Fin de l'interdiction de réunion dans les lieux de culte : le grand rabbin prudent

, modifié à
  • A
  • A
Haïm Korsia, le grand rabbin de France 1:28
Haïm Korsia, le grand rabbin de France s'est réjouit mardi sur Europe 1 que le Conseil d’État ordonne la levée de l’interdiction de rassemblement dans les lieux de culte. © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
Le Conseil d’État a ordonné lundi la levée de l’interdiction de rassemblement dans les lieux de culte. Après deux mois sans possibilité de prier ensemble, les croyants devraient pouvoir reprendre leurs habitudes, avec quelques règles sanitaires en plus, comme le souligne mardi sur Europe 1 Haïm Korsia, le grand rabbin de France. 
INTERVIEW

Le Conseil d’État a ordonné lundi au gouvernement de lever l’interdiction de rassemblement dans les lieux de culte d'ici huit jours. Une interdiction que la plus haute juridiction administrative française estime disproportionnée. Cela fait deux mois que messes et prières dans les églises, mosquées, et synagogues ne sont plus possibles à cause du coronavirus. La décision du Conseil d'État est un soulagement pour Haïm Korsia, grand rabbin de France. Mais toutes les précautions seront prises lors des célébrations, assure-t-il mardi sur Europe 1.

"Le monde est terrible : on a fait Pâques, Pessa'h chez soi et je comprends que tous les croyants ont cette même souffrance. Mais en même temps, il y a cet impératif de protection. On a arrêté complètement l'économie du pays pendant près de deux mois pour protéger la vie. Il n'est pas question de se précipiter pour ouvrir les choses sans prendre toutes les précautions possibles", souligne Haïm Korsia. 

Les précautions sanitaires à prendre pour éviter des clusters

Parmi les mesures sanitaires envisagées : "une limitation du nombre de personnes par lieu", "le respect d'un siège sur trois", "la surveillance pour qu'il n'y ait pas d'attroupement à l'entrée ou à la sortie", ou encore "la mise en place d'un référent médical pour chaque synagogue".

"Evidemment, le port du masque, le fait d'amener son propre livre, ça impose une adaptation pour chaque lieu, il faut prendre le temps de faire", concède-t-il. "Il n'est pas question qu'il y ait des clusters dans les lieux de culte, en tout cas dans les synagogues", affirme le grand rabbin de France.

Europe 1
Par Romane Hocquet, édité par Céline Brégand