Coronavirus : inquiétudes à Marseille, où le nombre de cas double toutes les 48h

  • A
  • A
Des médecins marseillais réclament des équipes mobiles de prévention dans les lieux touristiques de la ville. 1:48
Des médecins marseillais réclament des équipes mobiles de prévention dans les lieux touristiques de la ville. © Christophe SIMON / AFP
Partagez sur :
À Marseille, de nombreux médecins s'inquiètent de la reprise de la propagation du coronavirus. "Il va falloir éviter que la ville, dans une quinzaine de jours, soit une ville sinistrée par une épidémie qu'on aurait mal envisagée", déclare lundi sur Europe 1 Annie Levy-Mozziconacci, médecin à l'hôpital Nord.

Avec quatre centres de dépistage mis en place lundi pour endiguer les sept foyers d'infections recensés sur place, la Mayenne est au centre des préoccupations concernant la propagation du virus responsable du Covid-19 en France métropolitaine. Mais le département des Pays-de-la-Loire n'est pas la seule source d'inquiétudes dans l'Hexagone. A Marseille, de nombreux médecins constatent aussi des signes de reprise inquiétants, alors que l'été accélère les mouvements de population. "Il va falloir réfléchir à avoir une politique coordonnée pour permettre d'éviter que la ville, dans une quinzaine de jours, soit une ville sinistrée par une épidémie qu'on aurait mal envisagée et anticipée", alerte lundi sur Europe 1 Annie Levy-Mozziconacci, médecin à l'hôpital Nord.

Doublement du nombre de cas positifs toutes les 48 heures

Depuis une dizaine de jours, les personnels soignants observent en effet une hausse des courbes, avec un doublement du nombre de cas positifs signalés toutes les 48 heures. D'où l'idée des médecins de remettre en place des brigades pour faire de la prévention, sous la forme d'équipes mobiles capables de se déplacer dans des lieux stratégiques comme les plages, les terrasses ou encore les centres commerciaux.

"Je pense que l'ARS PACA [l'Agence régionale de santé de Provence-Alpes-Côte d'Azur] doit mettre en place ces brigades humaines pour qu'elles puissent gérer cette population qui a envie de sortir, ces touristes qui ont envie de découvrir notre ville et pour ne pas qu'il y ait de récidive", poursuit Annie Levy-Mozziconacci.

"Faire du dépistage automatique au niveau des aéroports et gares maritimes"

La médecin insiste également sur la nécessité d'intensifier les dépistages. "Aujourd’hui, il va falloir également, au niveau des aéroports et des gares maritimes, faire du dépistage systématique", précise-t-elle. Cette alerte des médecins marseillais s'adresse aussi à la nouvelle maire, Michèle Rubirola, médecin de profession, pour qu'une cellule de crise municipale soit mise en place dès à présent en cas de deuxième vague.

Europe 1
Par Nathalie Chevance, édité par Jonathan Grelier