Covid : les indicateurs hospitaliers au plus bas depuis la mi-octobre

, modifié à
  • A
  • A
Le nombre de patients soignés en réanimation devrait prochainement repasser sous la barre des 2.000.
Le nombre de patients soignés en réanimation devrait prochainement repasser sous la barre des 2.000. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Les chiffres de la pandémie continuent de s'améliorer en France, avec des hospitalisations et de réanimations au plus bas depuis mi-octobre. Mais "aucune décision n'a encore été prise" sur la fin du port du masque en extérieur, a souligné lundi le ministère de la Santé.
L'ESSENTIEL

La situation sanitaire continue de s'améliorer dans l'Hexagone, avec des chiffres d'hospitalisation et de réanimation au plus bas depuis mi-octobre. Une embellie notamment due à l'accélération de la vaccination : la barre des 30 millions de Français ayant reçu au moins une dose a été franchie samedi. Les autorités sanitaires surveillent toutefois de près l'évolution des cas de variant Delta du Covid-19, dont un cluster a été détecté à Strasbourg. Par ailleurs, "aucune décision n'a encore été prise" sur la fin du port du masque en extérieur, a réagi lundi le ministère de la Santé après des propos prêtés au directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. 

Les principales informations à retenir 

  • La situation continue de s'améliorer à l'hôpital
  • "Aucune décision n'a encore été prise" sur la fin du port du masque en extérieur, souligne le ministère de la Santé
  • Novavax affirme que son vaccin est efficace à plus de 90%
  • Le G7 a convenu de distribuer plus d'un milliard de vaccins contre le coronavirus d'ici la fin 2022
  • Plus de 3,7 millions de morts dans le monde

"Aucune décision prise" sur le port du masque en extérieur

"Aucune décision n'a encore été prise" sur la fin du port du masque en extérieur, a réagi lundi le ministère de la Santé après des propos prêtés au directeur général de la Santé Jérôme Salomon. "Les experts scientifiques seront amenés à se prononcer au cours du mois de juin sur une évolution de cette règle", a précisé le ministère de la Santé dans une déclaration transmise à l'AFP. Cette clarification survient après une interview sur RTL du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Cet entretien a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux anticipant une fin du port du masque en extérieur au 1er juillet. L

La pression sur l'hôpital poursuit sa décrue

La pression sur les services hospitaliers continue de baisser, avec un peu plus de 2.000 malades du Covid-19 en services de réanimation lundi, selon les chiffres de Santé Publique France. La France compte désormais 12.374 personnes hospitalisées en raison du Covid-19, un chiffre au plus bas depuis la mi-octobre.

La décrue du nombre de patients traités en soins critiques, pour les formes les plus graves, se poursuit aussi, avec 2.068 malades, un plus bas depuis la mi-octobre également, dont 71 nouvelles admissions.

Depuis le début de la campagne de vaccination en France, 30.472.434 personnes ont reçu au moins une injection et 14.364.587 personnes ont reçu deux injections. Cela représente respectivement 58% et 27,4%  de la population majeure. 16.126.305 personnes ont un schéma vaccinal complet (deux doses, ou une dose si vaccin à dose unique ou si vaccin pour une personne ayant eu le Covid-19), précise le ministère de la Santé.

Novavax affirme que son vaccin est efficace à plus de 90%

Novavax a affirmé lundi que son vaccin anti-Covid était efficace à plus de 90%, y compris contre les variants, après une étude réalisée sur près de 30.000 personnes aux Etats-Unis et au Mexique. Le vaccin "a montré une protection de 100% contre les formes modérées et sévères de la maladie et de 90,4% globalement", a indiqué l'entreprise de biotechnologie américaine dans un communiqué. Il utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde : c'est un vaccin dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus.

Les jeunes de 12 à 18 ans peuvent se faire vacciner à partir de mardi

Les jeunes de 12 à 18 ans peuvent se faire vacciner à partir de mardi. La Haute autorité de santé (HAS) avait rendu un avis favorable fin mai sur la vaccination des adolescents. Le Comité national d'éthique (CCNE) avait pour sa part regretté dans la foulée "que les décisions" concernant la vaccination des jeunes "aient été prises si rapidement", dans un contexte de décrue de l'épidémie.

Seul le vaccin de Pfizer/BioNtech peut pour le moment être utilisé chez les adolescents. Autorisé dans l'Union européenne à partir de 16 ans, il a vu cette autorisation étendue aux 12-15 ans par l'Agence européenne des médicaments le 28 mai. Le régulateur européen a également commencé mardi à examiner la demande d'autorisation chez les 12-17 ans du vaccin Covid de la biotech américaine Moderna. 

A Strasbourg, une course contre la montre face au variant Delta

L'Agence régionale de Santé (ARS) du Grand Est a annoncé samedi un "plan d'actions immédiat" après la détection d'un "cluster au variant Delta (dit indien)" au sein de la Haute Ecole des Arts du Rhin à Strasbourg. Pendant le week-end, des secouristes sont allés à la rencontre des jeunes. "Je ne sais pas si vous connaissez les autotests ? Au niveau des masques, vous avez ce qu'il faut ? Et au niveau de la vaccination, vous en êtes où ?", interrogeait l'un d'entre eux. Vous pouvez lire ici notre reportage

200 créneaux de vaccination ont été réservés dimanche pour les moins de 30 ans et pour les personnels des bars et restaurant des quartiers ciblés. Le week-end des 19 et 20 juin, 2.600 doses et créneaux seront encore réservés pour amplifier cette campagne de vaccination ciblée.

Le G7 s'engage à distribuer plus d'un milliard de doses 

Le G7 a convenu de distribuer plus d'un milliard de vaccins contre le coronavirus d'ici la fin de 2022 dans l'espoir d'éradiquer la pandémie, a annoncé dimanche le Premier ministre britannique à l'issue du sommet des dirigeants des pays industrialisés en Angleterre.

Le G7 a par ailleurs demandé une enquête plus poussée de l'OMS sur l'origine du coronavirus en Chine.

Plus de 3,79 millions de morts dans le monde

La pandémie a fait plus de 3.797.342 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 10h. Après les Etats-Unis (599.672 morts), les pays enregistrant le plus grand nombre de décès sont le Brésil (486.272), l'Inde (370.384), le Mexique (230.095) et le Pérou (188.443), ce dernier pays déplorant le plus grand nombre de morts par rapport à sa population.

Ces chiffres, qui reposent sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, sont globalement sous-évalués. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP