Des Ehpad autorisent de rares visites très encadrées : "Elle a été tellement contente"

  • A
  • A
Certains Ehpad souhaitent rompre l'isolement des personnes âgées "en train de sombrer". 1:42
Certains Ehpad souhaitent rompre l'isolement des personnes âgées "en train de sombrer". © AFP
Partagez sur :
Dans certains Ehpad, malgré la crainte de la maladie, le confinement prolongé, qui plonge les résidents dans un isolement difficile, a poussé les équipes à autoriser quelques visites, dans de rares cas et à de strictes conditions d'hygiène.

Emmanuel Macron souhaite assouplir les visites aux personnes en fin de vie, notamment dans les Ehpad. Et pour assouplir un peu le confinement radical dans les chambres de ces établissements où les résidents sont seuls et loin de leurs proches, certains établissements ont d'ores et déjà organisé des visites, aux conditions toutefois très strictes, face à l'état d'isolement extrême de certains résidents. C'est le cas de l'Ehpad du Bosquet de la Mandallaz à Sillingy (Haute-Savoie) qui compte 80 personnes. Laurence fait partie des quatre ou cinq familles à avoir eu le droit à l'une de ces visites très encadrées. 

"Je n'aurais pas osé demander"

Une visite pour "remonter", comme elle dit, sa mère, âgée de 98 ans, avec un début de maladie d'Alzheimer et qui commençait à sombrer. "Elle a été tellement contente, elle n'en revenait pas, elle me disait mon prénom", s'émeut Laurence. "Elle essayait de manger mais elle ne pouvait plus parce qu'elle était vraiment très faible. J'ai apprécié qu'ils m'appellent pour me demander de venir, parce que je n'aurais pas osé demander, je savais que c'était interdit".

Les familles viennent sur rendez-vous quand un résident présente un syndrome de "glissement", c'est-à-dire qu'il s'enfonce dans la dépression ou qu'il refuse de manger. 

Une pièce désinfectée après chaque visite

Et ce uniquement dans des conditions d'hygiène très strictes, à savoir "le port du masque, le port d'une blouse, et éventuellement le port de lunettes ou de visières en fonction de la maladie ou de la pathologie", détaille Virginie Pommier, la responsable vie sociale. "On a aménagé une pièce dans l'établissement qui est réservée uniquement à cet effet, désinfectée avant et après chaque visite".

Laurence a même pu tenir la main de sa mère et la masser... en se désinfectant les mains avant et après.

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par Séverine Mermilliod