Vaccination hors Ehpad à Nancy : "Nous tordons le cou à l'idée que les Français sont sceptiques"

  • A
  • A
nancy vaccination coronavirus 1:21
La campagne a officiellement commencé à Nancy, mercredi. © AFP
Partagez sur :
Europe 1 a pu assister à la première matinée d'ouverture de la vaccination contre le coronavirus aux plus de 75 ans à Nancy, mercredi, avec une semaine d'avance sur le reste du pays.
REPORTAGE

A l'échelle nationale, les plus de 75 ans ne commenceront à être vaccinés contre le coronavirus que la semaine prochaine. Sauf à Nancy, ville de l'une des zones les plus touchées par l'épidémie en ce moment, et où le processus a débuté dès mercredi matin. Europe 1 a pu se rendre au Palais des Congrès, l'un des lieux mués en centres de vaccination. 

"Pour ma vie, tout simplement"

Au milieu des cheveux blancs, des cannes et des déambulateurs, Jacques patiente, son béret sous le bras. "Je vous laisse vous installer sur la chaise et vous allez être appelé par le docteur", indique-t-on à cet homme de 91 ans. 

Jacques est impatient. "Pour ma vie, tout simplement", sourit-il. "Ça me semble une question de bon sens. Les gens de notre âge, mon âge en particulier, s'ils contractent la maladie, elle est fatale pour eux. Il ne faut pas se cacher les choses." L'opération se déroule sous le regard satisfait du maire de Nancy, le socialiste Mathieu Klein, pour qui, il est "important que dans les territoires les plus touchés, la vaccination aille plus vite".

15.000 rendez-vous déjà fixés

"J'ai constaté avec plaisir qu'un très grand nombre d'habitants s'étaient précipités sur cette possibilité qui leur était offerte", se félicite l'édile. "Pour la seule journée d'hier [mardi, ndlr], 9.000 appels ont été reçus sur la plateforme téléphonique. Ce sont déjà 15.000 rendez vous de première et deuxième injections qui ont été fixés. Nous tordons le cou à l'idée que les Français sont vaccino-sceptiques."

Pour suivre le rythme, les neuf centres de vaccination de la métropole doivent effectuer un millier d'injections chaque jour, à partir de mercredi. 

Europe 1
Par Arthur Helmbacher, édité par Margaux Lannuzel