Coronavirus : carnaval à Marseille, 6.500 personnes dans la rue malgré les restrictions

, modifié à
  • A
  • A
Environ 6.500 personnes célébraient dimanche le carnaval dans le centre de Marseille, un rassemblement non autorisé et "pas responsable".
Environ 6.500 personnes célébraient dimanche le carnaval dans le centre de Marseille, un rassemblement non autorisé et "pas responsable". © Capture Twitter
Partagez sur :
Après une première journée marquée par le couac autour de l'attestation de sortie, 16 départements entament dimanche leur deuxième journée de confinement. A l'hôpital, la pression reste forte, avec 4.353 malades en réanimation. Un carnaval non autorisé a rassemblé environ 6.500 personnes dans les rues de Marseille. En Allemagne, Angela Merkel veut prolonger les restrictions.

16 départements ont vécu samedi leur premier jour de reconfinement. Une première journée marquée par le couac autour de l'attestation de sortie, finalement supprimée pour les déplacements jusqu'à 10 kilomètres. Reste désormais à savoir si ces mesures suffiront à faire baisser la pression hospitalière, alors que plus de 35.000 nouveaux cas ont été recensés samedi. À Marseille, dimanche, environ 6.500 personnes se sont rassemblées dans la rue pour le carnaval en dépit des restrictions.

Dans le Journal du dimanche, Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, alerte lui sur la situation et assure que d'autres régions pourraient bientôt basculer prochainement dans une situation "très difficile". En Allemagne, la situation n'est guère plus rassurante, au point qu'Angela Merkel entend prolonger les restrictions en avril. 

Les principales informations à retenir

  • Confinement : le gouvernement a publié une nouvelle version de l'attestation
  • Le nombre de nouveaux cas continue d'augmenter
  • À Marseille, 6.500 personnes dans la rue pour un carnaval non autorisé
  • En Allemagne, Merkel veut prolonger les restrictions en avril
  • Vaccination : l'UE met la pression sur AstraZeneca

Allemagne : Merkel veut prolonger les restrictions en avril 

Angela Merkel entend prolonger en avril les restrictions anti-Covid en place actuellement en Allemagne en raison de la troisième vague de la pandémie, selon un document gouvernemental obtenu dimanche par l’AFP. En raison de "la dynamique actuelle de l'infection accélérée par les variants du Covid-19", il est prévu que le pays "prolonge" jusqu'à une date encore à déterminer précisément en avril toutes les restrictions de déplacement en vigueur, souligne ce document, qui servira lundi de base de travail à une réunion prévue sur le sujet entre la chancelière et les régions allemandes.

À Marseille, 6.500 personne dans la rue pour le carnaval

Environ 6.500 personnes célébraient dimanche le carnaval dans le centre de Marseille, un rassemblement non autorisé et "pas responsable" car les gestes barrière pour lutter contre le coronavirus "ne sont pas respectés", a déploré la préfecture de police.

Des milliers de personnes déguisées, la plupart jeunes et sans masque, défilaient en musique et en dansant dans l'après-midi à deux pas de La Canebière, a constaté une journaliste de l'AFP.

Couac autour de l'attestation

Le confinement allégé auquel est soumis un tiers des Français depuis samedi a commencé sur un couac avec la suppression express de l'attestation de sortie. L'attestation applicable entre 06H00 et 19H00 dans les 16 départements soumis à de nouvelles restrictions pourra être remplacée en cas de contrôle par un simple document attestant du domicile, y compris une pièce d'identité, a indiqué samedi le gouvernement. Il ne sera plus non plus nécessaire de justifier du motif de ces déplacements jusqu'à 10 km.

L’attestation et la justification du motif du déplacement continueront d’être requises pour les déplacements de plus de 10 kilomètres. Quant à l'attestation applicable partout en France pour le couvre-feu (de 19H00 jusqu'à 06H00), elle reste en vigueur. 

Sitôt paru samedi matin, le document de deux pages avait provoqué de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux, où il a été moqué comme le comble de la bureaucratie à la française.

Les patients en réanimation au plus haut depuis fin novembre

La pression augmente encore sur les services de réanimation avec plus de 4.400 malades de Covid-19, soit le chiffre le plus élevé depuis fin novembre, selon les chiffres de Santé Publique France publiés dimanche. Les patients actuellement en réanimation sont au nombre de 4.406. Il faut remonter au 23 novembre pour retrouver un chiffre aussi élevé (4.438). Quant aux nouvelles admissions dans ces services, elles sont de 196.

