Écharpe, masque en tissu : face au coronavirus, un médecin prône n'importe quel "écran anti-postillons"

  • A
  • A
masque 6:30
Invité d'Europe 1, le docteur Michaël Rochoy milite en faveur du port d'écrans anti-postillons, alors que la France est confrontée à la pandémie de coronavirus. © BARBARA GINDL / AFP
Partagez sur :
Co-créateur du site stop-postillons.fr, Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau, milite pour le port généralisé d'écrans anti-postillons dans l'espace public. Des écrans qui peuvent aller de la simple écharpe, au masque en plastique bricolé maison, explique-t-il au micro d'Europe 1. 
INTERVIEW

"C'est une conviction, mais c'est aussi le fruit de la science", affirme Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau, dans le Pas-de-Calais, chargé d'enseignement à la faculté de médecine de Lille et co-créateur du site stop-postillons.fr. Invité d'Europe 1, samedi soir, il explique pourquoi il milite en faveur du port d'écrans anti-postillons, alors que la France est confrontée à la pandémie de coronavirus.

"On n’a pas de masque, mais on a des idées"

Mais qu'est-ce qu'un écran anti-postillons ? "On a choisi ce terme parce que celui de masque évoque les masques chirurgicaux et FFP2 réservés aux soignants", explique Michaël Rochoy. Selon lui, si l'on ne peut porter l'un de ces masques, il y a tout de même moyen de faire écran. "Avec une écharpe ou encore des masques en tissus. On voit d'ailleurs fleurir des tutos sur internet et notamment sur Facebook", ajoute-t-il.

Le slogan de l'initiative ? "On n'a pas de masque, mais on a des idées". Aussi Michaël Rochoy décline-t-il les différents types de prototypes pouvant faire office d'écran anti-postillon : des écrans en plastique, ou encore des écrans issus de bricolage maison.

Ces écrans "renforcent la distanciation sociale"

"On sait que le virus circule de manière silencieuse, et qu'il est aéroporté", déclare le docteur Michaël Rochoy, évoquant la forte transmission du Covid-19 par le biais de la salive. L'idée principale demeure donc selon lui de les bloquer grâce a des écrans pour limiter leur sortie. "S'ils demeurent moins efficaces que des masques chirurgicaux pour limiter l'entrée des postillons, ces écrans le sont tout de même un peu", défend le médecin.  

En effet, ajoute-t-il, les principaux gestes barrières ne sont pas toujours réalisables. "Dans certaines supérettes, il n'y a pas un mètre d'écart entre deux rayons ; on va également toucher des produits touchés par d’autres", poursuit-il. "Or, si l'on a cet écran, on évite de mettre la main a la bouche juste après".

Le co-créateur de stop-postillons l'assure, le porte d'un écran anti-postillon renforce l'efficacité des mesures de distanciation sociale. Une conviction renforcée selon lui par "une étude de la Revue médecine de catastrophe et préparation à la santé publique de 2011", dans laquelle des scientifiques avaient anticipé une situation d'épidémie et de pénurie de masque. Leurs conclusions ? "Il vaut mieux un masque maison que rien du tout".

Europe 1
Par Pauline Rouquette