Coronavirus : 24.087 morts en France, nombre de réanimations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
L'épidémie de coronavirus a fait plus de 24.000 morts en France, selon le dernier bilan, communiqué mercredi soir.
L'épidémie de coronavirus a fait plus de 24.000 morts en France, selon le dernier bilan, communiqué mercredi soir. © AFP
Partagez sur :
Au lendemain de la présentation du plan de déconfinement, de nombreux points restent encore à trancher pour le gouvernement. La situation économique, elle, reste difficile, alors que 11,3 millions de Français sont au chômage partiel. Le dernier bilan du coronavirus fait état de 24.087 morts en France, et plus de 130.000 en Europe. 
L'ESSENTIEL

Le cap est fixé. Au lendemain de la présentation du plan de déconfinement par Edouard Philippe, les membres du gouvernement ont commencé à détailler les modalités qui entreront en vigueur à partir du 11 mai prochain. Alors que le bilan du coronavirus fait état mercredi de 24.087 morts en France et plus de 224.000 décès à travers le monde, la situation économique reste quant à elle difficile dans le pays, avec 11,3 millions de Français au chômage partiel.

Les principales informations à retenir

  • Le bilan est de 24.087 morts en France, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser 
  • Édouard Philippe a présenté son plan de déconfinement progressif devant l'Assemblée nationale
  • 11,3 millions de Français se trouvent au chômage partiel
  • La saison touristique ne sera "pas comme les autres", a prévenu Lemoyne
  • Plus de 130.000 décès en Europe, selon l'AFP 

Plus de 24.000 morts en France, réanimations en baisse

Le coronavirus a tué 427 malades supplémentaires en France au cours des dernières 24 heures, mais la décrue se confirme dans les services de réanimation avec 180 patients en moins mercredi, selon la Direction général de la Santé (DGS). Le bilan total de l'épidémie s'établit désormais à 24.087 morts depuis le 1er mars, dont 15.053 dans les hôpitaux (+243) et 9.034 dans les établissements sociaux et médico-sociaux dont les Ehpad (+184).

Un déconfinement progressif 

Édouard Philippe a annoncé mardi son plan de déconfinement, emmené par trois principes : "protéger, tester, et isoler". Conditionnée à la situation sanitaire française, la première phase de ce processus différencié doit courir jusqu'au 2 juin. Devant une Assemblée nationale clairsemée, le Premier ministre a détaillé sa stratégie pendant environ une heure, avant un débat avec les députés. Son plan a été voté dans la foulée par 368 voix contre 100. La plupart des députés de gauche ont voté contre, ceux de droite se sont majoritairement abstenus.

Un plan par étape, différencié selon les territoires, et des annonces prudentes sur fond de crainte d'une seconde vague épidémique. "On assume la prudence", résume pour Europe 1 l'entourage du Premier ministre.

Masque obligatoire dans les transports : les forces de l'ordre "sollicitées" pour les contrôles 

Invité mercredi d'Europe 1, le secrétaire d’État aux transports Jean-Baptiste Djebbari a précisé les annonces gouvernementales concernant les transports, alors que de nombreux Français s'inquiètent des conditions de sécurité sanitaire dans les métros ou RER bondés. Comme l'a annoncé Édouard Philippe, le port du masque sera obligatoire. Et si le membre du gouvernement promet de la "souplesse" pour le 11 mai : dès le 12, "il y aura contrôle et possiblement sanction" en cas de non-respect de la règle. 

"Environ 30% des personnes qui prennent habituellement les transports en commun reviendront dès le 11 mai", poursuit le secrétaire d'État. Pour éviter du mieux possible une surcharge de ces transports en commun, le gouvernement demande à ce que les opérateurs aient l'offre de transport "la plus abondante possible", et travaille à "un désengorgement des heures de pointe". On vous explique dans cet article comment, de leur côté, les opérateurs tentent de trouver des solutions

La secrétaire d'État à l'Économie Agnès Pannier-Runacher a, elle, annoncé "un accord avec la grande distribution" pour que certaines enseignes commencent à vendre des masques dès la semaine prochaine. Toutes devront en proposer à leurs clients à partir du 11 mai.

11,3 millions de Français en chômage partiel

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué que 11,3 millions de Français étaient actuellement au chômage partiel, soit plus d'un salarié sur deux, en raison de la baisse d'activité liée à l'épidémie. Il n'y aura "pas de couperet au 1er juin" pour le dispositif d'activité partielle mais "le taux de prise en charge de l'État sera un peu moins important" au-delà de cette date, a-t-elle précisé. Cela concerne 890.000 entreprises.

