Réouverture des commerces : que faire des chèques cadeaux bientôt périmés ?

, modifié à
  • A
  • A
chèque cadeau 1:26
La fin de l'année est la période de l'année où les Français utilisent le plus leurs chèques cadeaux. © AFP
Partagez sur :
Alors que la réouverture des commerces approche, de nombreux chèques cadeaux, vacances et titres-restaurant n'ont pas été utilisés. Mais pour ne pas pénaliser les bénéficiaires de ces coupons, les entreprises qui les fournissent font preuve de souplesse, dans ce contexte exceptionnel de reconfinement. 

La réouverture des commerces non essentiels est prévue autour du 1er décembre. En attendant une confirmation, les chèques cadeaux, les chèques vacances et tickets-restaurant,  offerts aux salariés, dorment au fond des porte-monnaie. Or, la plupart sont valables jusqu'à fin novembre. S'il n'ont pas été utilisés à cause du reconfinement, seront-ils périmés au moment de la réouverture des commerces ? 

Pendant cette période où les Français utilisent le plus les chèques cadeaux, les entreprises fournissant ces coupons, comme EdenRed et ses titres Kadéo, ont prévu de prolonger leur validité jusqu'à fin janvier ou même fin février 2021. L'information a été transmise aux commerçants, qui ne peuvent pas refuser ces titres, même s'ils sont périmés sur le papier. 

Se tourner vers son CSE en cas de problème

"Nous avons évidemment incité et donné comme consigne à tous nos partenaires marchands d'appliquer cette prolongation. Si jamais le bénéficiaire se voyait refuser cette prolongation, il a toujours la possibilité de revenir vers son CSE qui reviendra vers nous pour l'échange de ses titres. Donc, il ne perdra rien", explique Caroline Tikhomiroff, directrice marketing et stratégie du groupe Sodexo. 

Concernant les chèques vacances, le bénéficiaire doit faire la démarche en ligne pour les échanger. Il a jusqu'au 31 mars pour le faire. 

Enfin, les tickets-restaurant sont toujours utilisables dans les commerces alimentaires restés ouverts. Ils sont valables jusqu'à fin janvier et Sodexo demande deux mois supplémentaires. Dans tous les cas, l'employeur peut les échanger. 

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Tiffany Fillon