La France risque de manquer de masques pour le déconfinement

, modifié à
  • A
  • A
La production nationale hebdomadaire et les importations de masques seraient "insuffisantes à ce stade pour couvrir la totalité du besoin".
La production nationale hebdomadaire et les importations de masques seraient "insuffisantes à ce stade pour couvrir la totalité du besoin". © FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :
Le déconfinement se fera-t-il masqué ? Alors que les Français devraient pouvoir sortir de chez eux à partir du 11 mai, les stocks de masques ne permettraient pas d'en fournir à tous. D'après nos confrères du "Journal du dimanche", une note des services d'Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie indique que "l'adéquation moyens-besoins" pose question.

À 48 heures de l'annonce par Edouard Philippe du plan de déconfinement à l'Assemblée nationale, beaucoup s'interrogent. Le port du masque sera-t-il obligatoire ? S'il devrait l'être dans les transports, pas sûr qu'il soit imposé dans les grands espaces ouverts. Selon une note rédigée le 14 avril par les services d'Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, consultée par nos confères du Journal du dimanche, la production nationale hebdomadaire et les importations seraient "insuffisantes à ce stade pour couvrir la totalité du besoin".

La crainte d'une pénurie temporaire de masques n'est pas donc pas à exclure, mais sur ce point, Bercy se veut rassurant. "La production et les importations continueront de s'accroître après le 11 mai", rapporte le JDD.  Toujours selon l'hebdomadaire, le document dresse le besoin en masques chirurgicaux et FFP2 à 70 millions d'unités chaque semaine pour les soignants et les personnels en Ehpad. 

Un appel à la reconstitution d'importants "stocks d'Etat"

Sauf que Bercy estime que la production française pourrait s'élever "à 11,4 millions de masques chirurgicaux et 6,8 millions de FFP2". Bien loin des besoins affichés, d'où le recours à de massives importations. "Sur les masques que nous avons commandés en Chine, on doit être pas loin des deux milliards, et on continue de passer des commandes", affirmait début avril le ministre de la Santé Olivier Véran. Sauf que l'arrivée des masques s'échelonnera jusqu'à fin juin, expliquait il y a quelques semaines Jean-Yves Le Drian. 

Ainsi, pour ne plus autant dépendre des importations, la note comporte un appel à l'élaboration d'une "stratégie de long terme de sécurisation de la France en matière de masques de protection" et à la reconstitution d'importants "stocks d'Etat", rapporte le JDD. "En 2008 et jusqu'en 2012, on avait un milliard de masques en stock et 700 millions de FFP2. Or, ces stocks n'ont pas été renouvelés", déplorait sur notre antenne le président des médecins de France Jean-Paul Hamon.

Les masques grand public autorisés dans les pharmacies

Lundi, Agnès Pannier-Runacher détaillera le circuit de production des masques grand public (filtrants et réutilisables une vingtaine de fois), annonce le Journal du dimanche. Ils devraient être vendus à un prix maximum de cinq euros dans les bureaux de tabac, la grande distribution et les pharmacies, situation qui n'était jusque-là pas autorisée.