Coronavirus : 17.920 morts en France, les hospitalisations à nouveau en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus France
Le nombre de morts a grimpé en France, mercredi, avec un total de 17.167 décès. © AFP
Partagez sur :
La France compte ce jeudi soir 17.920 morts du Covid-19, soit 753 décès de plus. Le nombre d'hospitalisations a baissé pour le deuxième jour consécutif et les patients en réanimation sont toujours moins nombreux. Suivez l'évolution de la situation en direct.
EN DIRECT

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus en France, 17.920 personnes sont mortes en France du Covid-19. Pour la deuxième fois, le nombre d'hospitalisations est en baisse avec 474 patients en moins sur les dernières 24 heures. Sur le plan économique et social, le gouvernement a annoncé plusieurs dispositifs en faveur des soignants, des fonctionnaires et des bénéficiaires du RSA. Suivez l'évolution de la situation en direct. 

Les principales informations à retenir

  • En France, le dernier bilan de l'épidémie fait état de 17.920 décès
  • Le nombre d'hospitalisations a baissé pour le deuxième jour consécutif
  • EDF a annoncé que toutes les mesures contre les particuliers débiteurs seront suspendues jusqu’au 1er septembre.
  • Plus de 90.000 décès ont été comptabilisés en Europe, 140.000 dans le monde

17.920 morts en France, deuxième jour de baisse des hospitalisations 

L'épidémie de coronavirus a fait 17.920 morts depuis le début mars en France (+753), dont 11.060 à l'hôpital, selon le bilan officiel établi jeudi soir par le Directeur général de la santé Jérôme Salomon. Dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux, un total de 6.860 personnes malades du coronavirus sont décédées. 

Par ailleurs, comme la veille, ce jeudi marque un recul du nombre des patients hospitalisés du Covid-19 en France : le solde des entrées et des sorties est négatif avec 474 personnes en moins sur les dernières 24 heures. Un recul que l'on doit "aux sorties nombreuses", a précisé le numéro deux du ministère de la Santé. C'est la deuxième fois que cet indicateur est en baisse depuis le début de l'épidémie sur le territoire. Sur les dernières 48 heures, 987 personnes atteintes par le Covid-19 sont donc sorties de l'hôpital. Autre signe encourageant : le solde de cas graves en réanimation continue de diminuer pour le huitième jour consécutif avec 6.248 cas (-209). 

Malgré ces "légères baisses", Jérôme Salomon souligne que plusieurs régions connaissent "toujours des tensions" dans les établissements hospitaliers et que la capacité des services de réanimation est toujours dépassée, puisqu'elle se situe à 5.000 lits. Interrogé sur le passage d'un éventuel "pic" de l'épidémie, il a répété que, selon les évolutions chiffrées, la situation correspondait à un "plateau", appelant à continuer à respecter confinement et gestes barrières.

Un constat que partage Philippe Gabriel Steg, ​chef du service de cardiologie à l'hôpital Bichat à Paris et coprésident du Comité de pilotage recherche Covid-19 de l'AP-HP, pour qui ces chiffres en baisse ne sont pas une raison pour stopper les efforts, loin de là. Invité de la matinale d'Europe 1, le médecin a affirmé que la "situation était loin d'être réglée". "On est loin d'être sortis de l’auberge. S'il devait y avoir un rebond, on serait mort", a-t-il déclaré.

"Si on a un vaccin en 2021, ce sera déjà un record historique"

"Fabriquer un vaccin, c'est forcément long." Philippe Gabriel Steg, ​chef du service de cardiologie à l'hôpital Bichat, à Paris, est aux avant-poste de la recherche sur le Covid-19. "Il y a beaucoup de travaux en cours", assure-t-il jeudi matin sur Europe 1. Les scientifiques du monde entier travaillent à la fois sur les traitements possibles du virus, et sur des vaccins. "Si on a un vaccin en 2021, ce sera déjà un record historique", estime le médecin. Selon lui, "jamais la recherche ne s'est mise en œuvre aussi vite que pour le Covid-19". 

"Des mesures inédites" pour les clients d'EDF

De son côté, EDF continuera jusqu'en septembre à fournir gaz et électricité à ses clients particuliers débiteurs, sans pénalités pour retard de paiement, a annoncé le groupe jeudi. "Fidèle à ses valeurs de responsabilité et de solidarité, EDF met en œuvre des mesures inédites pour aider tous ses clients dans les circonstances difficiles qu'ils peuvent rencontrer avec la crise sanitaire du Covid-19", explique-t-il dans un communiqué.

