Coronavirus : le variant Delta pourrait être majoritaire d'ici la fin du mois d'août

, modifié à
  • A
  • A
Pour lutter contre la propagation du variant Delta, des tests ciblés sont organisés lors de l'apparition d'un cluster en France. 1:23
Pour lutter contre la propagation du variant Delta, des tests ciblés sont organisés lors de l'apparition d'un cluster en France. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Si le variant Delta du Coronavirus reste minoritaire en France pour le moment, les autorités sanitaires surveillent son évolution sur le territoire. Selon les experts européens, il pourrait représenter jusqu'à 90% des nouvelles infections d'ici le mois d'août dans l'Hexagone et en Europe.

Malgré la décrue de l'épidémie de coronavirus en France, le variant Delta pourrait mettre à mal la suite du déconfinement, entamé le 3 mai dernier. Ce variant, 40 à 60% plus contagieux que le variant britannique nommé Alpha, pourrait représenter jusqu'à 90% des nouvelles infections en Europe et en France d'ici la fin du mois d'août, assure le Centre européen de prévention et de contrôle des malades, même s'il reste minoritaire pour le moment. 

Pourtant, les premiers signes d'une augmentation des cas sont visibles. Dans les Landes, plusieurs foyers actifs de transmission ont été détectés par les autorités sanitaires. Le variant Delta représente désormais 70% des contaminations dans ce département ou le ministre de la santé, Olivier Véran, accompagné du Premier ministre, Jean Castex, se rendront ce jeudi. 

Près de 40% des plus de 60 ans pas encore totalement vaccinés

Plusieurs autres foyers épidémiques ont été détectés dans le pays, notamment dans le département du Bas-Rhin et en Ile-de-France. A l'échelle nationale, le variant représente désormais 12% des contaminations. Et si des mesures de dépistage ciblées sont adoptées lors de la découverte d'un nouveau cluster, la vraie parade reste la vaccination avec deux doses soulignent les experts.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, 40% des plus de 60 ans ne sont pas encore totalement vaccinés en Europe. Face à cette couverture vaccinale insuffisante, les experts européens n'excluent pas un retour de l'épidémie au même niveau qu'en fin d'année dernière si les gestes barrières sont relâchés trop vite cet été.

Europe 1
Par Anne Le Gall, édité par Yanis Darras