poursuit-il. Ils serviront à effectuer un premier tri rapide et peu coûteux lors des campagnes de dépistage.

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Pauline Rouquette