Coronavirus : nouveau bilan de 674 morts, 91.824 infractions pour non-confinement

, modifié à
  • A
  • A
Les autorités ont communiqué un nouveau bilan de 674 morts et 7.240 personnes hospitalisées.
Les autorités ont communiqué un nouveau bilan de 674 morts et 7.240 personnes hospitalisées. © SEBASTIEN BOZON / AFP" data-image-id="54278099-0">
Partagez sur :
Le premier week-end de confinement se termine dans toute la France, alors que l'épidémie de coronavirus a fait 674 morts. Des mesures d'urgence ont être entérinées par le Parlement, alors que . Dans le monde, un milliard de personnes sont incitées à rester chez elles, alors que la chancelière Angela Merkel s'est mise en quarantaine.
EN DIRECT

Avant une possible annonce de prolongation lundi, la France vit dimanche un sixième jour de confinement. Les contrôles réalisés par les 100.000 membres des forces de l'ordre déployés sur le territoire se durcissent, tandis que le Parlement a adopté le projet de loi d'urgence sanitaire, pour tenter de faire face à l'épidémie de coronavirus.

Les informations à retenir : 

  • 674 personnes sont mortes en France, 7.240 sont hospitalisées, selon le dernier bilan communiqué par le ministère de la Santé
  • Le ministre de la Santé a annoncé le décès d'un médecin urgentiste, premier soignant victime de l'épidémie
  • Le Conseil d'Etat demande de revoir certaines autorisations de déplacements, alors qu'il a eu 91.824 infractions au confinement
  • L'Italie a dépassé la barre des 5.000 morts, Angela Merkel s'est mise en quarantaine et va être testée

Le bilan humain grimpe, un premier soignant décédé

La France suit-elle la courbe italienne avec quelques jours de retard ? L'épidémie de coronavirus a en tout cas causé à ce jour la mort de 674 patients à l'hôpital (112 supplémentaires en 24 heures) en France, avec 7.240 malades sont hospitalisés. Samedi, le ministre de la Santé Olivier Véran estime le nombre de personnes contaminées "entre 30.000 et 90.000". 

"Nous évoluons rapidement vers une épidémie généralisée sur le territoire," a souligné la direction générale de la Santé. Lundi, le Conseil scientifique doit rendre rendre sur "l'étendue" et "la durée" du confinement, pour l'heure prévu jusqu'à début avril.

Dimanche, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé la mort d'un médecin urgentiste, premier soignant victime de l'épidémie. Selon France 3 Hauts-de-France, la victime est un médecin urgentiste de Compiègne, dans l'Oise, un des premiers départements à avoir été fortement touché en France, et est décédé après son transfert à Lille.

"Nous ne sommes pas au bout", avertit Macron

"C'est une guerre. Elle va durer", réaffirme Emmanuel Macron dans une interview donnée à l'Elysée et publiée dimanche dans le Journal du Dimanche. "Je dois être au front, aller voir les équipes, dans les hôpitaux, être dans l'anticipation", explique le président qui se pose en chef de guerre. Il évoque aussi les défis à venir : "Nous allons affronter une crise financière sans précédent, une crise de l’économie réelle", prévient-il. "Nous ne sommes pas au bout de ce que cette épidémie va nous faire vivre", avertit encore Emmanuel Macron.

S'ils reprochent à l'État son manque de réactivité, 55% des Français disent néanmoins faire confiance au gouvernement pour gérer efficacement cette crise sanitaire, selon un sondage Ifop réalisé pour Le Journal du DimancheSelon cette étude, 84% des sondés se disent également inquiets par l'épidémie de coronavirus, dix points de plus par rapport à la semaine dernière.

L'amende maximale augmente, un confinement étendu se profile

Depuis la mise en place du confinement de la population, mardi midi, un total de 91.824 infractions pour non-respect du confinement ont été observées, selon le bilan du ministère de l'Intérieur.

Confrontées à un respect très inégal des mesures de sécurité sanitaire, les villes ont interdit l'accès à de nombreux lieux publics pour le premier week-end de confinement. Plusieurs édiles ont également mis en place un couvre-feu dans leur commune, comme à Perpignan (Pyrénées-Orientales), Menton, Nice, Cannes, Arras, Béziers et bientôt à Montpellier. L'amende pour non-respect des règles de confinement passe par ailleurs à 1.500 euros en cas de récidive. 

Dans la soirée, le Conseil d'Etat a demandé de revoir certaines autorisations de déplacements, notamment pour motifs de santé ou pour l'activité physique. Lundi, le Conseil scientifique sur le coronavirus doit rendre son avis sur "l'étendue" et "la durée" du confinement, qui dure pour l'instant jusqu'au 31 mars.

Feu vert du Parlement à l'"état d'urgence sanitaire"

Le Parlement a voté dimanche, après quatre jours de travaux intensifs en comité restreint, l'instauration de l''"état d'urgence sanitaire", régime d'exception qui confère des pouvoirs à l'Etat jugés "excessifs" par certains. On vous détaille ce que changera cet "état d'urgence" dans cet article

L'armée à nouveau à la manœuvre

En France, l'armée a, à nouveau, contribué à la lutte contre l'épidémie dimanche : douze malades atteints du Covid-19 ont été évacués de Corse vers Marseille à bord d'un porte-hélicoptères de la Marine, le Tonnerre, afin de désengorger les hôpitaux d'Ajaccio, en situation de "quasi-saturation" dans leur service de réanimation.

L'opération succède à deux missions "Morphée" de l'armée de l'air, qui ont permis d'évacuer par avion militaire des patients hospitalisés en Alsace vers des régions moins saturées. À Mulhouse, où le service de réanimation est déjà saturé, un hôpital de campagne des armées devrait entrer en service "en tout début de semaine", selon les mots de la ministre des Armées Florence Parly.

Gérald Darmanin demande aux entreprises de faire un geste envers les salariés

Sur le plan de l'activité économique, le groupe Auchan a annoncé dimanche le versement d'une prime de 1.000 euros pour les employés de caisse de ses magasins, dont certains sont toujours sur le pont en cette période de confinement. "Toutes les entreprises qui peuvent le faire, sont invitées à le faire", a réagi dimanche au micro du Grand Rendez-vous, sur Europe 1, Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics.

Xavier Bertrand, président du Conseil régional des Hauts-de-France, a estimé pour sa part qu’une "prime de reconnaissance" devait être versée par l’Etat à ceux contraints de se rendre sur leur lieu de travail. Gérald Darmanin a indiqué que l'Etat pourrait faire un geste "financier mais pas seulement" envers les agents publics mobilisés, mais une fois la crise sanitaire passée.

Près de 5.500 morts en Italie, Merkel en quarantaine

Signe d'une pandémie à la puissance jamais vue, plus d'un milliard de personnes sont désormais confinées dans le monde. En Europe, l'Italie a enregistré dimanche un nouvelle hausse très significative du nombre de décès en 24 heures, avec 651 morts, ce qui porte à 5.476 le nombre des personnes tuées dans la péninsule en un mois. Le Premier ministre Giuseppe Conte a annoncé samedi soir la fermeture de toute activité non-essentielle dans le pays

En Espagne, pays également en crise, le nombre de morts à bondi de 30% en 24 heures, de samedi à dimanche, avec 394 victimes supplémentaires. Le gouvernement va demander au parlement la prolongation du confinement strict jusqu'au 11 avril pour lutter contre la pandémie qui a déjà fait 1.720 morts. Dimanche après-midi, la Grèce a annoncé le confinement général de la population à partir de lundi.

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel, qui a annoncé l'interdiction des rassemblements de plus de deux personnes, s'est mise en quarantaine après avoir été en contact avec un médecin testé positif au virus. La chancelière "fera l'objet d'un test au cours des prochains jours". 

Nouvelle inquiétante, dimanche : une nouvelle vague de contaminations touche des pays qui pensaient l'épidémie sous contrôle, en Asie. La Thaïlande a enregistré dimanche une soudaine hausse, avec 188 nouveaux cas, laissant planer des doutes sur les chiffres recensés par ses deux voisins, la Birmanie et le Laos, qui ne font état d'aucun cas.