Au total, les hôpitaux français comptaient dimanche 25.926 malades du Covid-19, dont 926 arrivés sur les dernières 24 heures. Il y a une semaine exactement, les hôpitaux avaient entre leurs murs 26.343 malades du Covid-19, dont 4.127 en réanimation.

La maladie a emporté 138 personnes à l'hôpital en 24 heures (contre 185 samedi), portant le nombre total de décès à plus de 92.000 depuis le début de l'épidémie il y a plus d'un an.

De nouvelles régions bientôt dans "une situation "très difficile" 

Des régions autres que les 16 départements soumis à de nouvelles restrictions pourraient basculer prochainement dans une situation "très difficile" en raison du variant dit anglais, a prévenu Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique. Dans un entretien au Journal du dimanche, il a appelé à soumettre sans tarder les autres régions encore épargnées par la flambée épidémique aux restrictions appliquées depuis samedi dans les 16 départements.

"C'est maintenant qu’il faut agir et tester ailleurs l'impact de nouvelles mesures pour voir si elles marchent, avant d’arriver au stade où l'on n'a plus d'autre choix que de tout fermer", a déclaré le professeur Fontanet.

Il a précisé que "si les mesures proposées pour l’Île-de-France et les Hauts-de-France (...) étaient mises en place précocement dans ces autres régions, on aurait le temps d’évaluer leur efficacité pour n’avoir à les durcir qu’en cas de nécessité".

Roselyne Bachelot testée positive

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé samedi sur Twitter qu'elle avait été testée positive au Covid-19 "à la suite de symptômes respiratoires". "A l'isolement, je vais aménager mon programme pour la semaine qui vient", a-t-elle notamment tweeté.

La ministre, 74 ans, avait été nommée en juillet à la tête du ministère, succédant ainsi à Franck Riester. Franck Riester, désormais ministre délégué chargé du commerce extérieur, avait lui aussi contracté le virus lorsqu'il était ministre de la Culture, en mars 2020. Autre ministre français touché, celui de l'Economie, Bruno Le Maire, en septembre dernier. Plus récemment, la ministre du Travail Elisabeth Borne a indiqué la semaine dernière avoir été testée positive au Covid-19.

L'UE menace AstraZeneca 

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a menacé samedi de bloquer les exportations du vaccin AstraZeneca si l'Union européenne ne recevait pas d'abord ses livraisons. "Nous avons l'option d'interdire toute exportation prévue (...) Respectez votre contrat avec l'Europe avant de commencer à livrer d'autres pays", a-t-elle déclaré.

Le contrat de l'UE avec AstraZeneca prévoit la livraison de doses produites à la fois sur le territoire de l'UE et au Royaume-Uni. "Or, nous n'avons rien reçu des Britanniques, alors que nous les fournissons", a fait valoir Ursula von der Leyen, ajoutant que l'UE avait envoyé une "lettre formelle" pour s'en plaindre au groupe pharmaceutique suédo-britannique.

De son côté, le gouvernement français veut toujours accélérer sa campagne de vaccination. Dans un entretien au Parisien paru en ligne samedi soir, le ministre de la Santé Olivier Véran indique qu’"au moins 100.000 doses supplémentaires" de vaccin seront "acheminées" dans les 15 jours, en plus des livraisons prévues, dans les régions "où le virus frappe le plus", à savoir l’Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Normandie, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Manifestation anti-confinement à Londres : 36 arrestations, plusieurs policiers blessés

Au moins 36 personnes ont été arrêtées et plusieurs policiers blessés samedi à Londres au cours d'une manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes contre le confinement imposé face à la pandémie, a indiqué la police de la capitale.

La plupart des personnes arrêtées l'ont été pour violation du confinement, a précisé la police. Depuis début janvier, les habitants de la capitale britannique et d'autres régions d'Angleterre ont interdiction de sortir de chez eux sauf pour un nombre limité de déplacements.

La manifestation, qui a commencé dans Hyde Park en milieu de journée, c'est poursuivie dans le centre de Londres. Après quoi, un groupe de protestataires est revenu vers le parc où ils ont lancé des projectiles sur les policiers.

Plus de 2,7 millions de morts

La pandémie a fait au moins 2.702.004 morts dans le monde depuis le début de la pandémie, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 11H00 GMT. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (541.907), suivis par le Brésil (292.752), le Mexique (197.219), l'Inde (159.558) et le Royaume-Uni (126.026).