Coronavirus : pourquoi l'exécutif n'a décidé de prolonger le confinement que jusqu'au 15 avril

  • A
  • A
Coronavirus exécutif
L'exécutif a décidé d'annoncer un prolongement du confinement au moins "jusqu'au mercredi 15 avril". © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
Pour expliquer son choix de ne pas prolonger le confinement au-delà du 15 avril, alors que le Conseil scientifique préconise une durée totale de six semaines, l'exécutif met en avant la prudence dans sa gestion de la crise.

Le confinement de tous les Français durera encore plusieurs semaines : vendredi, le Premier ministre a annoncé un prolongement de ces mesures drastiques au moins jusqu'au 15 avril, afin de lutter contre le coronavirus. De fait, l'heure est grave : l'épidémie avait causé vendredi soir la mort de 1.995 personnes, soit 299 décès en 24 heures. Près de 33.000 cas ont été confirmés ce même jour. Mais le Conseil scientifique avait, lui, quelques jours plus tôt, préconisé un confinement d'"au moins" six semaines, soit jusqu'au 28 avril.

C'est lors du déjeuner, vendredi, à l'Élysée, qu’Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont pris la décision de ne prolonger le confinement que de 15 jours. "Qui est capable d’avoir un prévisionnel à plus de deux semaines ?", explique-t-on dans l’entourage du Président. "On ne sait pas voir au-delà", reconnait-on à Matignon.

"La décision politique nous appartient"

Qu'importe alors les préconisations des membres du Conseil scientifique, l'exécutif n'a pas souhaité aller au-delà de mi-avril. "Le Conseil scientifique a un avis, mais la décision politique nous appartient", défend-t-on au ministère de la Santé, en suivant attentivement les courbes.

"Est-ce que les membres du Conseil scientifique mettraient leur main à couper que c’est six semaines en tout ?", s’interroge un conseiller. Certains craignent qu’annoncer quatre semaines de prolongation maintenant, sans être certain que ce ne soit pas un peu plus ou un peu moins, soit délicat.

Pas de ménagement de la population

Au sein de l’exécutif, on jure que la décision annoncée par le Premier ministre vendredi n'est pas faite pour ménager la population : "Tout le monde sait que c’est parti pour durer", plaide un proche d'Édouard Philippe.

Au ministère de la Santé, on martèle avant tout un message à l’attention des Français : "Ne pensez pas que vos efforts ne paient pas. C'est parce que vous restez chez vous qu’on limitera le confinement au minimum."