Coronavirus : la distanciation, un vrai problème dans les transports en commun à Bordeaux

  • A
  • A
A Bordeaux, les transports en commun sont souvent bondés depuis la rentrée. 1:24
A Bordeaux, les transports en commun sont souvent bondés depuis la rentrée. © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
La situation préoccupante en Gironde a poussé la préfecture a demander solennellement à ses habitants de ne pas se rassembler à plus de dix personnes. Parallèlement à ces injonctions, un constat que les usagers des transports de la métropole bordelaise ont en commun en se rendant au travail : il y a souvent trop de monde dans les bus et les trams pour respecter les distanciations.
REPORTAGE

Collés serrés dans les transports. Tous ceux qui vont travailler aux heures de pointe dans les grandes villes connaissent cette galère. Sauf qu’en pleine période de propagation du Covid-19, cela pose des problèmes de distanciation. C’est le cas à Bordeaux, où la ville a pris des mesures de précaution plus sévères. Mais les habitants déplorent devoir à avoir à prendre des risques. 

"On se retrouve tous agglutinés, la distanciation n’est plus respectée. Je fais exprès de marcher une demi-heure pour arriver à un autre arrêt où il y a moins de cohue. Limite je vais rentrer chez moi à pied…", déplore une habitante excédée. Une incompréhension totale généralisée pour ces habitants de la métropole bordelaise alors que les rassemblements de plus de dix personnes, dans les jardins et sur les quais, sont désormais interdits.

"Rien n’est mis en place pour notre sécurité"

Résultat, aux heures de pointe, bus et tramways, sont souvent bondés. "Il n’y a pas plus de trams qui passent. Avec la rentrée, la reprise des cours à la fac, les gens qui retournent au travail... On nous demande de faire de gros efforts mais au final rien n’est mis en place pour notre sécurité", relate un autre bordelais. "Ils disent de condamner une place sur deux, de garder un mètre de distanciation, mais les gens ne respectent pas forcément parce qu’ils sont toujours pressés par le temps", ajoute-t-il.

Le président de la métropole bordelaise, Alain Anziani, assure qu’un plan est à l’étude pour améliorer rapidement l’offre de transports. "On va mettre davantage de moyens de transport, mais c’est compliqué parce que l’on a une rareté de la ressource, des conducteurs et du matériel. On va sans doute mettre davantage de bus pour diversifier l’offre", annonce l’élu, qui encourage plus que jamais les habitants de Bordeaux à privilégier le vélo.

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Baptiste Denis