Coronavirus : en Guyane, où les contaminations explosent, "on va droit à la catastrophe"

  • A
  • A
Guyane, barrage, coronavirus 1:27
La Guyane fait face à une vague épidémique qui inquiète les autorités. Un durcissement des mesures sanitaires est envisagé. Image d'illustration © Jody Amiet / AFP
Partagez sur :
La Guyane constate une hausse rapide de son nombre de cas de coronavirus. Face au risque épidémique, certains élus, comme le maire de Kourou, appellent à un durcissement des mesures sanitaires pouvant aller jusqu'à un reconfinement partiel.

La Guyane pourrait se reconfiner. Alors que le reflux épidémique est constaté en France métropolitaine depuis plusieurs jours, la situation de ce territoire ultramarin est très différente et inquiète les autorités. Le report du second tour des municipales est même envisagé. La Guyane est passée de 144 cas à presque 1.000 cas de coronavirus en un mois. Si la tendance épidémique se poursuit, le virus pourrait toucher prochainement 10 % de la population.

Un confinement trop précoce et une proximité avec le Brésil

Les foyers infectieux se multiplient, et plusieurs hypothèses sont avancées pour l'expliquer. La première concerne la période de confinement. Calquée sur la métropole, elle pourrait avoir eu lieu trop tôt par rapport à l'évolution de la maladie sur ce territoire, selon plusieurs médecins. Le déconfinement aurait donc été acté alors que le coronavirus circulait le plus. L'autre piste envisagée est la proximité de la Guyane avec le Brésil. Le pays dirigé par Jair Bolsonaro ne contrôle pas du tout son épidémie, qui ne fait qu'empirer.

Face à cette situation, le maire de Kourou, François Ringuet, qui est également président de la fédération hospitalière régionale de Guyane, envisage même un retour en arrière des assouplissements sanitaires. "Le reconfinement par secteur, ou par zone, même peut-être par quartier, je suis pour." Selon lui, il faut aussi "renforcer le couvre-feu, pourquoi pas le dimanche dès 14 heures. Il faut vraiment renforcer car là, on va droit à la catastrophe", s'alarme-t-il. La Guyane attend désormais l'arrivée de laborantins, d'infirmiers et d'infirmières supplémentaires depuis la métropole pour pallier le manque de personnel hospitalier sur le territoire. 

Europe 1
Par Simon Ruben édité par Guilhem Dedoyard