Coronavirus : entre TGV vides et TER au rabais, la SNCF se prépare à un mauvais été

  • A
  • A
SNCF Trains Coronavirus 1:25
La SNCF s'attend à un été compliqué après la crise du coronavirus. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Alors que la SNCF retrouve peu à peu une activité normale, les usagers semblent délaisser le moyen de transport ferroviaire. La compagnie, qui a déjà encaissé une sévère perte de recettes pendant le confinement, s'apprête à vivre un été compliqué.

Les ventes de billets de train ne décollent pas. Comme l'a annoncé dimanche le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, le groupe ferroviaire accuse un manque à gagner de 4 milliards d'euros de recettes à cause du coronavirus. Le TGV à lui seul représente la moitié de la perte et la perspective de l'été ne suffit pas à rassurer, car les trains ne se remplissent pas pour le moment. L'accent est donc mis sur les TER, mais il n'est pas sûr que cela suffise.

 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation lundi 15 juin

Vaste promotion sur les TER, les TGV désertés

La SNCF a dû réduire son offre sur les TGV de 5%, car seulement 8% des places disponibles de ces trains grandes lignes ont été réservées pour août. En juillet, le chiffre n'est pas beaucoup plus encourageant : 20% des billets seulement ont trouvé preneur, en dépit d'une une campagne de petits prix sur les TGV. Certains trains prévus ont donc été annulés ces derniers jours et tous les trains affichés sont maintenant garantis.

Ceux qui sont concernés par cette suppression peuvent échanger leur billet sans frais. Et pour les réticents, la SNCF a lancé une offre promotionnelle pour les TER, avec deux millions de billets de 1 à 10 euros et une extension des abonnements régionaux à toutes les autres régions en juillet et en août. Des lignes spéciales vont également être créées pour cet été, comme Deauville-Cabourg ou Paris-Mont Saint-Michel.

 

 

Mais ceux qui ont la chance de pouvoir partir cet été réservent en ce moment leurs lieux de vacances : chez Pierre et Vacances, par exemple, le mois d'août se remplit à grande vitesse. Les Français semblent donc vouloir partir en vacances, mais sans prendre le train.

Europe 1
Par Emmanuel Duteil, édité par Guilhem Dedoyard