Attestations, fêtes privées, télétravail : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
Castex coronavirus
Jean Castex s'est exrpimé au côté de plusieurs ministres, jeudi. © AFP
Partagez sur :
Au lendemain de l'allocution d'Emmanuel Macron, qui a annoncé des couvre-feux en Île-de-France et dans huit métropoles, le Premier ministre Jean Castex et les ministres concernés ont précisé les contours des nouvelles restrictions prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Attestations pour se déplacer, fêtes privées interdites partout sur le territoire et nouveau protocole en entreprise : voici ce qu'il faut retenir. 
L'ESSENTIEL

Après les grandes lignes, l'explication de texte. Au lendemain de l'annonce choc de couvre-feux nocturnes en Île-de-France et dans huit métropoles à partir de samedi, Jean Castex et plusieurs ministres ont détaillé les nouvelles restrictions mises en place face au rebond de l'épidémie de coronavirus, jeudi après-midi. "La deuxième vague de l'épidémie est arrivée", a averti le chef du gouvernement, déplorant "une accélération soudaine et spectaculaire" de la circulation de la maladie. Europe 1 vous résume ce qu'il faut retenir des précisions apportées par le gouvernement quant aux mesures prises face à cette situation. 

Dans les zones de couvre-feu, des exceptions prévues

"Une zone de risque très élevée apparaît la plus difficile à maitriser : les lieux où s'organisent des rassemblements en famille ou entre amis", a rappelé Jean Castex, justifiant la mise en place des couvre-feux. "À 21 heures, chacun devra être chez soi," a-t-il indiqué. La règle générale prévoit donc que tous les commerces, services ou établissement recevant du public resteront fermés dans les métropoles concernées. 

Des exceptions sont toutefois prévues :

- Les motifs médicaux, comme le fait d'aller à l'hôpital ou acheter des médicaments dans une pharmacie de garde

- Les raisons professionnelles, qui nécessiteront une autorisation en plus de l'attestation (voir ci-dessous)

- Le fait de prendre un train ou un avion qui arrive ou qui part après 21 heures

- Le fait de se rendre auprès d'un proche en situation de dépendance

- Ou encore de sortir votre animal de compagnie. 

Certains établissements échapperont aussi à l'obligation de fermer : les établissements de santé, les hôtels, les commissariats et les restaurants des livraisons à domicile notamment.

A noter que dans les zones concernées par le couvre-feu, les règles restent les mêmes en journée, avec fermeture des débits de boisson et salles de sport et limitation à 50% de l'occupation des universités.

Une attestation à remplir pour se déplacer entre 21h et 6h

Sur le même modèle que pendant le confinement, une attestation sera disponible sur le site du ministère de l'Intérieur pour le couvre-feu, qui indique par ailleurs l'existence d'un numéro vert pour s'informer : le 0 800 130 000. L'attestation sera valable une heure. Elle pourra aussi être rédigée sur papier libre.

Si le motif de circulation est professionnel, il faudra présenter l'attestation mais aussi un justificatif de l'entreprise ou une carte professionnelle. Si l'on a pris un train ou un avion, il faudra pouvoir en présenter le billet, qui vaudra dérogation.

Selon le ministre Gérald Darmanin, 12.000 policiers et gendarmes seront "spécialement chargés de faire vérifier" le respect de l'interdiction de circuler entre 21h et 6h du matin. Trois récidives de non-respect du couvre-feu occasionneront l'exposition à "six mois d'emprisonnement et 3.650 euros d'amende", a précisé le ministre de l'Intérieur.

Les fêtes privées, dont les mariages, interdites partout sur le territoire 

Dans les autres territoires, y compris ceux qui ne sont pas en état d'alerte maximale, des mesures générales s'appliqueront partout dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, a annoncé Jean Castex. "Toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes seront interdites", a-t-il indiqué. Tous les restaurants de France appliqueront par ailleurs le protocole sanitaire renforcé, prévoyant notamment la limitation à six par table et l'enregistrement des clients. 

La règle d'un siège sur deux devra s'appliquer dans tous les cinémas et les lieux publics où on est assis. Dans les lieux où on circule debout, comme les centres commerciaux ou les zoos, par exemple, le nombre de visiteurs sera limité.

Un nouveau protocole en entreprise dès la semaine prochaine 

Face au rebond de l'épidémie, "nous invitons les entreprises et les administrations publiques à développer le recours au télétravail", a posé le Premier ministre. De son côté, Élisabeth Borne, la ministre du Travail, a annoncé la mise en place d'un nouveau protocole sanitaire qui demandera aux entreprises, "tout particulièrement à celles qui sont dans les zones où s'appliquent le couvre-feu, de définir un nombre de jours minimal de télétravail par semaine pour les postes qui le permettent", mais aussi un étalement des horaires d'arrivée et de départ au travail.

Les organisations syndicales et patronales, réunies dans la matinée par la ministre, devront faire leurs observations d'ici la fin de la journée de jeudi au sujet du protocole, avant que sa nouvelle mise à jour ne soit publiée vendredi.

Dans la fonction publique, "chaque fois que cela pourra être concilié avec les nécessités du service, les administrations définiront dès la semaine prochaine une organisation du travail permettant deux à trois jours de télétravail par semaine", a déclaré Jean Castex. 

Des mesures de soutien aux entreprises dans les zones du couvre-feu

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a de son côté annoncé des mesures de soutien aux entreprises, particulièrement dans les zones où le couvre-feu sera mis en place. Sans surprise, les fédérations professionnelles du secteur hôtellerie-cafés-restauration (HCR) ont en effet jugé dès mercredi que cette mesure équivalait "à une re fermeture des établissements".

"Nous rétablissons le fond de solidarité pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés qui ont perdu 50% de leur chiffre d'affaire depuis 2019, dans le périmètre du couvre-feu", avec des aides à hauteur de 1.500 euros, a annoncé Bruno Le Maire. Dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration, une aide pouvant aller jusqu'à 10.000 euros par mois sera mise en place pour les établissements subissant "une baisse de chiffre d'affaire non plus de 70%, mais de 50%".

Le prêt garanti par l'Etat (PGE) prolongé pour six mois 

Le gouvernement a également annoncé une prolongation de six mois des prêts garantis par l'Etat (PGE), jusqu'au 30 juin 2021, et indique avoir demandé à la Fédération bancaire française d'examiner la possibilité de décaler d'un an le remboursement de ces  prêts. 

Jean Castex a en outre précisé que la prime de 150 euros annoncée par Emmanuel Macron pour les personnes bénéficiant du RSA et des APL sera versée avant la fin de l'année et concernera 4,5 millions de foyers. 

Une hausse de salaire anticipée pour les soignants

Pour "reconnaître l'engagement et renforcer l'attractivité" des métiers du milieu médical, Jean Castex a annoncé une anticipation de la deuxième hausse des salaires des soignants, de 90 euros net, prévue par le Ségur de la Santé. Elle n'aura pas lieu en mars 2021, mais avant la fin de l'année 2020. Par ailleurs, une indemnité compensatrice allant de "110 à 200 euros brut par jour" sera mise en place pour les congés non pris par les soignants en raison de la crise sanitaire pendant les vacances de la Toussaint.