Nos relations aux autres

  • A
  • A
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Ce dimanche, Anne Cazaubon nous montre que nos émotions disent beaucoup de notre personnalité. 

Chaque dimanche, avec elle, on en apprend un peu plus sur nous, comment on fonctionne, grâce à sa chronique de développement personnel Antidote. Bonjour Anne Cazaubon. Aujourd’hui, on va s’intéresser à nos relations aux autres et à ce que cela dit de nous.

Je suis sûre que ça vous est déjà arrivé chers auditeurs. Allez on est entre nous, on peut se parler les yeux dans le micro. On se ressemble tous, ça vous est certainement déjà arrivé de jalouser cette collègue à qui tout réussi, qui n’a pas peur de prendre la parole en public, qui transforme chacun de ses projets en or. Ou au contraire, peut-être que vous avez déjà eu des pulsions « pas très développement personnel » pour ce collaborateur toujours en retard, ou qui change d’humeur comme de chemise, ou qui fayote ou minaude auprès de la direction en permanence.

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez remercier chacune de ces personnes, qui vous ulcèrent au plus haut point, ou que vous admirez profondément parce qu’elles reflètent toutesquelque chose de vous-même ! Oui, elles nous tendent un fabuleux miroir qui parle de nous !

Quand une personne nous énerve, elle peut nous renvoyer à un trait de caractère que nous n’avons pas encore découvert chez nous. C’est comme si elle nous tendait une pièce de notre puzzle que nous n’avions pas, et quelque part, à un autre niveau, pour prendre un peu de hauteur, on peut vraiment « remercier intérieurement» cette personne de nous aider à nous élever un peu plus, à prendre de la distance par rapport à une situation, un conflit, plutôt que de choisir le « mode frontal » 

Peut-être que cette altercation avec mon voisin de TGV qui fait trop de bruit, me remet de manière symbolique sous le nez, un conflit resté en suspend avec mon père. Ça peut aussi être quelque chose que je ne m’autorise pas à faire dans ma vie et qui, du coup, va forcément m’énerver chez l’autre. Cette collègue qui prend tout son temps, alors que moi, je cours tout le temps, que je me dépêche pour faire gagner du temps à l’équipe, quitte à parfois faire des erreurs.

Si votre patron vous énerve parce qu’il ne reconnaît jamais la valeur de votre travail, demandez-vous d’où, ou de qui, vous vient ce manque de reconnaissance (allez, je vous aide, souvent, on hésite entre papa et/ou maman) Mais surtout, demandez-vous comment vous pouvez d’abord vous reconnaître, reconnaître votre valeur, vos talents, pour éviter que cela vienne de l’extérieur.

Si on arrive à avoir cette grille de lecture des événements, de ce qui nous arrive, la vie s’allège, puisque l’on peut tirer parti de ces « agacements » du quotidien pour en apprendre un peu plus sur nous et ainsi mieux nous connaître.

Merci Anne, je rappelle qu’on vous retrouve tous les jours à 15h50 dans La vie devant soi sur Europe 1, pour une nouvelle chronique de développement personnel.