Toute réduction ou interruption de la fourniture d'électricité et de gaz ainsi que les pénalités de retard seront suspendues pour les clients particuliers jusqu'au 1er septembre, au-delà de la prolongation de la trêve hivernale imposée jusqu'à fin mai par les pouvoirs publics.

Condamné par la justice française, Amazon va faire appel

Amazon, dirigé par Jeff Bezos, a décidé mercredi de fermer tous ses sites français pendant cinq jours pour procéder à l'évaluation du risque pour ses salariés face à la propagation du Covid-19. Une décision inédite prise après la condamnation en justice du géant américain. Invité de la matinale d'Europe 1, le directeur général d'Amazon France a affirmé que l'entreprise allait faire appel. 

"En dépit des investissements énormes mis en œuvre dans nos centres de distribution pour préserver la sécurité de nos salariés, la Cour de justice de Nanterre a pris un jugement qui oblige à fermer les centres de distribution en France", a regretté Frédéric Duval, affirmant qu'il "ne savait pas" si la fermeture allait durer jusqu'au 20 avril, comme cela a été annoncé mercredi. "Je ne sais pas si c’est pour cinq jours", a-t-il dit, ajoutant "qu'il est trop tôt aujourd'hui pour parler de réouverture". "Je le regrette et nous faisons appel", a annoncé Frédéric Duval sur Europe 1.

Pour Macron, l'Europe arrive "à un moment de vérité"

"Nous sommes à un moment de vérité qui consiste à savoir si l'Union européenne est un projet politique ou un projet de marché uniquement. Moi, je pense que c'est un projet politique", a affirmé jeudi Emmanuel Macron au Financial Times.

Dans cet entretien au quotidien britannique, le président français fait valoir que "quand c'est un projet politique, d'abord, l'humain est au premier chef, et il y a des notions de solidarité qui se jouent, et y compris ensuite l'économique en procède. N'oublions jamais que l'économie est une science morale." Selon le chef de l'État français, un défaut de solidarité favoriserait l'arrivée des populistes au pouvoir.

Au moins 140.000 morts dans le monde, les États-Unis pays le plus endeuillé

La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 140.000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP jeudi dans la matinée Plus de 2.083.820 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 450.500 sont aujourd'hui considérés comme guéris. 

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus fin février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 30.985 décès pour 639.664 cas. Au moins 52.738 personnes ont été déclarées guéries. Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi que les États-Unis avaient probablement "passé le pic" des nouveaux cas de coronavirus, ajoutant que ces "avancées encourageantes" lui permettraient de dévoiler jeudi des lignes directrices pour rouvrir l'économie. 

Plus d'un millions de cas en Europe, le bilan espagnol contesté

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont l'Italie avec 22.170 morts pour plus de 165.000 cas, et l'Espagne avec 19.130 morts (182.816 cas). Mais le bilan de la péninsule ibérique est contesté par les autorités régionales de Madrid et de Catalogne, régions comptant plus de la moitié des morts, qui ont évoqué des milliers de décès non recensés dans le bilan national. "Le chiffre réel de morts est difficile à connaître", a reconnu Fernando Simón, directeur du centre d'urgences sanitaires lors de son point presse quotidien. Au total, l'Europe totalisait jeudi à 11 heures 90.181 décès pour 1.047.303 cas.

Confinement prolongé et bilan qui repart à la hausse au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a décidé ce jeudi de prolonger le confinement "d'au moins trois semaines". Il avait été mis en place le 23 mars dernier pour tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19. Cette décision intervient alors que le bilan britannique est reparti à la hausse, avec 861 morts supplémentaires à l'hôpital, soit 100 de plus que la veille, portant le total des morts à désormais 13.729. Après plusieurs jours de stabilisation, cette hausse soudaine anéanti l'espoir que le pic de l'épidémie était passé. Dans le même temps, avec 4.618 personnes supplémentaires testées positives au Covid-19 en 24 heures, le Royaume-Uni passe le cap des 100.000 personnes contaminées par la maladie (103.093 au total).

L'état d'urgence étendu à l'ensemble du Japon

Le Premier ministre japonais a annoncé jeudi l'extension de l'état d'urgence à l'ensemble de l'archipel nippon, afin de lutter plus efficacement contre la propagation du coronavirus. "Les zones où l'état d'urgence doit être appliqué seront étendues de sept préfectures actuellement à la totalité des préfectures", a déclaré Shinzo Abe lors d'une réunion d'experts médicaux consacrée à la pandémie de nouveau coronavirus.