Covid-19 : la décrue dans les services de soins critiques se poursuit

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus Réanimation
La pression hospitalière a faibli avant la deuxième étape du déconfinement. © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Le reflux se poursuit à l'hôpital alors qu'un nouvel allègement des contraintes sanitaires est prévu mercredi avec la réouverture des commerces, terrasses et lieux culturels. Côté vaccins, le laboratoire français Sanofi a publié lundi des résultats positifs d'un essai clinique sur son principal candidat.
L'ESSENTIEL

La situation sanitaire s'améliore peu à peu en France. A l'hôpital, le nombre de patients en réanimation continue ainsi de baisser jour après jour, tandis que la campagne de vaccination reste sur un rythme soutenu. 20 millions de Français ont reçu au moins une dose de vaccin. La deuxième grande étape du déconfinement sera franchie mercredi, avec la réouverture des terrasses, des musées et des cinémas. Signe hautement symbolique de l'amélioration : Disneyland Paris rouvrira au public le 17 juin, a annoncé ce lundi le parc d'attraction

Autre bonne nouvelle, et non des moindres : le laboratoire français Sanofi a publié lundi des résultats positifs d'un essai clinique sur son principal candidat-vaccin contre le Covid-19.

Les principales informations à retenir

  • Le nombre de malades en soins critiques continue de baisser
  • Sanofi annonce lundi entre 95 et 100% d'efficacité pour son candidat-vaccin après la phase 2
  • Terrasses, cinémas et musées rouvrent mercredi
  • Disneyland Paris rouvrira au public le 17 juin

Nouvelle décrue pour les services de soins critiques

Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés en soins critiques a poursuivi sa décrue lundi, tandis que le total d'hospitalisations était au plus bas depuis six mois, selon les chiffres de Santé publique France. Les services de soins critiques (qui rassemblent réanimation, soins intensifs et surveillance continue) comptent désormais 4.186 malades du Covid, contre 4.255 la veille.

Au total, ce sont 22.749 personnes qui sont hospitalisées pour cause de Covid-19, un total au plus bas depuis fin octobre 2020. La Direction générale de la santé (DGS) recense par ailleurs lundi 20,7 millions de Français ayant reçu au moins une dose de vaccin, dont près de 9 millions qui en ont reçu deux.               

Disneyland Paris va rouvrir au public le 17 juin

Première destination touristique privée en Europe, Disneyland Paris rouvrira au public le 17 juin, a annoncé lundi le parc d'attractions qui était fermé depuis le 30 octobre. "Nous sommes heureux d'annoncer que Disneyland Paris rouvrira ses portes à partir du 17 juin 2021 avec les Parcs Disneyland et Walt Disney Studios, l'hôtel Disney's Newport Bay Club et Disney Village", a indiqué dans un communiqué le parc situé à Marne-la-Vallée, près de Paris.

Comme les autorités françaises recommandent le port d’un masque approprié dans tous les lieux publics, Disneyland Paris demande à tous ses visiteurs à partir de 6 ans d'en porter un", est-il précisé. Le parc précise que des mesures "de santé et de sécurité" seront mises en oeuvre sur l'ensemble du site, "les files d'attente, les boutiques, les hôtels, les restaurants et les autres installations". "Elles seront également renforcées dans les véhicules des attractions. Certains spectacles, expériences ou événements, n’auront pas lieu ou pourront être modifiés à la réouverture en fonction de l'évolution des directives des autorités françaises et sanitaires", indique le communiqué. 

Le site - qui emploie quelque 17.000 personnes - ne communique plus son nombre de visiteurs depuis 2015, année où il avait accueilli 14,8 millions de personnes. "Les conditions de réservation actuelles permettent une grande flexibilité sur les séjours et les billets datés", met en avant Disneyland Paris. Disneyland Paris avait déjà repoussé à plusieurs reprises sa réouverture, initialement prévue le 13 février, puis le 2 avril, en raisons des restrictions sanitaires. Aux Etats-Unis, le parc d'attractions Disneyland d'Anaheim, au sud de Los Angeles, a rouvert fin avril, avec une jauge limitée à 25% de la capacité d'accueil habituelle.

