Coronavirus : vos vacances seront-elles remboursées en cas de deuxième vague ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
"Les Français pourront partir en vacances" : tel est le message du gouvernement depuis le début du déconfinement. Mais alors que l'exécutif appelle à réserver pour les mois de juillet et d'août, que se passera-t-il en cas de regain de l'épidémie de coronavirus ? L'avocat Roland Perez fait le point. 

Fin de la limite des 100 km autour du domicile, réouverture des colonies de vacances et des campings... Le déconfinement progressif s'accompagne d'un horizon de plus en plus dégagé pour les vacances des Français, après plusieurs mois d'épidémie de coronavirus. Le gouvernement incite même aux réservations et martèle désormais depuis plusieurs semaines que les congés d'été ne sont pas menacés par le virus. Mais face à une maladie sur laquelle subsistent de nombreuses questions, que se passera-t-il pour les voyages ou les logements réservés en cas de deuxième vague ? L'avocat Roland Perez fait le point. 

Des remboursements "bloqués" dans un premier temps

Les Français ne sont d'ailleurs pas les seuls à se poser la question : elle concerne aussi bien les voyagistes et les autres professionnels du tourisme que les vacanciers. Dans un premier temps, le gouvernement a "bloqué" les remboursements des sommes payées pour réserver des séjours avant l'épidémie et décidé, pour préserver la trésorerie des entreprises, de les convertir en avoirs valables 18 mois - délai au terme duquel un remboursement sera possible. 

Mais en ce qui concerne les réservations post-début de l'épidémie, l'exécutif a choisi de ne pas interférer et préfère laisser les hôtels, clubs de vacances et compagnies de transports organiser eux-mêmes leurs propres règles de réservations et de remboursements éventuels. Il peuvent par exemple permettre de réserver sans verser d'acompte, afin de rassurer les consommateurs. Mais rien n'est obligatoire. 

Le contrat de réservation fera loi

Conclusion : pour les consommateurs, il va falloir regarder avec attention les conditions de réservations et de remboursement proposés avant de s’engager. Car ce sera le contrat et seulement lui, qui fera la loi.

Europe 1
Par Roland Perez