Réouverture des restaurants et des cinémas : en Italie, un déconfinement à haut risque

  • A
  • A
Italie Milan terrasses coronavirus 1:50
En Italie, les terrasses rouvrent à partir de lundi. © Miguel MEDINA / AFP
Partagez sur :
L'Italie a entamé lundi matin le début de son déconfinement, encadré par des restrictions strictes afin d'épargner la saison estivale qui pourrait contribuer à relancer l'économie de la péninsule. D'ici la fin de semaine, Mario Draghi doit également présenter à Bruxelles un ambitieux plan de relance.
REPORTAGE

En France, la promesse d'une réouverture des cafés, restaurants et autres commerces, se passe toujours d'une date précise. Le gouvernement a évoqué à plusieurs reprises comme horizon la mi-mai, mais sans certitude. De son côté, l'Italie, avec au moins deux semaines d'avance sur l'Hexagone, entame son déconfinement.

Dans la péninsule, les lieux de convivialité et de culture ont commencé à rouvrir lundi matin. Les trois-quarts du pays s'affichent en jaune sur la carte, soit le niveau de risque lié au Covid-19 le plus bas, selon les critères définis par les autorités italiennes. De quoi permettre aux salles de spectacle de rouvrir, notamment à Rome et à Milan, pourtant l'épicentre de l'épidémie il y a un an.

 

"Nous sommes tous assez émus"

Monica Naldi a pu rouvrir son cinéma au petit matin avec une opération spéciale. "Nous avons décidé de faire un mini-marathon avec des projections dès l'aube jusqu'au couvre-feu. Le premier film a été projeté à 6 heures du matin, et tout était déjà réservé avant l'ouverture. Nous terminerons la journée vers 21h30", explique-t-elle à Europe 1. "Nous sommes tous assez émus, surtout de voir que les spectateurs sont nombreux et dans une ambiance très chaleureuse." C'est le Journal intime de Nanni Moretti qui a ouvert le bal.

Il y a encore quelques mesures à observer : distance entre spectateurs, prise de température à l'entrée et inscription sur un registre pour pouvoir tracer les cas contacts si besoin. Un risque calculé, affirme le Premier ministre Mario Draghi et son gouvernement, qui ont agi sous la pression des présidents de région. Le gouvernement n'a pas le droit à l'erreur à un moment où l'Italie compte sur la saison estivale pour relancer l'économie.

 

 

Un plan de relance crucial 

Par ailleurs, l'Italie présentera à Bruxelles, d'ici la fin de semaine, son plan de relance financé par l'Union européenne. Le pays joue son "destin", sa "crédibilité" et sa "réputation", a reconnu lundi Mario Draghi. Lors d'une allocution devant le parlement, il a estimé que ce plan donnerait à l'Italie "la mesure de ce que seront son rôle au sein de la communauté internationale, sa crédibilité et sa réputation en tant que fondateur de l'Union européenne et protagoniste du monde occidental".

Europe 1
Par Jean-Sébastien Soldaïni, édité par Romain David