Île-de-France : le remboursement des abonnements de transports Navigo porté à cent euros

, modifié à
  • A
  • A
Un remboursement supplémentaire de 25 euros des abonnements de transport annuels et mensuels Navigo sera mis en place pour couvrir la période de début mai.
Un remboursement supplémentaire de 25 euros des abonnements de transport annuels et mensuels Navigo sera mis en place pour couvrir la période de début mai. © Thomas Samson, AFP
Partagez sur :
La région Île-de-France a annoncé jeudi porter à cent euros le montant du remboursement des abonnements de transports annuels et mensuels Navigo. Ce supplément de 25 euros est censé couvrir la période de début mai.

La présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a annoncé jeudi un remboursement supplémentaire de 25 euros des abonnements de transport annuels et mensuels Navigo, couvrant la période de début mai, en complément du remboursement des forfaits d'avril.

"L'objectif, c'est de couvrir toute la période allant jusqu'à la fin du confinement. Les abonnés mensuels et annuels pourront être remboursés de 25 euros supplémentaires. Cela fera 100 euros au total. Pour les abonnés Navigo Senior et Imagine R, ce sera 12 euros supplémentaires, soit 50 euros au total", a déclaré la présidente d'Île-de-France Mobilités (IDFM) dans Le Parisien.

Plateforme dédiée

Ces abonnés devront se connecter en mai sur une plateforme dédiée pour se faire rembourser, comme après la grève en janvier. Valérie Pécresse estime que la mesure coûtera "plus de 130 millions d'euros" à IDFM, un chiffre en hausse en comparaison de son estimation de fin mars qui était de 100 millions d'euros. "C'est un geste financier très important compte-tenu du contexte actuel et de l'état des finances d'Ile-de-France Mobilités", a-t-elle souligné.

Valérie Pécresse s'est en outre inquiétée des pertes globales pour IDFM en raison du confinement, estimant qu'elles pourraient représenter en tout un trou d'un milliard d'euros dans le budget annuel de 10 milliards. Valérie Pécresse en a ainsi appelé au secours de l’État pour maintenir les finances de l'autorité de transports franciliens.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP