Coronavirus : ce ver marin peut-il aider les patients en insuffisance respiratoire ?

, modifié à
  • A
  • A
Le ver arenicole suscite de l'espoir pour assister les patients en insuffisance respiratoire des suites du COVID-19 3:05
Le ver arenicole suscite de l'espoir pour assister les patients en insuffisance respiratoire des suites du COVID-19 © FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :
Un ver marin breton, l'arenicole, pourrait-il aider les patients en insuffisance respiratoire, des suites du COVID-19 ? C'est en tout cas l'espoir de Franck Zal, chercheur, fondateur et gérant de la société de biotechnologie Hemarina, qui s'en ​explique au micro d'Europe 1.
INTERVIEW

L'arenicole est un ver marin breton. Et il pourrait peut-être s'avérer utile peut aider à soulager les malades en insuffisance respiratoire à cause du coronavirus. C'est en tout cas l'espoir de ​Franck Zal, ​chercheur, fondateur et gérant de la société de biotechnologie Hemarina (et lauréat du trophée de l'avenir Europe 1 2019). Au micro d'Europe 1, il explique les effets potentiels de ce ver du littoral atlantique sur l'être humain.

"Soulager les patients"

​Franck Zal expérimente tout particulièrement une molécule de l'arenicole. "Aujourd’hui, il y a une affluence en réanimation. Les patients, quand ils sont atteint du coronavirus, la phase terminale c’est une insuffisance respiratoire aigüe. Il existe alors deux solutions : l'intubation ou la circulation extracorporelle". Ce que va alors tenter de démontrer Franck Zal, dans les prochains jours, est la capacité du ver marin à être un transporteur d'oxygène, grâce à un élément de son organisme : "C'est une molécule qui pourrait être administrée avant l’intubation pour permettre de soulager les patients pour avoir une pression partielle en oxygène suffisante pour éviter l’asphyxie."

Le ver marin capable d'arrêter de respirer pendant 6 heures

Cette molécule serait plus oxygénante que l’oxygène normale, selon le chercheur. "Cette molécule d’hémoglobine est capable de lier 40 fois plus d’oxygène qu’une hémoglobine humaine. (...)  Il (l'arenicole ndlr) est capable d’arrêter de respirer pendant 6 heures grâce à cette molécule", explique-t-il. "On va essayer cette molécule dans un protocole d’essais cliniques qu’on est en train de mettre au point avec plusieurs anesthésiste des hôpitaux de Paris", déclare le fondateur de la société de biotechnologie Hemarina.

"Aujourd’hui on a 5.000 doses, si l'essai est positif on va essayer d’avoir 15 à 20.000 doses supplémentaires", annonce ​Franck Zal.

 

Europe 1
Par Olfa Ayed