En plein air et sans masque : le golf boosté par le Covid-19

  • A
  • A
Les clubs de golf voient leur affluence dopée par le Covid-19 (photo d'illustration). 1:32
Les clubs de golf voient leur affluence dopée par le Covid-19 (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Plus de 6.000 nouveaux licenciés en un an : les restrictions sanitaires et différents confinements ont un effet inattendu sur un sport, le golf, qui se pratique en extérieur et sans distanciation sociale. Reportage dans le Sud-Ouest, où la fréquentation du club de Bordeaux-Lac augmente dans des proportions inespérées. 
REPORTAGE

"Ca fait longtemps que j'y pense et là j'ai un peu plus de temps, en travaillant à la maison", témoigne un nouvel amoureux de la petite balle blanche interrogé par Europe 1 au club de Bordeaux-Lac, dans le Sud-Ouest. Ce néo-golfeur fait partie des 6.000 nouveaux licenciés recensés en un an pour cette activité, l'une des rares autorisées malgré les restrictions sociales et différents confinements contre le Covid-19. Et pour cause : elle se pratique en plein air, sans distanciation nécessaire. 

"Je suis en chômage partiel, c'est l'occasion"

"Il y a beaucoup de jeunes, et ça c'est très récent, il n'y avait pas ça avant le Covid", constate Hubert, enseignant du club, qui enchaîne les cours avec ces débutants du swing. On y trouve des enfants du pays qui travaillent habituellement à Paris, rentrés pour le confinement, mais aussi des locaux. "Ca fait à peine quinze jours que je joue" sourit un élève, louant "la possibilité d'être en extérieur." 

A l'échelle du club, cet engouement se traduit dans les chiffres. "En trois mois, on a déjà 80 nouveaux joueurs alors qu'à la fin mars on espérait à peu près une vingtaine. Donc on est quatre fois au-dessus de nos attentes", s'enthousiasme Aurélien Hochart, directeur du golf de Bordeaux-Lac. "Du jeune ou du moins jeune, des personnes en couple, des personnes qui nous disent : 'Je suis en chômage partiel, c'est l'occasion de le faire maintenant….'"

"C'est une pratique sportive sans masque"

Côté protocole sanitaire, les règles sont peu nombreuses et simples. "On demande aux joueurs de porter le masque au maximum sur le parking, le masque est obligatoire dans la zone du club house", explique le directeur. "Et au moment où ils arrivent sur le départ, ils peuvent enlever le masque. C'est une pratique sportive, donc c'est sans masque."

Pas question pour les joueurs de toucher les drapeaux sur les greens, et pas non plus de râteau dans les bunkers, ces fosses de sable qui jalonnent les parcours. En revanche, des distributeurs de gel hydroalcoolique ont été disposés un peu partout. 

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Margaux Lannuzel