Coronavirus : ce qu'il faut retenir des annonces d'Édouard Philippe sur le déconfinement

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Moins de deux semaines avant la levée des premières restrictions, le 11 mai, le Premier ministre Édouard Philippe a détaillé mardi la méthode employée pour déconfiner le pays, dans de nombreux domaines.
L'ESSENTIEL

Le confinement arrivant presque à son terme, comment déconfiner une population de 67 millions d'habitants ? Pour tenter d'y répondre, le Premier ministre Édouard Philippe a présenté mardi après-midi à l'Assemblée nationale un plan de levée des premières restrictions à partir du 11 mai. Son discours, suivi d'un débat puis d'un vote des députés, s'est décomposé en six thèmes : l'aspect sanitaire de la crise (tests, masques, etc.), la problématique des écoles, la question du travail, l'ouverture des commerces, le fonctionnement des transports et l'organisation des rassemblements. Europe 1 vous détaille ci-dessous ce qu'il faut retenir de ces annonces.

Devant un hémicycle occupé par seulement 75 députés, le Premier ministre a d'abord mis en garde mardi contre "le risque de l'écroulement" de l'économie si le déconfinement n'était pas mis en oeuvre "progressivement, prudemment".

Une première phase du 11 mai au 2 juin

Une première phase de trois semaines : Édouard Philippe a annoncé qu'après une première phase de déconfinement le 11 mai, une nouvelle étape s'ouvrira le 2 juin pour trois semaines, avec de nouvelles mesures qui dépendront du niveau de l'épidémie. "Je donne rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l’organisation des cafés, des restaurants, des vacances".

Il est "préférable" de porter un masque

Édouard Philippe a affirmé qu'il était "préférable", dans "de nombreuses circonstances" de "porter un masque", écartant l'idée d'une pénurie : "Il rentre bien plus de masques dans le pays que le gouvernement n’en commande. (…) Nous recevons près de 100 millions de masques chirurgicaux par semaine désormais, et nous recevrons près de 20 millions de masques grand public lavables à compter de mai." Une plateforme de e-commerce sera mise en place par la Poste à compter du 30 avril pour distribuer des masques grand public.

Objectif de 700.000 tests dès le 11 mai

"À la sortie du confinement, nous serons en capacité de massifier nos tests. Nous nous sommes fixés l’objectif de réaliser au moins 700.000 tests virologiques par semaine au 11 mai", annonce Édouard Philippe. 100% de ces tests seront remboursés par l'Assurance maladie.

Les départements différenciés en "vert" et "rouge"

Edouard Philippe a détaillé le principe d'un déconfinement territorialisé : les départements seront répartis en "vert" et "rouge" selon la gravité de l'épidémie. Trois critères seront étudiés le 7 mai pour déterminer dans quel département "la circulation du virus reste active", "les capacités hospitalières en réanimation restent tendues" et "le système local de tests et de détection des cas contacts ne soit pas suffisamment prêt", a précisé le Premier ministre. Les parcs et jardins ne pourront ouvrir que dans les départements verts.

Pas d'attestation nécessaire, mais des déplacements réduits

Dès le 11 mai, il ne sera plus nécessaire d'avoir une attestation pour se déplacer. Mais les déplacements interdépartementaux ou interrégionaux seront réduits "aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus", à la fin de la période de confinement le 11 mai. Les plages resteront inaccessibles au moins jusqu'au 1er juin.

Plusieurs contraintes dans les transports

Il sera demandé une réservation obligatoire dans les trains, TGV ou non, tandis que les déplacements entre départements sont découragés. Pour les transports en commun, le gouvernement prend "deux séries de décisions" : "D'abord remonter au maximum l'offre de transport urbain" avec "70% de l'offre de la RATP" disponible le 11 mai", en remontant "rapidement à l'offre nominale". "Ensuite, faire baisser la demande, en favorisant le télétravail. Les transports aux heures de pointe doivent être réservés à ceux qui travaillent."

Le port du masque sera rendu obligatoire dans tous les transports, métros comme bus, et les opérateurs devront, au moins pour les trois semaines à venir, s'organiser pour permettre, même dans le métro, de respecter les gestes barrières. Cela veut dire, par exemple, que la capacité du métro parisien sera réduite, qu'il faudra par exemple condamner un siège sur deux, favoriser par des marquages au sol la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d'affluence.

Des rassemblements limités

Le 11 mai, la société ne pourra pas reprendre son fonctionnement normal, a prévenu Edouard Philippe. Notamment sur les rassemblements : "Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes", a-t-il expliqué. Les cérémonies funéraires seront toujours limitées à 20 personnes, alors que les cimetières rouvriront le 11 mai. les mairies continueront à proposer, sauf urgence, le report des mariages", a-t-il ajouté.

Ecoles et collèges vont rouvrir, décision fin mai sur les lycées

Edouard Philippe a indiqué que la décision sur une possible réouverture des lycées serait prise fin mai. "Nous déciderons fin mai si nous pouvons rouvrir les lycées, en commençant par les lycées professionnels, début juin", a déclaré le chef du gouvernement. Les écoles rouvriront progressivement dès le 11 mai sur la base du volontariat, les collèges dès le 18 mai pour les classes de 6e et de 5e. En ce qui concerne les 4e et les 3e, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a indiqué mardi soir sur TF1 que le gouvernement se prononcera "fin mai", après l'obtention de "garanties totales" sur le plan sanitaire.

Réouverture sous conditions pour les crèches 

Les crèches rouvriront à partir du 11 mai dans le cadre du déconfinement progressif, avec port du masque obligatoire pour les professionnels de la petite enfance. L'accueil se fera "par groupes de dix enfants maximum, avec la possibilité d'accueillir plusieurs groupes de dix enfants si l'espace le permet et si les conditions sont réunies pour que les groupes ne se croisent pas", a détaillé le Premier ministre. 

Le maintien du télétravail encouragé

C'est l'une des mesures qui a le plus bouleversé la vie des Français : le télétravail est toujours encouragé par le gouvernement, et ce "au moins pour les trois prochaines semaines", explique Edouard Philippe. Les horaires décalés doivent être privilégiés pour ceux qui ne peuvent pas travailler depuis leur domicile.

Commerces et marchés rouvriront le 11 mai, sous conditions

Tous les commerces, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir à compter du 11 mai mais avec des mesures de protection sanitaire, notamment le port du masque, recommandé pour le personnel et les clients si la distanciation est impossible. Les préfets pourront néanmoins maintenir fermés les centres commerciaux de plus de 40.000 m2. Le gouvernement prendra une décision sur les bars, cafés et restaurants fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin, a-t-il précisé. Tous les marchés de plein air et halles couvertes pourront également rouvrir à partir du 11 mai "s'ils sont en mesure de faire respecter les distances de sécurité entre les consommateurs".

Pas d'événements de plus de 5.000 participants

Tous "les évènements qui regroupent plus de 5.000 participants" ne "pourront se tenir avant le mois de septembre". Cette mesure concerne "les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les évènements qui regroupent plus de 5.000 participants et font à ce titre l’objet d’une déclaration en préfecture et doivent être organisés longtemps à l’avance", a détaillé le Premier ministre.

La saison de sports professionnels stoppée

"La saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment celle de football, ne pourra pas reprendre", a-t-il également annoncé. Pour les amateurs, les sports collectifs seront interdits, tout comme les sports couverts.