Le retour des enfants à l'école se faisant sur la base du volontariat, Muriel Pénicaud a également précisé que les parents gardant leurs enfants à la maison pourront continuer à bénéficier du chômage partiel jusqu'au 31 mai. En revanche, à partir du 1er juin, une attestation sera nécessaire. Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a lui annoncé que le gouvernement ne présenterait "certainement pas" avant la rentrée, en septembre ou en octobre, son plan de relance de l'économie française. 

Une saison touristique "pas comme les autres"

L'activité touristique va redémarrer pour une saison estivale "pas comme les autres" lors de laquelle les Français prendront des vacances près de leur domicile, a affirmé mercredi le secrétaire d'État Jean-Baptiste Lemoyne. "Je crois que cette saison estivale, il faut le dire, et tout le monde le voit, ne sera pas comme les autres", a-t-il déclaré devant l'Assemblée nationale.

"Le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique dans un premier temps, avec une clientèle d'ultra-proximité et, on le voit, avec un certain nombre de sites qui vont pouvoir rouvrir", a développé le secrétaire d’État chargé du tourisme. Parmi eux figurent "les petits musées, certains sites naturels, parcs et jardins dans les départements qui seront 'verts', où le virus ne circule pas de façon active", a détaillé le secrétaire d'État.

Apparition d'une nouvelle maladie inflammatoire touchant les enfants

Ces derniers jours, les autorités britanniques ont lancé une alerte concernant une augmentation du nombre d'enfants présentant des symptômes ressemblant à la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire affectant les jeunes enfants et dont la cause reste indéterminée. Plusieurs cas sont également apparus en France, mais le ministre de la Santé et les médecins assurent qu'il est trop tôt pour établir un lien avec le coronavirus, même s'il assure prendre le sujet "très au sérieux".

Le prêt de 5 milliards d'euros pour Renault approuvé

L'UE donne son feu vert au plan de soutien pour Renault. La Commission européenne a annoncé mercredi qu'elle approuvait un prêt garanti par l'État français de 5 milliards d'euros pour le groupe automobile afin de limiter l'impact économique de la pandémie de coronavirus. Le 24 avril dernier, le ministre français de l'Économie, Bruno Le Maire avait annoncé qu'un tel prêt était à l'étude.

Fin de la saison de Ligue 1, incertitude pour la suite

Edouard Philippe a également sifflé mardi la fin de la saison de Ligue 1. Les instances du foot doivent désormais décider des modalités pour entériner les classements des différents championnats professionnels, alors que les clubs font face à de gros problèmes économiques. Plusieurs options sont sur la table, dont la prise en compte de toutes les journées jouées jusqu'ici (28 matches). Mais les présidents de club ne sont pas sur la même longueur d'onde.

Jean-Michel Aulas, qui a multiplié les sorties controversées ces dernières semaines, a préconisé de jouer des play-offs, alors que son club, l'Olympique lyonnais, a vécu une saison très compliquée. On vous résume dans cet article les questions qui se posent après l'annonce de la fin de la saison

Des résultats positifs pour le médicament remdesivir ? 

La recherche d'un remède contre le Covid-19 se poursuit. Le laboratoire américain Gilead a annoncé mercredi que son médicament remdesivir avait montré des résultats "positifs" chez des malades du coronavirus, dans le cadre d'un grand essai clinique très attendu, mené en partenariat avec les Instituts de santé américains. Le remdesivir a montré un effet "clair" dans le traitement du coronavirus, selon un expert de la Maison-Blanche. Mais il faut se montrer prudent, pour deux raisons : la société n'a d'abord pour l'instant pas livré davantage de détails. De plus, le remdesivir n'a "pas de bénéfice clinique significatif", selon une étude.

Plus de 224.000 morts dans le monde, dont 130.000 en Europe 

La pandémie de coronavirus a désormais fait plus de 224.000 morts. L'Europe reste le continent le plus touché, avec 130.000 décès dont les trois quarts en Italie, en Espagne, en France et au Royaume-Uni. Les Etats-Unis, où la barre du million de cas recensés a été franchie mardi, sont le pays ayant enregistré le plus de morts (57.533). 

Après la première puissance mondiale, les pays les plus endeuillés sont l'Italie (27.359), l'Espagne (24.275) et la France (24.087). Le Royaume Uni, qui inclut désormais les décès dans les maisons de retraite dans ses bilans quotidiens, comptait 26.097 morts.