Sanofi annonce entre 95 et 100% d'efficacité pour son candidat-vaccin après la phase 2

Le laboratoire français Sanofi a publié lundi des résultats positifs d'un essai clinique sur son principal candidat-vaccin contre le Covid-19, développé avec le britannique GSK. Dans le détail, les résultats intermédiaires montrent une séroconversion (la production d'anticorps) dans 95% à 100% des cas, après l'administration d'une deuxième dose, dans toutes les tranches d'âge (18 à 95 ans) et pour toutes les doses étudiées.

"C'est une étape très importante qui vient d'être franchie", a réagi le président de Sanofi France, Olivier Bogillot, invité d'Europe 1 lundi matin. Une étude de phase 3, la toute dernière sur l'homme avant la potentielle autorisation de ce vaccin, devrait démarrer dans les prochaines semaine. Le laboratoire français lancera la production en parallèle, annonce Olivier Bogillot. "Cette production à risque nous permettra d’avoir des doses disponibles dès son autorisation, pour la France et le reste du monde." Pour écouter son interview en intégralité, c'est par ici : 

Les bars et restaurants vont rouvrir leurs terrasses, les cinémas attendent les spectateurs

Pendant que la campagne de vaccination bat son plein, une partie des bars et restaurants se préparent à accueillir des clients en terrasse à partir de mercredi, date à laquelle rouvriront aussi les lieux culturels, cinémas, théâtres, musées, avec jauges réduites, et où le couvre-feu passera à 21 heures. Impatients de retrouver la vie d'avant, les Français réservent déjà en masse pour leurs déjeuners et dîners. Les restaurants étoilés sont pris d'assaut. "On a plus de 3.900 réservations qui attendent", s'exclame le chef Alexandre Mazzia, dont le restaurant marseillais est plein jusqu'en décembre.

Et les professionnels, eux, s'activent pour être prêt le jour J, mais restent inquiets par les contraintes du protocole sanitaire. Les cinémas vont eux aussi à nouveau pouvoir recevoir du public. Et les équipes des salles sont ravies de revoir bientôt les spectateurs, comme dans le cinéma parisien le Max Linder, où Europe 1 s'est rendu. Retrouvez ici notre reportage.

L'Angleterre allège les restrictions

L'Angleterre franchit lundi une étape majeure de son déconfinement, deux jours avant la France, malgré l'inquiétude face au variant indien. Les Anglais pourront désormais dîner à l'intérieur d'un restaurant, aller au pub ou assister à un match de foot au stade. Les retrouvailles à la maison sont de nouveau autorisées - mais limitées à six personnes ou deux foyers maximum -, de même que les vacances à l'étranger, même si seules quelques destinations sont exemptées de quarantaine au retour.

Le nombre de cas attribués au variant indien dans le pays a toutefois plus que doublé en une semaine, grimpant à 1.313 cette semaine, selon les autorités sanitaires. Ils se concentrent surtout dans le nord-ouest et à Londres.

Les efforts de l'Inde fragilisés par l'arrivée d'un cyclone

Le vaste pays de 1,3 milliard d'habitants a recensé lundi 4.100 décès et près de 280.000 nouveaux cas de Covid au cours des dernières 24 heures, portant à près de 25 millions le total des contaminations depuis le  début de la pandémie. Et les efforts déployés pour lutter contre cette deuxième vague de la pandémie sont fragilisés par l'approche du cyclone Tauktae, en passe de s'abattre lundi sur l'Inde.

L'Etat du Bengale occidental, particulièrement frappé par la pandémie de Covid-19 après des rassemblements électoraux de masse en avril, a imposé samedi un confinement de deux semaines afin de tenter de freiner les contaminations.

Plus de 3,3 millions de morts

La pandémie a fait plus de 3,371 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 10H00 GMT.Après les Etats-Unis (585.960 décès), les pays comptant le plus de morts sont le Brésil (435.751), l'Inde (270.284), le Mexique (220.384) et le Royaume-Uni (127.675). Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP