Covid-19 : le vaccin en trois questions

  • A
  • A
Partagez sur :
Comment fonctionne le vaccin contre le coronavirus ? Quels en sont les risques ? Sur Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed répond à trois questions qui lui sont fréquemment posées depuis le début de la campagne de vaccination. 
DÉCRYPTAGE

C'est un vaccin qui suscite de nombreuses controverses : à une semaine du lancement officiel de la campagne de vaccination contre le coronavirus, et alors que certains publics prioritaires ont déjà bénéficié d'injections, notamment dans les Ehpad, beaucoup de Français s'interrogent encore. De quoi le vaccin contre le coronavirus est-il composé ? Présente-t-il des risques ? Le docteur Jimmy Mohamed, consultant santé d'Europe 1, répond aux interrogations qui lui sont souvent posées. 

Qu'est-ce qu'un vaccin à ARN ? 

Le coronavirus est une famille de virus aériens - c'est son mode de fonctionnement. Il a une enveloppe et une petite protéine, qu'on appelle la protéine S, la protéine Spike, qui sert à s'attacher sur la cellule pour vous rendre malade. Le but de la vaccination, c'est de pouvoir recréer simplement cette protéine S, grâce à l'ARN (Acide Ribonucléique) messager, qui sert uniquement de plan pour la fabriquer.

Lorsque vous êtes vaccinés, vous recevez une petite dose dans votre muscle de cet ARN messager. Cela va donner l'ordre à votre organisme de créer lui même cette protéine S. Par conséquent, votre système immunitaire va croire qu'il est malade. Il va rencontrer cette protéine et créer de façon naturelle des anticorps pour vous protéger contre le coronavirus. Précision : vous n'aurez à aucun moment le matériel génétique du coronavirus, mais simplement les codes, le mode d'emploi pour pouvoir créer vous même une immunité.

Ce vaccin peut-il modifier notre code génétique ? 

C'est une crainte récurrente, mais qui est infondée. Ce qu'il faut savoir, c'est que l'ARN messager est extrêmement fragile. Tellement fragile que si on vous l'injectait directement dans le muscle sans le protéger, elle serait détruite au bout de quelques secondes ou quelques minutes. Donc, on a besoin de le protéger, en l'entourant d'une petite couche de gras qu'on appelle du lipide, pour qu'il puisse faire son travail.

Il va ensuite disparaître, sans, à aucun moment, entrer en contact avec votre matériel génétique - l'ADN. En ce qui concerne sa composition, vous pouvez encore une fois être rassuré : pas de cellules, pas de produits sanguins et aucun adjuvant dans ce vaccin. Un recul de plus de 20 ans est possible depuis la vaccination contre le SRAS, le coronavirus en Asie. En cancérologie, on a aussi de nombreuses fois essayé de viser l'ARN. Ça n'a pas marché, mais les effets secondaires ont été quasiment nuls. Le vaccin est donc très bien toléré. 

Peut-on se faire vacciner si on a déjà eu le Covid ? 

Oui ! Il faut seulement savoir que les recommandations actuelles - cela peut évoluer - prévoient d'attendre trois mois après une PCR positive. Inutile d'aller faire une sérologie, elle peut être faussement négative. Vous attendez donc trois mois et lorsque ce sera votre tour, aucun problème pour vous faire vacciner.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed