Coronavirus : "Ma contamination est sans doute liée au relâchement", dénonce un Parisien

, modifié à
  • A
  • A
"Il suffit d'une fois, un seul écart et une personne se retrouve contaminée", martèle Raphaël (photo d'illustration). 0:59
"Il suffit d'une fois, un seul écart et une personne se retrouve contaminée", martèle Raphaël (photo d'illustration). © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Alors que plusieurs régions françaises craignent une reprise de l'épidémie, Europe 1 a recueilli le témoignage de Raphaël, 18 ans, Francilien testé positif au coronavirus ce week-end malgré, assure-t-il, de multiples précautions. "Ma contamination est sans doute liée au relâchement, parce qu'on voit beaucoup de personnes qui arrêtent de respecter les gestes barrières", estime-t-il. 
TÉMOIGNAGE

Même si le chiffre des hospitalisations diminue lentement, de nouvelles contaminations au coronavirus sont détectées chaque jour en France, deux mois après la fin du confinement visant à lutter contre l'épidémie, au point que le gouvernement a rendu le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos, dès lundi. Europe 1 a recueilli le témoignage de Raphaël, 18 ans, l'un de ces "nouveaux" cas, qui a reçu le résultat de son test ce week-end... Et déplore le relâchement des habitants d'Île-de-France, la région où il réside. 

"Je n'ai pas fait de rassemblement"

"Il suffit d'une fois, un seul écart, et une personne se retrouve contaminée", soupire le jeune homme. "On repense forcément très rapidement aux derniers jours qui se sont écoulés, on se demande quand on a pu être contaminé, on se refait un peu le film dans notre tête."

En ce qui le concerne, le "film" est rapidement reconstitué. "Je n'ai pas fait de rassemblement, je ne sortais que pour les sorties obligatoires, comme faire ses courses. Ma contamination est sans doute liée au relâchement, parce qu'on voit beaucoup de personnes qui arrêtent de respecter les gestes barrières", estime-t-il.

"C'est de leur faute si je suis contaminé"

"Il y a eu cette fois dans le métro où il y avait une personne qui s'est mise juste à côté de moi, qui ne portait pas de masque", se souvient notamment Raphaël. "Ce qui est le plus énervant, je crois, c'est de voir toutes les personnes qui sortent au parc ou en terrasse sans masque, qui rient à gorge déployée", s'agace-t-il. "C'est de leur faute si je suis contaminé. Je trouve ça un peu honteux de sortir sans masque quand on connaît la situation actuelle."

Europe 1
Par Margaux Lannuzel