Haute-Savoie : ces stations de ski qui continuent de voir arriver des vacanciers...

  • A
  • A
Certaines stations de ski ont vu arriver de nombreux vacanciers, malgré le confinement (photo d'illustration). 1:39
Certaines stations de ski ont vu arriver de nombreux vacanciers, malgré le confinement (photo d'illustration). © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
De nombreuses stations de ski en Haute-Savoie ont vu arriver des vacanciers, malgré le confinement décrété il y a près d'un mois pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus. Si aucune station de ski n'a rouvert, un employé de celle de La Clusaz a remis en marche lundi un tire-fesse pour dévaler les pistes avec trois de ses amis. 

Une semaine après le début des vacances en Île-de-France et en Occitanie, ce week-end de Pâques coïncide avec le début des vacances de la zone B, qui regroupe sept régions de métropole. En plein confinement, la consigne est toujours la même : rester chez soi. Mais en Haute-Savoie dans les Alpes, certaines stations de ski, alors que toutes sont fermées depuis près d'un mois, ont vu arriver de nombreux vacanciers depuis lundi...

Les résidences secondaires prennent vie

À Châtel par exemple, les habitants ont vu débarquer entre 120 et 150 nouveaux résidents secondaires. Un chiffre incroyable qui provient d'un comptage des véhicules réalisé dans la station, jusqu'alors déserte. La consommation dans les commerces de première nécessité est également partie à la hausse. Résultat : les premiers procès verbaux ont été dressés, alors que la situation s'est également produite dans d'autres communes du département.

Un tire-fesses remis en marche

Mais l'arrivée des vacanciers à Châtel n'est rien comparé à l'incident survenu lundi dans la journée à La Clusaz. Les habitants qui peuvent observer le haut du domaine skiable ont eu la surprise de voir quatre skieurs dévaler une piste rouge dans le meilleur secteur de la station. Alors que le lieu n'est plus accessible au public, un tire-fesses fonctionnait pour les quatre skieurs.

Et pour cause, l'instigateur de la sortie était un employé des remontées mécaniques, posté sur cette piste lorsqu'il travaillait avant le confinement. Il n'a donc eu aucun mal à remettre en service le tire-fesses pour profiter d'une station déserte avec ses amis. Ce sont les gendarmes, alertés par les habitants, qui sont intervenus.

Une sanction en interne probable mais pas de plainte

L'initiative a été très fortement condamnée par Jean-Christophe Hoff, le directeur des remontées mécaniques de la station. "Je désapprouve totalement cette action", indique-t-il au micro d'Europe 1. "C'est une démarche qui est totalement déplacée au regard du confinement évidemment mais au regard du fonctionnement de notre société, où chacun ne fait pas ce qu'il veut", poursuit-il.

Interrogé par le Dauphiné Libéré, qui a révélé l'affaire, Jean-Christophe Hoff a affirmé que la société des remontées mécaniques n’entend pas déposer plainte. Néanmoins, le salarié devrait être sanctionné, en plus de l'amende qu'il va recevoir et qui correspond au non-respect des règles du confinement. 

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, édité par Ariel Guez