Coronavirus : plus de 7.500 morts en France, dont 2.000 en Ehpad

, modifié à
  • A
  • A
La France compte plus de 7.500 morts du coronavirus.
La France compte plus de 7.500 morts du coronavirus. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
La pandémie de coronavirus a fait plus de 7.500 morts en France, dont plus de 5.500 à l'hôpital et plus de 2.000 dans les Ehpad. Les contrôles routiers sont renforcés pour ce premier week-end de vacances scolaires, le troisième en confinement. Ailleurs dans le monde, le bilan continue de s'aggraver avec plus de 60.000 morts. 
L'ESSENTIEL

Le coronavirus continue sa forte progression en France. Le bilan de la pandémie a dépassé les 7.500 morts samedi (plus de 5.500 dans les hôpitaux, plus de 2.000 dans les Ehpad), selon le dernier bilan des autorités. 441 décès supplémentaires ont été signalés dans les hôpitaux les 24 dernières heures, un chiffre en baisse par rapport à vendredi. 

En parallèle, ce week-end marque le début des vacances scolaires de printemps. A cette occasion, les contrôles policiers sont renforcés pour s’assurer que les Français respectent les mesures de confinement. 

Les informations à retenir :

  • Le coronavirus a fait plus de 7.500 morts en France : plus de 5.500 dans les hôpitaux, et plus de 2.000 dans les Ehpad
  • Les contrôles sur les routes et dans les gares sont renforcés en ce premier week-end de vacances 
  • La pandémie a fait plus de 63.000 morts dans le monde, les cas explosent aux Etats-Unis
  • L'Italie a enregistré une baisse inédite des patients en soins intensifs  

Plus de 7.500 morts en France, 441 décès en 24 heures à l'hôpital

Le barre des 7.500 morts liés au coronavirus a été dépassée samedi en France. 5.532 personnes ont succombé à l'hôpital, dont 441 les 24 dernières heures, un chiffre en baisse par rapport à vendredi. Les Ehpad ont eux rapporté 2.028 décès (contre plus de 1.400 signalés vendredi), des données encore incomplètes cependant.  

6.838 patients se trouvent actuellement en réanimation, soit 176 personnes supplémentaires en une journée. 35% de ces cas graves sont âgés de moins de 60 ans, a précisé le directeur de la Santé Jérôme Salomon. Au total, plus de 28.000 personnes sont hospitalisées. 

Dans le Grand Est, les professionnels de la santé estiment que pic de l'épidémie approche. Mais au plan national, la situation promet d’être encore tendue pendant plusieurs jours, voire semaines.

La France a commandé près de deux milliards de masques en Chine

Olivier Véran a indiqué samedi que la France avait commandé près de deux milliards de masques en Chine pour faire face à l'épidémie. "Les commandes de masques que nous avons passées sont bien plus importantes que ce que nous recevons" et sont soumises à une "compétition mondiale", a-t-il souligné, rappelant les efforts de la France, pour, parallèlement, renforcer sa production nationale de masques de protection.

Par ailleurs, les autorités sanitaires, dont l'Académie de Médecine en France, ont donné de nouvelles recommandations sur le port du masque pour le grand public. Elles encouragent désormais le port du masque pour tout le monde, jugé inutile il y a encore quelques jours pour les non-malades. On vous explique pour cette doctrine a changé dans cet article

Le ministère de la Santé a de son côté annoncé que les consultations par téléphone seraient désormais remboursées par la Sécurité sociale en cas de suspicion de Covid-19. Cette mesure vise notamment les personnes sans moyens technologiques pour la téléconsultation, qui est elle déjà remboursée

A noter que l'Olympique de Marseille a fait un beau geste en mettant à disposition le stade Vélodrome et son centre d'entraînement de la Commanderie, par exemple pour une campagne de dépistage lors du déconfinement. Dans un communiqué sur son site internet, l'OM précise que ses infrastructures pourraient aussi être utilisées pour héberger du personnel soignant, stocker du matériel ou de la nourriture. 

Des contrôles renforcés sur les routes pour le début des vacances scolaires

Le gouvernement l'a répété ces derniers jours : pas question pour les Français de partir en vacances sur les routes ce samedi, qui marque le début des vacances scolaires de printemps. L'injonction semble bien respectée pour le moment. Il faut dire que les autorités ont mis en place un gros dispositif : plus de 160.000 policiers et gendarmes sont mobilisés, et pour tout le week-end, afin de faire appliquer les mesures de confinement.

Pour dissuader toute velléité de se rendre sur le littoral, les hébergements de tourisme n'ont pas le droit d'accueillir du public dans toutes les communes du littoral de Nouvelle-Aquitaine, de la Charente-Martime aux Pyrénées-Atlantiques, jusqu'au 15 avril. 143 communes sont concernées - notamment sur les îles de Ré et d'Oléron, dans les Landes, sur la côte basque - et tout type de logement : chambres d'hôtes, meublés touristiques, hôtels.

Une pétition pour étendre la prescription de chloroquine

À l’initiative de l’ex-ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, un manifeste publié vendredi par Le Parisien demande à Edouard Philippe, le Premier ministre, d'étendre la prescription de chloroquine contre le nouveau coronavirus, jusqu'à présent réservée aux cas les plus graves. Si plusieurs immunologues vantent en effet les résultats de cet antipaludéen sur les malades du Covid-19, son utilisation fait toujours débat au sein de la communauté médicale.

"Je suis docteur en pharmacie, et j’ai de la mémoire. Presque tous les scandales sanitaires de ces vingt dernières années ont été liés à un mésusage des médicaments", a notamment voulu avertir samedi, au micro de Bernard Poirette sur Europe 1, Roselyne Bachelot, qui fut elle-même ministre de la Santé sous Nicolas Sarkozy. "Je sais qu’un médicament est toujours un poison."

Plus de 63.000 morts dans le monde, explosion des cas aux Etats-Unis

Selon un comptage réalisé par l'AFP samedi à partir de sources officielles, le nombre des cas de contamination par le nouveau coronavirus dépassait 1,12 million, parmi lesquels plus de 63.000 décès, dans 190 pays et territoires. L'Italie, le pays le plus fortement touché au monde avec plus de 14.000 morts, a enfin enregistré une bonne nouvelle ce samedi. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, le nombre de patients en soins intensifs a baissé, et est repassé sous le barre des 4.000. "C'est une nouvelle importante parce que cela permet à nos hôpitaux de respirer", s'est félicité le patron de la protection civile Angelo Borrelli. 

En Espagne, 809 morts ont été recensés entre vendredi et samedi, un chiffre en baisse pour le deuxième jour consécutif. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, a annoncé la prolongation pour deux semaines du confinement de son pays décrété le 14 mars, "jusqu'au 25 avril" inclus. L’inquiétude grandit désormais au Royaume-Uni, confronté à une forte hausse des décès. Les Britanniques ont enregistré samedi un record de 708 morts en un jour, dont un enfant de cinq ans

Les Etats-Unis sont eux en passe de devenir le centre de l'épidémie. La barre des 8.000 morts et des 300.000 cas recensés a été franchie samedi. Mercredi, le pays comptait 200.000 personnes infectées. L'Etat de New York a enregistré pour se part 630 décès en un jour, un record depuis le début de l'épidémie. Les autorités sanitaires américaines recommandent désormais le port du masque, mais le président Donald Trump a d'ores et déjà indiqué qu'il ne respecterait pas cette consigne. 

La Chine rend hommage à ses "martyrs", les doutes persistent sur son bilan 

Samedi, la Chine commémore pour sa part les 3.326 "martyrs" qui ont officiellement trouvé la mort durant l'épidémie, apparue en décembre dernier à Wuhan. A 10 heures, les sirènes ont résonné pendant trois minutes partout dans le pays le plus peuplé du monde.

La maladie est désormais jugulée dans le pays, avec uniquement quelques nouveaux cas annoncés chaque jour, la quasi-totalité du fait de personnes venant de l'étranger. La quarantaine drastique a commencé à être levée, mais les doutes persistent sur un bilan humain peut-être beaucoup plus élevé, et les autorités communistes font face à des accusations de mauvaise gestion au début de l'épidémie, qui aurait rendu possible sa propagation à toute la planète.