Coronavirus : le dépistage à grande échelle, porte de sortie du confinement ?

, modifié à
  • A
  • A
D'après le Conseil scientifique, le test de dépistage est l'arme la plus efficace pour éviter une seconde vague de contamination. 1:23
D'après le Conseil scientifique, le test de dépistage est l'arme la plus efficace pour éviter une seconde vague de contamination. © AFP
Partagez sur :
Pour sortir définitivement du confinement et venir à bout du coronavirus, le Conseil scientifique préconise la mise en place d'une politique de dépistage à grande échelle. Si la France parvient à les multiplier, deux types de tests devront être pratiqués. 

Comment venir à bout du coronavirus, et une bonne fois pour toute ? D'après le Conseil scientifique, le test de dépistage est l'arme la plus efficace pour sortir du confinement sans risquer une seconde vague de contamination. A condition, bien-sûr, d'en avoir suffisamment en stock, ce qui est encore loin d'être le cas en France. 

Aujourd'hui, l'Hexagone réalise 35.000 tests de dépistage du Covid-19 par semaine (5.000 par jour). A titre de comparaison, l'Allemagne, elle, vient d'annoncer qu'elle en réalisera 500.000 désormais.

Olivier Véran, le ministre de la Santé, a toutefois annoncé mercredi à l'Assemblée nationale, que le nombre de tests allait être multiplié par cinq, pour atteindre les 25.000 par jour d'ici deux semaines. Mais en vue de la sortie de confinement, le Conseil scientifique préconise une politique de dépistage à bien plus grande échelle. 

Deux types de tests seraient alors utiles. Le classique, dit PCR, qui s'opère par prélèvements dans le nez et la gorge, indique en quelques heures si la personne testée est contaminée ou non. Au moment du déconfinement, il faudrait idéalement dépister tous ceux qui présentent encore des symptômes, ainsi que leur entourage. En cas de résultat positif, ils pourraient être mis encore 14 jours à l'isolement. 

L'autre type de test est dit de sérologie. Grâce à une simple prise de sang, il permettrait à chacun de savoir s'il a été infecté ou non par le Covid 19. Une façon de repérer les fameux asymptomatiques, les patients ayant été contaminé mais n'ayant pas présenté de symptômes.

Les patients déjà infectés sont de fait immunisés, et connaître le nombre de personnes ayant été infectées a donc son importance : si 50 à 60% des Français ont croisé le virus, celui s'éteindra de lui même puisque la population sera collectivement immunisée. Une statistique essentielle pour décider s'il y a besoin, ou non, de confiner à nouveau la population. 

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Laetitia Drevet