Le tourisme va bénéficier d'un plan d'aide spécifique : "C'est ce que nous attendions"

  • A
  • A
Plage tourisme
Les Français risquent de peu voire pas du tout voyager cet été. © SÉBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP
Partagez sur :
Particulièrement touché par la crise du coronavirus, le secteur du tourisme va être accompagné spécifiquement, comme l'a annoncé Emmanuel Macron lundi soir. Au-delà des facilités financières, il va falloir adapter les agences à la reprise des voyages, qui s'annonce très lente.
INTERVIEW

Parmi les annonces faites par Emmanuel Macron lundi soir : un plan d'aide au secteur du tourisme. Complètement à l'arrêt depuis le début du confinement, les agences de voyages ont déjà reçu des aides du gouvernement, notamment le report des remboursements des voyages annulés. Mais la reprise du tourisme va être lente et il va falloir accompagner la filière, tâche dont le président de la République a chargé son gouvernement. "C'est tout à fait ce que nous attendions", se réjouit Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du Voyage, interrogé par Europe 1.

Une reprise des voyages lointaine et limitée

"Le plus important pour nous, c'est un accompagnement à moyen et long terme. Les mesures prises par le gouvernement pour ce premier mois de confinement - chômage partiel, report de charges - sont très efficaces", souligne Jean-Pierre Mas. Le gouvernement a notamment mis en place de premières mesures autorisant les agences de voyage à ne rembourser les annulations qu'au bout de 18 mois, période pendant laquelle un avoir sera proposé aux clients qui souhaiteraient reprogrammer leur escapade.

Mais plus les semaines passent et plus l'hypothèse d'un rebond rapide du tourisme s'éloigne. "Ce qui est clair à présent, c'est qu'il n'y aura pas de saison d'été ou qu'elle sera extrêmement faible et surtout limitée. Les Français ne voyageront pas beaucoup et en majeure partie en France. Et notre pays n'accueillera que peu de touristes étrangers sur son territoire."

Une filière qui doit "se réinventer"

Pour faire face à cette reprise très lente des voyages, notamment de et vers l'étranger, Jean-Pierre Mas réclame un soutien continu. "Si la filière du tourisme n'est pas accompagnée à long terme, elle sera destructrice d'emplois, ce que nous ne souhaitons évidemment pas", alerte le président des Entreprises du Voyage. Selon lui, "cet accompagnement doit passer par l'annulation de charges fiscales, de charges sociales".

Au-delà des aides financières, le secteur du tourisme va aussi devoir s'adapter à "l'après confinement", avec des habitudes de voyage qui vont peut-être changer. "Il faudra un soutien aux entreprises de manière à ce qu'elles puissent reprendre progressivement leur activité et certainement se réinventer, comme l'a souligné le président de la République", estime Jean-Pierre Mas. Le plan d'accompagnement de la filière doit être précisé par le gouvernement dans les prochains jours.