Vos ancêtres influencent votre vie

  • A
  • A
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Ce dimanche, Anne Cazaubon nous fait découvrir le livre "Aïe mes aieux" d’Anne Ancelin-Schützenberger.

Avec elle, tous les dimanches, dans Antidote, on découvre un best-seller de développement personnel. Bonjour Anne Cazaubon

Bonjour Sébastien, Bonjour à tous.

Anne, aujourd’hui, on s’occupe de nos ancêtres.

Oui, parce que parfois, s’allonger sur le divan du psy pour y régler les vieux dossiers avec "Papa ou Maman" ne suffit plus. Oui, parfois, Il faut aussi s’occuper des morts et remonter un peu plus haut dans l’arbre généalogique chacun, nous sommes un maillon dans la chaîne des générations, et parfois nous avons à "payer les dettes" du passé de ceux qui nous ont précédés. C’est ce que nous explique Aïe mes aieux. Aïe, parce que l’histoire familiale peut faire très mal, croyez-moi.

Un ouvrage incontournable et passionnant donc, vendu à 350.000 exemplaires depuis sa parution en 1993 et que l’on doit à la grande Anne Ancelin-Schützenberger, aujourd’hui âgée de 98 ans qui a beaucoup fait pour la psycho-généalogie.

On le sait, les français sont passionnés de généalogie; mais quelle est la plus-value de la "psycho-généalogie" ?

On va essayer d’aller un peu plus loin que simplement remplir des cases avec prénom-nom, date de naissance et de mort de ses ancêtres. Parce qu’en faisant des recherches, on va parfois constater des répétitions familiales et la répétition c’est le signe que c’est l’inconscient qui a pris les rênes de notre vie (oui, je vous rappelle, qu’il guide 90% de nos faits et gestes et que la clé du développement personnel, c’est de mettre toujours plus de conscience dans ce que l’on fait.)

En fait, on est beaucoup moins libre que nous le croyons !

Oui, c’est le douloureux constat de ce livre mais nous avons la possibilité de reconquérir notre liberté et de sortir du destin répétitif de notre histoire, en comprenant les liens complexes qui se sont tissés dans notre famille en mettant au jour les non-dits, les secrets de famille. Le livre d’Anne Ancelin-Schützenberger est truffé d’exemples passionnants.

Il y a cette famille dans laquelle, depuis une dizaine de génération, le jour de la rentrée scolaire du fils aîné en CP (donc la classe dans laquelle on apprend à lire, écrire), c’est son père qui le conduit et qu’à chaque génération, le duo père-fils a eu un accident de transport ! Ce qui est fascinant, c’est que depuis 1800, vous imaginez bien que la date de rentrée a changé une vingtaine de fois, entre le 20 août et le 15 Septembre et bien à chaque génération, ils ont eu un accident de charrette, de deux chevaux, de vélo, de scooter…

On rappelle le titre de l’ouvrage que vous nous conseillez Aïe mes aïeux d’Anne Ancelin-Schützenberger aux éditions La Méridienne. Merci Anne, on vous retrouve tous les jours à 15h55 sur Europe 1 pour un nouvel Antidote autour du développement personnel.