Macron promet un vaccin pour "tous les Français qui le souhaitent" d'ici à la fin de l'été

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron a promis un vaccin à tous les Français qui le souhaitent d'ici à la fin de l'été.
Emmanuel Macron a promis un vaccin à tous les Français qui le souhaitent d'ici à la fin de l'été. © AFP
Partagez sur :
Alors que la Haute autorité de santé en France a décidé de ne pas recommander le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans, Emmanuel Macron a néanmoins promis que tous les Français qui le souhaitaient seraient vaccinés "d'ici à la fin de l'été". Le vaccin russe Spoutnik V est parmi les plus efficaces, selon une étude publiée dans "The Lancet".
L'ESSENTIEL

Alors que l'Europe se mobilise sur la question des vaccins contre le coronavirus et des retard de livraison, Emmanuel Macron a rencontré mardi les grands acteurs pharmaceutiques français et européens pour les encourager à accélérer. Dans la soirée, le chef de l'État a promis que tous les Français qui le souhaitent seraient vaccinés "d'ici à la fin de l'été" et annoncé que quatre sites français allaient se mettre à la production de doses dès la fin du mois de février. Parallèlement, le vaccin russe Spoutnik V, accueilli avec méfiance à l'automne dernier, est efficace à plus de 91%, selon une étude publiée dans "The Lancet" et validée par des experts indépendants. En revanche, la Haute autorité de santé française a décidé de ne pas recommander le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans. 

Par ailleurs, la fin de la trêve hivernale a été repoussée pour aider les foyers en difficulté, la crise liée au coronavirus ayant aggravé la précarité selon le rapport de la fondation Abbé Pierre paru mardi. Les premiers résultats sur les variants en Île-de-France "ne sont pas bons", selon Rémi Salomon, et un protocole sanitaire plus strict est mis en place de la maternelle au lycée.

Les principales infos à retenir : 

  • Macron promet un vaccin à "tous les Français qui le souhaitent d'ici à la fin de l'été"
  • Les indicateurs hospitaliers se dégradent
  • Le vaccin AstraZeneca n'est pas recommandé pour les plus de 65 ans par la HAS
  • Le vaccin russe Spoutnik V, lui, obtient d'excellents résultats, selon une étude validée par des experts indépendants

Macron promet un vaccin "pour tous les Français qui le souhaitent d'ici la fin de l'été"

"D'ici la fin de l'été, nous aurons proposé un vaccin à tous les Français qui le souhaitent", a annoncé Emmanuel Macron, mardi sur TF1. Il a aussi estimé que, "début mars", auront été vaccinés les 80% des pensionnaires des Ehpad qui le souhaitent, soit 500.000 personnes.

Le président de la République a aussi annoncé que dès fin février-début mars, quatre sites pharmaceutiques en France vont commencer à produire des vaccins anti-Covid. Il a précisé que l'Europe avait "sécurisé" la fourniture d'une total de "2,3 milliards" de doses, "et nous espérons faire encore plus", a-t-il ajouté.

Les indicateurs hospitaliers continuent de se dégrader

404 malades du Covid-19 sont morts à l'hôpital dans les dernières 24 heures, selon les données mardi soir de Santé publique France qui fait état d'hospitalisations toujours en hausse, y compris en réanimation. Le total de morts depuis le début de l'épidémie en France (hôpitaux et établissements médico-sociaux comme Ehpad) s'élève désormais à 77.238. 

Mardi, 28.029 malades du Covid-19 étaient hospitalisés (+155 par rapport à la veille), dont 2.189 nouvelles admissions en 24 heures (contre 1.750 lundi), selon la base de données de Santé publique France. Et 3.270 malades du Covid-19, parmi les cas les plus graves, étaient en réanimation ou soins intensifs, un chiffre également en hausse (+52), avec 369 nouvelles admissions en 24 heures (contre 318). 23.337 nouveaux cas ont été comptabilisés en 24 heures.

Les premiers résultats sur les variants en Île-de-France "pas bons"

Les variants semblent se répandre en France. Les premiers résultats en région parisienne de l'enquête destinée à évaluer la présence des variants plus contagieux du coronavirus "ne sont pas bons", a indiqué mardi Rémi Salomon, président de la commission médicale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), évoquant "une croissance exponentielle". "On était plutôt aux alentours de 6% le 7 janvier et on est monté à 15-20% la semaine dernière", a détaillé ce médecin sur Franceinfo.""Il va devenir dominant, on le sait, dans les 15 jours, les quatre semaines qui viennent".

