Covid-19 : les effets secondaires du vaccin d'AstraZeneca désorganisent des hôpitaux

  • A
  • A
Coronavirus Covid Virus Vaccin Pfizer AstraZeneca Hôpital 1:53
Le vaccin d'AstraZeneca est administré en priorité aux soignants de moins de 65 ans. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
L'Agence du médicament vient de pointer "des signaux à surveiller" sur les effets indésirables du vaccin d'AstraZeneca, destiné en priorité aux soignants de moins de 65 ans. Il pourrait provoquer des symptômes de l'état grippal et les campagnes ont été suspendues dans plusieurs établissements.

Après les retards de livraison dans l'Union européenne et les problèmes d'efficacité sur les variants du Covid-19, voici les effets secondaires inattendus du vaccin du laboratoire AstraZeneca. Celui-ci cloue en effet le personnel soignant au lit, avec des symptômes relatifs à l'état grippal. L'Agence du médicament (ANSM), qui a pointé jeudi "des signaux à surveiller", a relevé 150 effets secondaires chez les personnels de santé qui ont été vaccinés cette semaine avec le sérum, destiné en priorité aux soignants de moins de 65 ans.

Des vaccinations suspendues

"C'est un syndrome grippal avec une fièvre élevée, des courbatures", détaille Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers. "Les hôpitaux étaient dans la logique de vacciner tout un service un jour donné. Ils se sont retrouvés le lendemain avec 15% de l'effectif arrêté. Il y a donc un certain nombre d'établissements qui ont suspendu la vaccination AstraZeneca pour se réorganiser."

Ces suspensions concernent des établissements de Saint-Lô, Brest, Morlaix, ainsi que deux hôpitaux parisiens. L'Agence du médicament recommande d'ailleurs d'échelonner les vaccinations dans les hôpitaux pour ne pas clouer au lit tous les soignants en même temps.

Une alerte sur le vaccin de Pfizer

Ces inconvénients ont une autre conséquence : les soignants ne se bousculent plus pour se faire injecter le sérum d'AstraZeneca. Beaucoup s'étonnent même qu'on le leur recommande alors qu'ils sont particulièrement exposés au virus. "On veut la Rolls, donnez-nous du Pfizer et pas du vaccin de seconde zone", pestait vendredi matin une infirmière auprès d'Europe 1.

Jeudi, l'ANSM a lancé une autre alerte, qui concerne cette fois le vaccin de Pfizer/BioNTech. Une hypertension artérielle subite a été constatée chez 73 patients. Elle est de courte durée, mais l'Agence du médicament surveille ces signaux de très près.