Un seul cas de covid-19 en maternelle suffira à fermer la classe

Si les écoles restent pour le moment ouvertes, l'Éducation nationale a en revanche durci leur protocole sanitaire et ce dès la maternelle, jusqu'au lycée. Europe 1 vous explique ici trois mesures phares de ce changement du protocole, parmi lesquelles des fermetures de classes plus strictes : un seul cas de Covid-19 suffira désormais à fermer la classe en maternelle contre 3 jusqu'alors.

La précarité explose, la fin de la trêve hivernale repoussée

La trêve hivernale des expulsions locatives, qui aurait dû s'achever le 31 mars, sera prolongée jusqu'"au 1er juin" en raison de la crise sanitaire, a annoncé lundi Emmanuelle Wargon, la ministre du Logement. "Je peux vous annoncer que la fin de la trêve est repoussée de deux mois et prendra fin le 1er juin au lieu du 1er avril", a-t-elle annoncé dans une interview au Parisien. En 2020 déjà, à cause de la pandémie, la trêve avait été repoussée de trois mois.

De fait, la crise a aggravé le mal-logement : quelque 14% des Français ont rencontré des difficultés à payer leur loyer en 2020, selon un rapport de la Fondation Abbé-Pierre publié mardi. Et avec le mal-logement, qui en est un symptôme, c'est la précarité en général qui a explosé en 2020, selon les chiffres de la Fondation Abbé Pierre. La crise a créé de nouvelles situations de précarité, bien sûr chez les plus modestes mais aussi, parfois, dans des foyers plus aisés qui se sont retrouvés sans ressources du jour au lendemain. Damien Depoutot, un entrepreneur de 51 ans, en a témoigné mardi sur Europe 1.

Les livraisons de vaccins à l'UE vont accélérer

Le laboratoire allemand BioNTech a promis de livrer à l'Union européenne jusqu'à 75 millions de doses supplémentaires de son vaccin développé avec Pfizer au deuxième trimestre. Le géant allemand de la pharmacie Bayer a de son côté annoncé qu'il allait produire dès 2022 le vaccin contre le Covid-19 développé par son compatriote CureVac.

La Commission européenne a dans le même temps indiqué lundi prendre ses distances avec le laboratoire AstraZeneca dans le cadre de sa stratégie vaccinale au premier trimestre, après les importants retards de livraison de l'entreprise anglo-suédoise. En France, la HAS a tranché mardi : finalement, ce vaccin n'est pas recommandé aux plus de 65 ans.

Le vaccin russe convoité... et validé par des experts indépendants

Enfin, pour pallier les doses non reçues d'AstraZeneca en Europe, l'Allemagne s'intéresse de près à Spoutnik V, le vaccin russe, et l'aide administrativement à obtenir une homologation de l'UE. L'Argentine cherche quant à elle à obtenir de la Russie un transfert de technologie qui lui permettrait de produire sur son territoire le vaccin russe Spoutnik V, a déclaré lundi un diplomate argentin.

Les deux pays pourraient obtenir gain de cause au vu d'une étude publiée mardi dans la revue The Lancet. Celle-ci conclut en effet que Spoutnik V réduit de 91,6% le risque de contracter une forme symptomatique du Covid-19. Validés par des experts indépendants, ces résultats placent le vaccin russe, qui n'utilise pas la technique de l'ARN messager mais celle de l'adénovirus, parmi les plus prometteurs. Alors que l'annonce de ce vaccin par Moscou avait été accueillie avec méfiance à l'automne dernier, il s'agit désormais d'un succès autant scientifique que politique pour la Russie.

Tourisme suspendu en Polynésie française, le Japon prolonge son état d'urgence

Les voyages touristiques à destination de la Polynésie française, dont c'est le premier secteur d'activité, seront suspendus à partir de mercredi en raison de la pandémie. Au Japon, le gouvernement a prolongé mardi l'état d'urgence à Tokyo et dans d'autres départements du pays, à moins de six mois des Jeux olympiques, reportés en raison de la pandémie. Néanmoins, Tokyo insiste : les Jeux auront lieu "quoi qu'il arrive", quelle que soit l'évolution de la maladie. "Nous devons dépasser les débats sur le fait de les tenir ou pas", a affirmé mardi Yoshiro Mori, président du Comité d'organisation. "La question, c'est de savoir comment nous les organiserons."

Plus de 2,2 millions de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2.237.990 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi. Plus de 103 millions de cas d'infection ont été diagnostiqués. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts avec 443.365 décès, suivis par le Brésil (225.099), le Mexique (159.100), l'Inde (154.486) et le Royaume-Uni (106.564).

Le nombre de victimes à l'échelle mondiale est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé.